Il y a quelques semaines, Mark Zuckerberg avait posté sur Instagram une photo de son bureau, où l’on pouvait remarquer que la caméra de son ordinateur était cachée, et son microphone couvert. Cela avait suscité de grandes interrogations, et beaucoup d’internautes de son soudainement inquiétés des dangers de laisser sa webcam visible et donc accessible. Si vous lisez cet article, vous faites probablement face à votre caméra d’ordinateur, ce petit œil au-dessus des votre écran. Et si quelqu’un était en train de vous observer à ce moment même, sans que vous ne vous aperceviez ? D’après deux chercheurs de l’Université du Maryland, il est bien possible que cela soit le cas. Matthew Brocker et Stephen Chechoway ont publié une étude qui montre qu’il est tout à fait possible pour un pirate informatique d’accéder à n’importe quelle caméra, n’importe quand. Le directeur du FBI lui-même a pris la parole pour recommander aux internautes des problèmes de confidentialité liés à la webcam, qui doit être dans l’idéale recouverte afin d’éviter les ennuis avec les pirates informatiques.

 

Mark Zuckerberg recouvre sa webcam de ruban adhésif

L’espionnage par webcam n’est pas nouveau. Mais quand Marc Zuckerberg a publié une photo où sa webcam est couverte d’un ruban adhésif, les consommateurs ont commencé à prendre la menace au sérieux. Le chef d’entreprise fait partie des personnes les plus influentes du monde, il a donc des raisons évidentes de craindre l’espionnage industriel. Mais Zuckerberg n’est pas la seule personnalité à se prémunir des dangers du piratage de webcam : le patron du FBI James Comey a admis avoir lui aussi recouvert sa webcam de scotch dans le but de se protéger des hackers, et pour cause : en 2003 le FBI avait programmé une série de logiciels qui avaient pour but d’observer les ordinateurs en prenant contrôle de la caméra à distance.

People can Hack your Webcam - Alvexo

 

« Il est possible pour un hacker de désactiver la diode lumineuse de la iSight de certains MacBook, qui avertit un utilisateur que la webcam de son ordinateur est en train d’enregistrer, «que ce soit dans un but d’espionnage ou dans une tentative plus large de contourner un système d’authentification par reconnaissance faciale», Matthew Brocker et Stephen Chechoway, chercheurs de la John Hopkins University

 

Les entreprises sont autant touchées que les particuliers

Les hackers peuvent utiliser la webcam comme point de passage, et espionner des secrets professionnels. Mais le grand public est également touché, et des milliers de cas de tentative d’arnaque sont signalés chaque mois. Plus tôt en juillet, un internaute australien a été victime de chantage de la part d’un pirate informatique qui avait enregistré des situations compromettantes avec sa webcam, pour ensuite demander 10 000 dollars contre son silence. Malheureusement, ce genre d’attaque est de plus en plus répandu. Et oui, le piratage ne touche pas seulement les hommes influents, le problème est grandissant pour tous les internautes, et en particulier les jeunes femmes dont les faits et gestes sont susceptibles d’être piratés pour un grand nombre de raisons.

 

Les “creepwares”, des logiciels malveillants bien connus des hackers

Alors cette histoire de scotch sur la caméra, psychose ou précaution essentielle ? Est-il nécessaire pour le grand public d’adopter les mêmes mesures que les célébrités, cibles préférées des pirates informatiques ? La réponse est oui. Depuis la création des webcams, les “creepwares” sont de plus en plus utilisés par les pirates. Le terme désigne les RAT (en anglais Remote Access Trojan) des malwares installés discrètement sur votre ordinateur via des cookies, bien évidemment sans votre consentement, et qui prennent contrôle à distance de vos appareils électroniques. Une jeune écossaise interrogée récemment par BBC a raconté devant des millions de téléspectateurs la mauvaise expérience qu’elle a vécue dans sa propre salle de bain. Selon cette dernière, alors qu’elle était en train de se relaxer, la webcam de son ordinateur s’est allumée comme par magie : « J’ai réalisé que quelqu’un était sûrement en train de m’espionner, cela m’a effrayé ! ».

 

Les hackers peuvent faire ce qu’ils veulent de votre ordinateur

Non seulement les creepwares ont accès à votre caméra, mais ils permettent également à des personnes mal intentionnées de copier, effacer et ajouter des fichiers à votre ordinateur, de repérer vos mots de passe, mais aussi d’écouter vos conversations grâce en passant par le micro intégré. Si les antivirus repèrent facilement ces programmes malveillants, les cybercriminels rivalisent d’inventivité afin de mettre au point des techniques de plus en plus sophistiquées basées sur les failles de la sécurité informatique.

 

« Les technologies de reconnaissance faciale sont de plus en plus utilisées dans le cadre d’activités policières courantes, avec un impact potentiel sur toutes les juridictions américaines. Et pourtant, les garde-fous pour s’assurer que cette technologie est utilisée avec responsabilité semblent quasiment inexistants. » American Civil Liberties Union (ACLU)

 

Aux Etats-Unis, la technologie de reconnaissance faciale inquiète

D’après une étude du Center of privacy and technology de l’université de Georgetown Law, la police et le FBI ont scanné la moitié des visages des adultes américains grâce à leur webcam, pour ensuite les soumettre à des logiciels de reconnaissance faciale, et ce pour des raisons très variées. De nombreuses associations dénoncent actuellement ces technologies « fallacieuses » et déplorent l’absence d’éthique et de contrôle. Ainsi le 18 octobre dernier, une cinquantaine d’organisations américaines défendant les libertés civiles ont exprimé leur profonde inquiétude quant à l’usage de ces technologies de reconnaissance faciale. La puissante American Civil Liberties Union (ACLU) ainsi qu’Amnesty International USA, ont demandé que des enquêtes soient mises en place pour mettre en lumière les pratiques du FBI et des polices locales.

 

contact us btn icon

Passez à l'étape supérieure avec Alvexo Donnez nous la possibilité de vous contacter.

Ravi de vous rencontrer! Utilisez au moins 3 caractères
C'est bon! Quelque chose ne colle pas. Veuillez réessayer
x

On se connait déjà! Connectez-vous ou récupérez votre mot de passe

Êtes-vous sûr? Veuillez réessayer s’il vous plaît
+ -
A noter : Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d'Alvexo