Le projet, annoncé mardi 27 février, reste à confirmer et certains paramètres doivent être précisés. “Le projet est à l’étude, pour mieux accompagner les particuliers et réduire la fracture numérique, l’un des axes de notre stratégie”, explique la Direction de La Poste, évoquant une implémentation du service pour la prochaine période de télé-déclaration en 2019.

900 facteurs mobilisés

Un timing qui ne doit rien au hasard, puisque la télé-déclaration des revenus deviendra obligatoire à compter de 2018 pour les contribuables dont le revenu de référence de 2016 était supérieur à €16 000. En 2017, plus de la moitié des foyers fiscaux ont déclaré en ligne selon la Direction Générale des Finances Publiques.

900 facteurs “service expert” pourraient se charger de ce nouveau service. La prestation serait facturée au contribuable pour un prix “pas encore défini à ce stade”. Selon le syndicat Sud, on parle d’un tarif de €50 pour une prestation de 45 minutes environ.

“Qualité de service dégradée”

Le syndicat Sud ne masque pas son scepticisme face à l’idée d’un nouveau service d’aide à la déclaration fiscale. Dans un communiqué, il estime que “la Poste essaie de répéter l’expérience de l’épreuve du code de la route, qui a remporté un certain succès, tarifé €30, alors que la prestation rendue par les préfectures est gratuite.” En effet, les contribuables ont aujourd’hui le droit de se rendre au guichet de leur centre fiscal pour être aidés à déclarer en ligne… Une prestation délivrée gratuitement par les centres des impôts.

Sud poursuit : “La qualité de service est dégradée, les réclamations se multiplient et la souffrance au travail à la Poste reste préocupante.”

Le syndicat pose également la question de la légitimité du groupe public en matière d’accompagnement fiscal. “Pourquoi les services de finances publiques ne disposent-ils pas des moyens adéquats pour accompagner la mutation vers le numérique ?” demande Sud Rail, pour qui “c’est là que se trouvent les compétences et le conseil, auprès des contribuables.”

Diversification

Ce projet s’inscrit dans la stratégie de diversification affichée par La Poste, touchée par une chute de son activité courrier. Ainsi, le groupe propose depuis 2016 de passer l’épreuve théorique du code de la route dans ses locaux pour la somme de €30. Plus d’un million de personnes ont passé l’épreuve à La Poste pour éviter les temps d’attente en préfecture, où cette prestation est gratuite, mais où les listes d’attente atteignent souvent plusieurs mois.

En mai 2017, La Poste a lancé une nouvelle activité baptisée “Veiller sur mes parents”. Il s’agit de visites de compagnie effectuées par le facteur chez une personne âgée une ou plusieurs fois par semaine.

A noter : Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d'Alvexo