Johnny Hallyday est décédé depuis quelques semaines et sa famille se déchire déjà pour son héritage. L’ouverture du testament du chanteur fut un choc pour ses deux premiers enfants Laura et David, qui se voient déshérités.

Le testament rédigé en 2014 est conforme aux droit de Californie où Jean Philippe Smet s’était installé en 2013 avec sa femme Laetitia ses deux petites filles Jade et Joy. Il justifie son choix dans le document, déclarant avoir déjà fait des donations à David et Laetitia de son vivant.

Laetitia hérite de tout, même des droits d’auteur

La star du rock français s’est éteinte le 6 décembre dernier des suites d’un cancer, laissant derrière lui sa femme, ses quatre enfants et des millions de fans. Lors de l’ouverture de son testament il y a quelques jours, c’est le choc pour ses deux premiers enfants David (51 ans) et Laura (34 ans) qui se voient déshérités. Scandalisés, ces derniers ont décidé d’engager une procédure afin de contester le testament et de faire valoir la loi française.

Dans le cas où le droit français s’appliquait, chacun des quatre enfants de Johnny Hally­day obtiendrait 18,75 % de son patrimoine. Mais selon la loi californienne, il n’existe aucun droit garanti pour les descendants lors d’une succession. Oui, en Californie contrairement à la France, on peut déshériter ses enfants.

Pour rappel le patrimoine du chanteur est évalué à plusieurs dizaines de millions d’euros, incluant des propriétés en France, en Californie, à Saint Barthélémy, aux Antilles, ainsi que des droits d’auteur sur ses chansons générant des millions d’euros chaque année.

Johnny Hallyday aurait mis à l’abris ses deux premiers enfant de son vivant. Son fils David, issu d’une précédente union avec Sylvie Vartan, aurait reçu l’usufruit de la moitié d’une résidence de 400 mètres carrés dans le 16ème arrondissement de Paris. La propriété en question aurait aujourd’hui une valeur de €20 millions.

De son côté, Laura Smet a été aidée par son père pour acheter deux appartements dans le quartier de Saint-Germain-des-Près, le dernier de 100 mètres carrés et pour lesquels son père lui aurait versé €400 000. Laura Smet recevait également un virement de €5 000 par mois depuis 2004, ce qui représente une valeur cumulée de €800 000.

Quelle est la validité de ce testament ?

Laura Smet et David Hallyday comptent faire annuler le testament rédigé en Californie et faire valoir le fait que le testament est écrit par le chanteur lui-même, mais sans la présence d’un notaire. Il est donc nécessaire de vérifier sa conformité. Cependant les conditions des testaments olographes jouent très souvent en faveur des volontés du défunt.

Ils peuvent toujours faire douter de la bonne santé mentale de leur père lors de la rédaction du testament, mais là encore, il sera difficile de prouver quoi que ce soit pour un testament rédigé trois ans avant le décès.

La question de la résidence est primordiale

Dans le cadre d’une succession, c’est la résidence du défunt qui détermine la loi devant s’appliquer. La loi européenne considère que le dernier domicile du défunt s’applique, ce lieu étant déterminé par l’endroit où se trouvent les intérêts du défunt. Or, si Johnny Hally­day vivait en Californie là où il payait ses impôts et où ses filles étaient scolarisées, il avait des intérêts financiers importants avec la France. Les juges vont devoir décider au regard de la loi, la résidence permanente du chanteur.

Au cas où Laura Smet et David Hallyday réussissent à passer ces premières difficultés et à faire annuler le testament californien de leur père, ils se heurteront toujours à la loi du conjoint survivant. Laëticia Hallyday disposerait selon la loi française de 25%. Mais cette part peut être étendue dans le cas où les époux ont signé une donation. Si c’est le cas, Laëticia disposera d’un quart en pleine propriété, plus trois quarts en usufruit.

 

A noter : Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d'Alvexo