Lors d’une interview avec Journal du dimanche, Anne Hidalgo s’est félicitée des résultats de sa politique des transports dans la capitale : selon elle la circulation serait en train de se fluidifier à Paris.

En réponse aux nombreuses critiques dont elle est la cible, la Maire de Paris a affirmé que le trafic automobile avait baissé de 4,8% en 2017.

Afin de purifier l’air de la capitale,  l’objectif est pour elle d’interdire les véhicules thermiques d’ici 2030.

Le trafic parisien a baissé de 4,8% en un an

La Maire PS de Paris, Anne Hidalgo a annoncé au Journal du dimanche que “sa politique des transports portait ses fruits” avec pour preuve une baisse du trafic de 4,8% de 2016 à 2017. La baisse la plus importante a été observée en septembre 2017 avec un recul de 10% par rapport à l’année précédente. Au sein de la capitale, la circulation se fluidifie et les personnes ayant vraiment besoin de leur voiture peuvent mieux circuler.

Opposée à l’installation d’un péage aux portes de Paris, Anne Hidalgo a imaginé d’autres dispositifs afin de réguler la circulation : contrôle automatique des vignettes Crit’air, vélo en partage Vélib’ ou encore
pass- Navigo gratuit pour les personnes recevant l’allocation adulte handicapé, ainsi que pour les séniors.

Le stationnement payant est mieux respecté

D’après Anne Hidalgo, les parisiens seraient plus enclin à payer au parcmètre en 2018 : le taux de respect du stationnement payant est passé de 7 % en janvier 2017 à 17 % en janvier 2018. Alors que dans certaines zones de la capitale, 9 personnes sur 10 ne paieraient pas pour le stationnement, le contrôle du stationnement a été confié à des sociétés parisiennes privées depuis le 1er janvier 2018.

Ces chiffres devraient s’améliorer durant les prochains mois grâce à la nouvelle politique de stationnement. L’augmentation de l’amende de €17 à €50 semble avoir un effet dissuasif certain. Cette politique aurait un effet important sur le trafic, étant donné que 25% des embouteillages parisiens sont dus à des automobilistes cherchant un stationnement.

Aujourd’hui, les gens savent que le stationnement est réellement devenu payant et on peut se garer plus facilement. Sachant qu’il est possible de se faire sanctionner, certains préfèrent désormais délaisser leur voiture et utiliser les moyens de transport en commun.

Anne Hidalgo baisse dans les sondages

Les municipales arrivent à grands pas et Anne Hidalgo a plus que jamais besoin de redorer son image. Alors que ses détracteurs critiquent la saleté des rues parisiennes, les problèmes de stationnement et la circulation intense, ces statistiques sur la baisse du trafic arrivent à point nommé.

En janvier 2018, Anne Hidalgo recueille seulement 18% d’opinions favorables auprès des français. C’est 12 points de moins qu’au début du mandat d’Emmanuel Macron. Mais c’est auprès des franciliens que la dégringolade est la plus dure : elle est passée en 9 mois de 35% à 16% d’avis positifs.

Malheureusement pour Hidalgo, l’attribution des JO de 2024 à Paris n’a pas changé la donne, et les sympathisants de gauche semblent se détourner de l’élue socialiste.

Plus de voitures essence à Paris d’ici 2030 ?

Anne Hidalgo a confirmé son projet ambitieux de bannir l’ensemble des véhicules thermiques, qu’elles soient essence ou diesel, des rues de la capitale d’ici 2030. L’objectif serait ici de faire de Paris une ville neutre en carbone sur le long terme. Cette décision visant à améliorer la qualité de l’air à Paris fait partie du plan climat proposé par le Ministre de l’Ecologie Nicolas Hulot.

L’année 2030 aurait été choisie en raison de l’urgence de la situation. Selon Hidalgo, cela serait possible étant donné que l’ensemble des constructeurs automobiles sont en train de se tourner vers l’électricité ou l’hydrogène. À terme, l’objectif final de la Maire est de faire de Paris une ville sans voitures.

Face à ce défi, les choses ont été faites de manières progressive. En 2015, les poids lourds et bus datant d’avant 2001 ont été interdits de circulation à Paris. En juillet 2016, c’est l’ensemble des véhicules “polluants” qui ont à leur tour été interdits.

A partir de 2020, les véhicules considérés comme les moins polluants seront les seuls à être autorisés en ville. L’autre aspect du plan est celui de la piétonisation de Paris : en juin 2017, l’ensemble des voies sur berge avait été fermé de manière définitive.

A noter : Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d'Alvexo

Articles à Recommender