L’attractivité de la France reprend des couleurs, ce qui semble atténuer la “fuite des cerveaux”. Selon une étude de BCG et Cadremploi qui ont interrogé 8 000 français, les jeunes diplômés retrouvent peu à peu le goût du pays. 69% d’entre eux souhaitent travailler à l’étranger, contre 94% en 2014. De plus, la France se place à la 7ème position du classement des pays les plus attractifs pour les jeunes talents.

69% des diplômés prêts à partir

L’étude conjointe entre BCG et Cadremploi montre que les talents français ont de moins en moins envie de s’expatrier : 69% d’entre eux souhaitent travailler à l’étranger. Oui, c’est encore au dessus de la moyenne mondiale à 57%. Mais bien en-dessous des résultats obtenus il y a 4 ans, alors que 94% des interrogés affirmaient rêver d’expatriation.

Selon l’étude, la volonté de partir diminue avec l’âge, surtout après 30 ans. Comme ailleurs, la majeure partie des jeunes souhaitant partir (en France 79%) ont entre 21 et 30 ans. Après 50 ans, ce chiffre tombe à 61%, et à 44% après 60 ans. Quelle explication pour ces chiffres ? Doit-on y voir la grande curiosité des français pour découvrir le monde, ou plutôt un mal être des salariés ?

69% de l’ensemble de la population se dit prêts à partir. Mais les situations sont très contrastées : 79% des jeunes affirment vouloir s’expatrier, contre seulement 70% pour les plus éduqués. Ce taux passe à 84% pour les diplômés en analyse de données et les ingénieurs.

La Suisse et le Canada sont privilégiés

Aujourd’hui les français se déclarent prêts pour l’expatriation, mais ils sollicitent les pays francophones. En tête, la Suisse et le Canada. Les États-Unis dégringolent et atterrissent à la troisième marche du podium, probablement en raison d’une politique d’immigration plus restrictive.

L’Australie, le Royaume-Uni et l’Allemagne suivent. Pour les français prêts à partir, les critères de décision sont essentiellement professionnels : meilleures perspectives d’évolution et salaires plus élevés sont leurs principales motivations. Cela contraste avec les autres nationalités qui mettent en avant le volet personnel.

Les jeunes restent en France pour 3 raisons

1. La reprise économique
Il est indéniable que le contexte économique s’est amélioré en France. Les taux de chômage des postes de cadres intermédiaires et supérieurs n’a jamais été aussi bas depuis une décennie, à 3.5% et 5.4%. Rien d’étonnant à ce que les jeunes diplômés aient moins d’appétence pour un départ à l’étranger. Cette tendance se confirme depuis plusieurs années, l’avenir des jeunes ne passant plus obligatoirement par une expatriation.

2. Les envies des jeunes ont changé
Les aspirations des jeunes ont aussi changé : ils n’aspirent plus à un emploi qui va prendre tout leur temps, mais à un équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Contrairement aux sociétés étrangères, les entreprises françaises sont capables de leur apporter cet équilibre.

3. Les réformes du marché du travail
Grâce à l’essor des start-ups françaises, l’hexagone devient beaucoup plus attractif pour les autres pays. La création d’incubateurs tels que la Station F à Paris, et des entreprises de technologie telles que Google et Facebook commencent à investir en France. Oui, la France est de plus en plus ouverte à l’innovation.

A noter : Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d'Alvexo