Le constat est sans appel: 70% des fruits et 41% des légumes non issus de l’agriculture biologique contiendraient des pesticides, les plus touchés étant le céleri et le raisin. C’est l’ONG Générations Futures qui a réalisé l’étude sur les données récoltées auprès de la DGCCRF pendant 4 ans.

Militante contre les pesticides, l’association a annoncé que 2,7% des 19 fruits et 33 légumes analysés présentaient des taux de résidus supérieurs aux limites autorisées par la loi.

Des produits chimiques massivement utilisés dans l’agriculture

Malgré le fait que l’impact des pesticides sur la santé reste flou, les produits chimiques sont toujours couramment utilisés dans l’agriculture. D’après l’association, un effect “cocktail” n’est pas à exclure lors de la consommation simultanée de plusieurs fruits et légumes.

Dans l’industrie agricole, le débat est loin d’être nouveau. Les pesticides tuent les insectes, éliminent la moisissure et détruisent les mauvaises herbes. Bien qu’ils soient toxiques, les agriculteurs n’y voient pas une raison suffisante pour les interdire.

Ce rapport est publié alors que le gouvernement prépare une série de mesures visant à réduire la place des produits phyto-pharmaceutiques dans l’agriculture.

La feuille de route préparée par les ministre de l’Agriculture, de l’Environnement et de la Santé aura pour but de “diminuer les quantités des substances les plus préoccupantes” et “renforcer le plan Ecophyto 2”. Lancé en 2015, ce dernier devait mener à une baisse de moitié de l’utilisation des pesticides en 2018. Malheureusement aucun résultat probant n’a été obtenu à ce jour.

70% des fruits et 41% des légumes contiennent des pesticides

D’après l’ONG Générations Futures qui a analysé 19 types de fruits et 33 types de légumes non issus de l’agriculture biologique, 41% des légumes et 70% des fruits contiendraient des pesticides. L’association s’est basée sur les données fournies par la Direction générale de la répression des fraudes (DGCCRF) de 2012 à 2016. 89% des raisins, 88,4 % des clémentines et 87,7 % des cerises contenaient des pesticides.

Du côté des légumes, des pesticides ont été détectés dans 41,1% d’entre eux. Le céleri-branche détient la palme d’or des pesticides: on en retrouve dans 84,6% des échantillons. Les herbes fraîches arrivent secondes avec 74,5%, suivies par les endives à 72,7%.

Alors que la présence de pesticides a été détectée dans 72,6 % des échantillons de fruits, dans 2,7% des cas les quantités étaient supérieures aux limites autorisées par la loi. Les fruits concernés par les dépassements de limites étaient les cerises (6,6%), les mangues et les papayes (4,8%).

Pour les légumes, le taux de dépassement est moindre, de l’ordre de 3,5%. Ce sont les herbes fraîches qui sont les plus concernées avec 29,4% des cas de dépassement.

Fruits les plus touchés par les pesticides

  1. Raisins : 89%
  2. Clémentines: 88,4 %
  3. Cerises: 87,7 %
  4. Pamplemousse : 86 %
  5. Fraises et nectarines/pêches : 83%

Légumes les plus touchés par les pesticides:

  1. Céleri-branche: 84,6%
  2. Herbes fraîches: 74,5%
  3. Endives: 72,7%

Les règles de base pour éviter les pesticides

1. Consommer des produits bio

L’achat de produits issus de l’agriculture biologique représentent la meilleure option pour limiter la charge toxique, et c’est particulièrement vrai pour les produits qu’il n’est pas possible d’éplucher tels que le raisin, la framboise et la fraise. Afin de limiter l’exposition aux emballages tels que les conserves et plastiques, achetez les fruits en vrac et chez un producteur local.

2. Éplucher et laver soigneusement les fruits et légumes

Avant de croquer dans votre poire ou votre pomme, veillez à l’éplucher correctement. En effet, la grande majorité des pesticides se trouvent dans la peau des fruits et légumes. Pour les produits qu’il n’est pas possible d’éplucher, la solution est de les plonger dans l’eau pendant quelques minutes avec du bicarbonate de soude.

3. Observer les nouveaux labels alimentaires

Les géants de la grande distribution prennent conscience du problème de santé publique que représente les pesticides. Nous pouvons prendre l’exemple de Auchan qui proposera dès l’année 2020 toute une gamme de fruits et légumes commercialisés sous l’appellation sans résidu de pesticides” et ce au même prix que les produits classiques. Les petits producteur s’y mettent aussi et créent le label “zéro résidu de pesticides” qui garantira moins de 0,01 mg de pesticide par kilo.

A noter : Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d'Alvexo