Un trader français amateur a réussi à prendre une position cumulée de 5,6 milliards d’euros sur des contrats à terme sur des indices actions. Mais le plus grave, c’est qu’aucune alerte n’a été déclenchée.
Comment est-ce possible, alors que son compte était limité à 20 000 euros et 10 transactions par jour ? Dix ans après l’affaire Kerviel qui a fait perdre des milliards à la Société Générale, il faut se rendre à l’évidence : les failles de sécurité existent encore dans milieu du trading boursier.

Position cumulée de 5,6 milliards d’euros

Un trader amateur a pris une position cumulée de 5,6 milliards d’euros sur des contrats à terme sur des indices actions. L’affaire remonte au 29 juin 2017. Harouna Traoré, 41 ans, a tout juste commencé sa carrière de trader chez Krechendo, une société offrant des formations de trading de huit semaines.
Ce matin là, le marché des actions est en baisse. Il prend de mauvaises positions et son compte de simulation affiche une perte de 2,4 millions. Il clôture ses positions à midi, et décide de rentrer chez lui pour s’entraîner sur la plateforme de simulation de Valbury.
Grâce à des ordres passés sur le courtier anglais Valbury Capital, Harouna Traoré a détenu une position d’achat de 43 941 contrats futures sur le S&P 500, 34 388 contrats futures sur l’EuroStoxx 50. La valeur d’un contrat future EuroStoxx 50 est aujourd’hui d’environ 34 000 euros.
Ce qu’il réalise alors, c’est que ses positions étaient bien réelles et non pas des simulations. Harouna Traoré déclare plus tard avoir pensé “que sa vie était finie” à ce moment là. Il tente de combler ses pertes en continuant à trader, pour terminer la journée avec un solde créditeur de 9,4 millions d’euros, et une exposition cumulée de… 5,6 milliards d’euros !
Le lendemain, il reste chez lui, “trop choqué” pour sortir. Ses relevés de compte recensant les ordres passés la journée précédente chez Valbury arrivent le vendredi. A ce stade, Harouna Traoré n’a eu aucune explication avec le courtier quant à sa folle journée de trading.

Une enquête juridique est ouverte

La société de trading britannique Valbury a affirmé avoir ouvert une enquête à l’encontre de Harouna Traoré en juillet 2017, pour ensuite geler son compte. Selon le courtier, le trader amateur aurait violé les règles de fonctionnement de la plateforme.
L’ensemble de ses transactions aurait été annulées, ainsi que les gains versés lors de la folle journée de trading du 29 juin. Mais Harouna Traoré n’est pas d’accord : le 10 janvier 2018, il assigne en justice Valbury pour récupérer ses gains.

Comment est-ce possible ?

Tout cela laisse perplexe quant aux garde-fous mis en place après l’affaire Kerviel il y a dix ans. Souvenez-vous, ce trader de la Société Générale avait perdu 4,9 milliards d’euros. Comment Harouna Traoré a-t’il pu en arriver là, alors que son compte était limité à 20 000 euros et 10 contrats par jour ?
D’après le fondateur de Krechendo, Tarek Elmarhri, le trader a réussi à finir sur un gain, et a clôturé ses positions avant la clôture du marché. Ainsi, aucun appel de marge n’a été déclenché et son trading est passé inaperçu jusqu’au lundi suivant.
Interrogé sur la présence de limites de passage d’ordres, le représentant de Valbury Capital a indiqué qu’une limite contractuelle existait bien sur ce compte. Cependant, une capture d’écran des paramètres de risque du compte d’Harouna Traoré obtenue par Reuters montre que le crédit utilisateur était “illimité”.
Selon le fondateur de Krechendo Trading Tarek Elmarhri, “il y a eu une erreur sur le compte”. Ainsi, Harouna Traoré avait la possibilité d’acheter autant de contrats qu’il le voulait sur son compte. Tarek Elmarhri ajoute que si le marché avait baissé de seulement 3% ou 4%, le trader amateur aurait pu perdre “entre 100 et 200 millions d’euros”.
A noter : Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d'Alvexo