Deux hommes ont été arrêtés puis mis en examen pour le meurtre à caractère antisémite de Mireille Knoll. L’octogénaire rescapée de l’Holocauste a été retrouvée morte à son domicile, le corps criblé de coups de couteau et partiellement carbonisé.

Si l’affaire est toujours entourée de zones d’ombres, on sait déjà que les deux suspects ont été arrêtés dans la nuit de lundi à mardi pour deux chefs d’accusation, à savoir « homicide volontaire » à caractère antisémite et « vol aggravé ».

C’est la 11ème personne à avoir été assassinée depuis 2006 en France parce qu’elle était juive.

Mireille Knoll avait échappé au Vél d’Hiv

En juillet 1942 et âgée d’à peine 10 ans, Mireille Knoll s’est enfuie de Paris avec sa mère pour échapper à la rafle du Vél d’Hiv durant laquelle 13 000 juifs ont été déportés. Le passeport brésilien de son père lui permet alors de trouver refuge au Portugal.

La guerre terminée, elle épousera un survivant d’Auschwitz et aura deux fils. Ils vécurent au Canada, puis s’installeront à Paris pour y ouvrir un commerce. Atteinte de la maladie de Parkinson, Mireille Knoll vivait dans un logement social du 11ème arrondissement de Paris.

Le vendredi 23 mars, les pompiers ont retrouvé Mireille Knoll dans son lit, le corps lardé de 11 coups de couteau et à moitié calciné. Ils étaient intervenus pour éteindre l’incendie qui s’était déclaré au domicile de l’octogénaire. Les techniciens du laboratoire central de la préfecture ont par la suite relevé cinq départs de feu.

Deux suspects connus de la police

Très rapidement, l’enquête de voisinage a permis d’identifier un premier suspect, un certain Yacine M. agé de 27 ans, voisin de Mireille Knoll qu’elle connaissait depuis son enfance et qui se rendait très régulièrement chez elle. Le jour du drame, le fils de la victime l’avait aperçu avec sa mère. D’après ce dernier, sa mère connaissait très bien le suspect jusqu’à le considérer comme son propre fils.

Connu de la justice française pour des affaires d’agression sexuelle et de viol, Yacine M. avait été condamné à deux ans de prison en 2017, après avoir agressé sexuellement une adolescente, à savoir la fille de l’aide à domicile de Mireille Knoll dans son appartement.

Libéré grâce à un sursis et avec une mise à l’épreuve la même année, il est à présent mis en examen pour
« homicide volontaire en raison de l’appartenance vraie ou supposée de la victime à une religion », « vol aggravé » et « dégradation ».

Le deuxième suspect est également bien connu de la justice : ce sans domicile fixe de 21 ans a déjà été arrêté plusieurs fois pour des faits de violence, de menaces et de vols avec effraction. Sorti de prison en janvier, il aurait été présent au moment de l’assassinat de Mireille Knoll. Un important dispositif de surveillance a permis de l’arrêter près de l’Opéra Bastille.

La victime tuée parce qu’elle était juive

Les deux suspects, qui n’ont pas été confrontés après leur arrestation, ont donné des versions contradictoires en s’accusant l’un l’autre du crime. L’un d’entre eux aurait même déclaré à la police que son complice avait crié « Allahou akbar ! ».

D’après le parquet de Paris, il n’y aurait pas de doute : Mireille Knoll a été assassinée parce qu’elle était juive. En effet, le mobile du vol a été rapidement exclu, la victime vivant très modestement.

Dans le même quartier il y a un an, une personne juive avait été défenestrée par un voisin sous les cris de « Allahou akbar ! ». Coïncidence ? Si le nombre d’actes antisémites a reculé en France en 2017, la communauté juive de France qui représente seulement 1% de la population subit un tiers des actes de haine recensés. Il y aurait eu 33 actes antisémites en France depuis le début de l’année 2018.

Emmanuel Macron assiste aux funérailles de Mireille Knoll

A quelques heures de la grande “marche blanche” en l’honneur de l’octogénaire, Emmanuel Macron s’est exprimé aux Invalides. Selon lui, Mireille Knoll a été “assassinée parce qu’elle était juive” et serait une nouvelle victime de l’ “obscurantisme barbare”.

D’après le Ministre de l’Intérieur Gérard Collomb qui s’est exprimé mercredi matin, un antisémitisme fort serait en train de monter en France.
A noter : Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d'Alvexo