Coup de pied dans la fourmilière des marchés de l’UE

Les marchés européens entraînés dans le sillage des banques

european-stocks-sink

Alors que tous les yeux sont tournés vers le Bureau des statistiques européennes qui publiera les résultats de la croissance vendredi prochain, les actions européennes ont plongé lundi à des niveaux jamais vus depuis octobre 2014. Alors qu’au cours de la semaine précédente la Commission européenne a revu à la baisse ses prévisions de croissance pour la zone euro, et que les marchés prévoient de nouvelles mesures de relance de la part de la Banque centrale européenne au mois de mars, la chute des marchés reflète l’incertitude croissante autour de l’avenir de l’économie mondiale.

 Canada : le secteur de la construction a le vent en poupe

Les données de l’agence Statistique Canada ont annoncé des chiffres beaucoup plus optimistes que prévu pour les permis de construire émis durant le mois de décembre 2015. Ces derniers ont grimpé de 11,30 %, et dépassent largement les prévisions de 5,60 %, après le déclin de -19,90 % en novembre. Les permis de construction résidentiels ont quant à eux fait une belle progression de 16,30 %, principalement poussés par des immeubles multifamiliaux et copropriétés qui ont bondit d’un taux spectaculaire de 39,10 %. Seule ombre au tableau, les logements uniques ont signalé une légère contraction de -0,10 %. Selon le Bureau des statistiques, toutes les régions du pays ont enregistré une croissance et c’est la province d’Alberta qui enregistre la plus belle progression avec 26,00 %, et ce malgré la dégringolade de son secteur pétrolier. La Banque du Canada a choisi de laisser la politique monétaire inchangée lors de sa première réunion de l'année en janvier, et a ainsi laissé les taux directeurs à 0,50 %, et des coûts d'emprunt accommodants pour les acheteurs afin de préserver l’investissement. En ligne avec les chiffres de l’immobilier, le dollar canadien s’est renforcé par rapport au dollar américain, avec une paire USD/CAD qui tombe à 1,3936.

popup_close
usdcad02092016

 Les marchés européens au plus bas

Les préoccupations relatives à l'état du secteur bancaire européen ont fait plonger les marchés boursiers, qui continuent ainsi sur leur lancée de la semaine dernière et réalisent la baisse la plus importante depuis 15 mois. À noter, les indices les plus largement touchés sont le DAX allemand et le CAC français, avec des chutes à respectivement 8915,00 et 4038,50. Cela reflète sans aucun doute les préoccupations croissantes concernant le rythme de l'expansion économique mondiale. Un certain nombre de facteurs ont contribué à la baisse de la confiance des investisseurs, notamment les données macroéconomiques médiocres de l'économie américaine, la volatilité croissante des marchés financiers chinois, et la baisse persistante des prix de l'énergie. Mis à part ces conditions extérieures, le secteur bancaire fait office de mauvais élève et a été le moins performant, alors que les craintes autour de l'effet de levier et des risques au sein des grandes banques européennes effraient les investisseurs. En outre, l’indice de confiance des investisseurs Sentix a baissé à 6,0 pour Février, chiffre le plus bas depuis plus d'un an, qui a déçu à la fois les estimations et les données de l'enquête précédente (7,6 et 9,6 respectivement).

popup_close
cac-mar1602092016

 La production industrielle de l’Espagne ralentit

Selon les résultats publiés par l'Institut national de la statistique espagnol, la production industrielle en Espagne aurait progressé à un rythme moins soutenu en décembre. La production industrielle a en effet augmenté de 3,7 0% sur une base annualisée, après avoir augmenté de 4,30 % (révisé) le mois précédent, alors que les estimations tablaient sur 4,10 %. La croissance est principalement attribuable aux progrès ambitieux du secteur des biens d'équipement ainsi que les biens intermédiaires qui se sont améliorés de respectivement 7,70 % et 6,60 %. Néanmoins, une baisse de -3,50 % de la production d'énergie a tiré ces chiffres à la baisse. Sur l'ensemble de l'année, la quatrième plus grande économie de l'Europe a enregistré une croissance de 3,20 % de sa production industrielle par rapport à 2014, avec en tête les secteurs des biens d'équipement et biens de consommation durables qui aident cette poussée. Alors que la demande mondiale coule, la Banque centrale européenne se préparerait à de nouvelles mesures de relance selon les indices laissés par son président Mario Draghi, et ce dans le but de stimuler la demande pousser l'inflation vers la cible de 2,00 %.

popup_close
eurusd02092016

 La production industrielle turque prend son envol

À en croire les données publiées récemment pour le mois de décembre 2015, la production industrielle turque serait en croissance pour le 11ème mois consécutif, avec une expansion de 4,50 %. La valeur a dépassé les attentes de 3,60 % ainsi que la valeur annualisée de 3,50 % du mois précédent. Selon le rapport de l'Institut turc des statistiques, l'industrie manufacturière et les services publics ont été très dynamiques et affichent des croissances de respectivement 4,40 % et 7,70 %, alors que d’un autre côté les activités des carrières et mines ont chuté de -2,10 %. La baisse continue des prix des matières premières a été reflétée par les sociétés minières qui ont décidé de réduire leur production et baisser les coûts en raison de la chute des revenus et des profits. Sur une base comparable, la faiblesse de la livre turque a rendu les exportations plus compétitives, les rendant moins chères du point de vue de la valeur relative et aident la production de véhicules, de machinerie, de fer et d'acier. Lors de l'annonce, la livre turque a continué à perdre du terrain par rapport au dollar américain, avec la paire USD/TRY qui a atteint 2,9237.

popup_close
usdtry02092016

Évènements À Venir

  • Time
  • Currency
  • Event
  • Forecast
  • Previous
  • 09:30 GMT
  • GBP
  • Balance commerciale (décembre)
  • -10,40 B
  • -10,64 B
  • 15:00 GMT
  • USD
  • Créations d’emploi du JOLT (décembre)
  • 5 400 M
  • 5 431 M
  • 21:35 GMT
  • USD
  • API Stocks de brut hebdomadaires
  • 3,837 M
X

Forex et CFD sont des produits à effet de levier et vous risquez de perdre l’ensemble du capital investi. Les produits à effet de levier impliquent un niveau de risque élevé et ne conviennent pas à tous les investisseurs. Vous devez considérer vos objectifs d’investissement, niveau d’expérience, ressources financières, mesurez votre appétit au risque et demander des conseils indépendants si nécessaire. Veuillez lire les avertissements aux risques avant d’effectuer une transaction.