Échec supplémentaire de la politique monétaire du Japon

La politique monétaire de la Banque du Japon surprend les marchés.

jpn-2

Le yen s’est fortement renforcé lors de la première partie de la session asiatique aujourd'hui, alors que la Banque du Japon a contre toute attente laissé sa politique monétaire inchangée. Les taux d'intérêt resteront à -0,10 % tandis que le QQE sera maintenu à 80 milliards de yens. La Banque du Japon a retardé ses prévisions d'inflation de du premier trimestre de 2017 à “au cours de 2017”. Les forts mouvements du yen arrivent dans un contexte de spéculation intense sur les marchés la semaine dernière, qui a suscité beaucoup d’attentes envers la banque centrale pour augmenter de manière décisive son programme de Quantitative Easing.

Le PIB du Royaume-Uni en légère amélioration au premier trimestre

Alors que le secteur des services a continué de soutenir l'économie du Royaume-Uni, une crise dans le secteur manufacturier et de la construction ralenti l'économie du Royaume-Uni à un rythme de croissance de seulement 0,40 % pour les trois premiers mois de l'année. Ces chiffres sont cohérents avec ceux du dernier trimestre de 2015, qui ont montré une économie en expansion à un rythme de 0,60 %. Cette lenteur de la reprise de la croissance a été marquée par une augmentation de 0,60 % du secteur des services, tandis que la production a de son côté chuté de 0,40%, et que la production de la construction a diminué de 0,90 %, alors que l'agriculture a reculé de 0,10 %. Le PIB du Royaume-Uni était de 2,10 % plus haut au premier trimestre par rapport à la même période il y a un an. Alors que la politique monétaire est constamment influencée par le "Brexit ", l’investissement s’avère réduit. Aussi les données préliminaires pour le deuxième trimestre de l’année confirment la faiblesse de la reprise.

popup_close
1-gbpusd-2804

États-Unis : la Fed laisse ses taux inchangés

Dans un geste largement attendu, la Réserve fédérale américaine a laissé ses taux d'intérêt inchangés dans l’intervalle 0,2 % - 0,50 %. La déclaration relative à la politique monétaire publiée mercredi a montré que le comité de décision avait reconnu que le marché du travail s’était amélioré, malgré un ralentissement global de l'économie américaine. Le communiqué du FOMC se montre exempt du ton belliciste adopté dans la déclaration janvier, qui indiquait que les marchés mondiaux constituaient un risque pour l'économie américaine. Cela a grandement alimenté les attentes envers la Fed de réserver des surprises lors de sa réunion de juin, qui sera également suivie d'une conférence de presse. Lors de la réunion d’avril, un seul dissident s’est manifesté, à savoir le gouverneur de la Réserve fédérale de Kansas City Esther George, qui a estimé qu'il était approprié d’augmenter le taux de 25 points.

popup_close
2-usdchf-2804

La Banque centrale de Nouvelle Zélande maintient ses taux à 2,25 %

Lors de la session nocturne d’hier, la Banque fédérale de Nouvelle-Zélande a décidé de maintenir ses taux d'intérêt à 2,25 %, soit au même niveau que lors de la précédente réunion. Mais la banque centrale a néanmoins laissé la porte ouverte à d’éventuelles baisses des taux et a noté qu’un nouvel assouplissement de la politique monétaire serait nécessaire pour garantir la stabilité de la future inflation, qui devra se rapprocher de l'objectif cible de la banque centrale. La RBNZ a également exprimé des inquiétudes sur les anticipations d'inflation et prévoit une baisse à court terme, bien que les attentes à long terme soient bien ancrées à 2,0 %, à l’intérieur de la fourchette cible de la banque. La décision de politique monétaire d’avril exclut à présent tout changements de taux possibles jusqu’aux prochaines réunions de juin, voire d’août, où une baisse des taux de 25 points est attendue.

popup_close
3-nzdusd-2804

PIB américain : les analystes attendant une hausse de 0,70 %

Les marchés se concentreront aujourd'hui sur les premières estimations du PIB américain au premier trimestre de l’année, qui devraient être publiées à 12h30 GMT par le Bureau américain des analyses économiques. Les analystes attendent une croissance du PIB de 0,70 % après que l'économie américaine ait progressé à un rythme de 1,40 % au quatrième trimestre de 2015. Les faibles secteurs de la fabrication et de la production, aux côtés des récentes turbulences mondiales, devraient pousser l’économie américaine à un rythme modéré. Cependant, certains modèles de PIB tels que celui de la Fed d'Atlanta, estiment que la croissance du trimestre aux États-Unis était beaucoup faible qu’annoncée, avec une augmentation de seulement 0,40 % du PIB. Historiquement, le premier trimestre de 2016 est le plus faible de l'économie américaine, ce qui devrait susciter une révision plus approfondie de la politique monétaire.

popup_close
4-eurusd-2804

Évènements À Venir

  • Time
  • Currency
  • Event
  • Forecast
  • Previous
  • 06:00 GMT
  • JPY
  • IPC de base de la BoJ a/a)
  • 1.20%
  • 1.10%
  • 07:55GMT
  • EUR
  • Taux de chômage de l’Allemagne
  • 6.20%
  • 6.20%
  • 12:00 GMT
  • EUR
  • IPC préliminaire de l’Allemagne m/m
  • -0.20%
  • 0.80%
  • 12:30 GMT
  • USD
  • PIB du premier trimestre 2016
  • 0.70%
  • 1,40%
X

Forex et CFD sont des produits à effet de levier et vous risquez de perdre l’ensemble du capital investi. Les produits à effet de levier impliquent un niveau de risque élevé et ne conviennent pas à tous les investisseurs. Vous devez considérer vos objectifs d’investissement, niveau d’expérience, ressources financières, mesurez votre appétit au risque et demander des conseils indépendants si nécessaire. Veuillez lire les avertissements aux risques avant d’effectuer une transaction.