33 rue François 1er, 75008 Paris, France

33 rue François 1er, 75008 Paris, France

La Bank of England à contrecourant

Analyses quotidiennes - 03/07/2019

par Stéphane Ceaux-Dutheil

Mark Carney mesure les risques actuels

boe


Il est toujours intéressant d’écouter les discours des banquiers centraux car les investisseurs sont bien plus sensibles actuellement à leurs positionnements qu’à l’économie réelle. Mark Carney, gouverneur de la BoE (Bank of England), s’exprimait hier disant qu’une guerre commerciale mondiale et qu’un Brexit sans accord étaient fort probables, mais pas certains. Contrairement à la BCE et à la FED, la BoE se dit prête à rentrer dans une politique de hausse de taux très graduelle et limitée, si la Grande-Bretagne sortait de l’Union européenne avec un accord, afin de limiter l’impact du Brexit sur l’économie britannique. Les deux Premiers Ministres potentiels, Boris Johnson et Jeremy Hunt, n’affichent aucune crainte de sortir de l’Union européenne sans accord.

Footsie (FTSE-SEP19) : Brexit et crises ? Même pas peur !


Le Footsie est l’indice des 100 plus grosses capitalisations de Grande-Bretagne. On aurait pu croire que la baisse de la croissance mondiale, la guerre commerciale et le Brexit auraient mis des bâtons dans les roues des entreprises britanniques, bien au contraire. Depuis que le Président Trump a annoncé au Royaume-Uni qu’il fallait sortir de l’Union européenne avec ou sans accord et que les Etats-Unis se feraient une joie de commercer avec le royaume, les cours de la bourse ont encore progressé. Il est clair que la baisse de la livre sterling favorise également les entreprises à l’export. L’indice est à moins de 5% de son sommet historique et malgré des vents contraires, il semble en mesure de se rapprocher de la zone 7730/7860 points. Il faudrait maintenant à minima la rupture de 7100 points pour freiner voire enrayer la marche en avant de l’indice.

popup_close
ftse-sep19-daily

Carrefour (CARREF) : la patience va finir par payer ?


Carrefour, l’un des leaders mondiaux de la grande distribution, a souffert ces dernières années après de multiples profit warning. Le titre est passé entre 2015 et 2018 de 33 à €13. Mais depuis cette période, Carrefour tente de se réorganiser (petites superettes de centre-ville pour reconquérir la population qui s’éloigne des grands centres commerciaux, la cession de Carrefour Chine…). Même si l’agence Fitch a dégradé fin juin la note de crédit de Carrefour à « BBB », le titre reste très résilient. Il maintient une performance de +16% depuis le début de l’année. La structure graphique est toujours séduisante, on sent depuis 2018 la mise en place d’une vraie structure en fond. Il ne manque plus que le débordement de €18 pour ouvrir un potentiel de reprise vers 20/€21. Une prise de position à l’achat reste toujours possible entre 16 et €17, pour jouer à un moment ou à un autre une rotation sectorielle.

popup_close
carrefweekly-7

AT&T (ATNT) : redressement en cours


AT&T, l’opérateur de Dallas, est le plus grand fournisseur de services téléphoniques locaux et longues distances des Etats-Unis et le deuxième opérateur de services mobiles. La firme a publié des résultats décevants au premier trimestre, avec un chiffre d’affaire bien inférieur aux attentes et des profits en retrait de plus de 10%. La société a engagé des investissements pour augmenter la fiabilité, la couverture, la vitesse et les performances globales fournies aux clients particuliers et entreprises. Le réseau sans fil d'AT&T couvre plus de 99% des américains, il est devenu le réseau sans fil le plus rapide du pays. Techniquement, après une longue phase de baisse qui a vu le titre passer en trois ans de $44 à $27, il se redresse depuis quelques mois. On pourra revenir à l’achat dans une zone comprise entre 33 et $32, avec un stop de protection à $30.35, pour viser un potentiel de reprise vers 36/$37.

popup_close
atntweekly

Upcoming Events

  • Heure
  • Devise
  • Event
  • Prévision
  • Précédent
  • 10:30 GMT
  • GBP
  • PMI des services (juin)
  • 51
  • 51
  • 14:15 GMT
  • USD
  • Créations d’emplois non agricoles ADP (juin)
  • 140K
  • 27K
  • 16:00 GMT
  • USD
  • Indice PMI non manufacturier ISM (juin)
  • 56.1
  • 56.9
  • 16:30 GMT
  • USD
  • Stocks de pétrole brut (juin)
  • -2.964M
  • -12.788M

Ce site utilise des cookies pour assurer à l'utilisateur la meilleure expérience possible. En savoir plus

Acceptez

Les CFDs sont des instruments complexes qui présentent un risque élevé de perte rapide du capital en raison de l’effet de levier.
69.8% des investisseurs particuliers perdent de l’argent en tradant les CFD avec ce fournisseur.
Vous devez vous assurer que vous comprenez comment les CFDs fonctionnent et que vous pouvez vous permettre de prendre
le risque probable de perdre votre argent. La protection CFD n’exclut pas le risque maximal de perdre le capital investi.

69,8% des investisseurs particuliers perdent de l’argent sur des comptes CFD.
Protection CFD, compte à risque limité.

X