peel page fold
arrow
logo

Alvexo - Le partage avec la communauté

En savoir plus

La Banque d’Angleterre maintient sa ligne de conduite

Pas de changement pour les taux directeurs, fixés à 0,50 % pour 2016

shutterstock_247546294

ace à une inflation proche de zéro et à une croissance qui se détériore, les responsables de la Banque d’Angleterre ont décidé de maintenir la politique monétaire du pays inchangée, et ce pour la 7ème année consécutive. En effet,  les membres du comité ont voté à 8 contre 1 en faveur de la politique actuelle. Alors que le Royaume-Uni se prépare pour un référendum censé déterminer l’avenir de l’alliance avec l'Union européenne, les économistes estiment que la hausse des taux directeurs ne devrait se produire qu’en fin d’année 2016, si ce n’est au début de l’année 2017.

L’Allemagne confirme son leadership européen avec un PIB à la hausse

À en croire l'Office fédéral de la statistique, l’Allemagne poursuivrait sa croissance avec un PIB  en hausse de 1,70 % en 2015 versus 1,60 % en 2014. La consommation intérieure a signé sa meilleure performance depuis 2011, constituant un atout non négligeable pour un pays qui parvient à se développer malgré une économie exportatrice en difficulté. Plus précisément, les dépenses des ménages ont augmenté de 1,90 % versus 0,90 % en 2014 alors que la consommation du gouvernement a signé une belle progression de 1,70 % à 2,80 % sur la même période. Selon les derniers chiffres, la balance commerciale serait excédentaire (5,70 % pour les importations versus 5,40 % pour les exportations). La production industrielle hors construction, qui représente à elle seule plus de 25 % du PIB total, progresse de 2,20 % en 2015 alors que la construction a signalé une hausse de 0,20 %. Les dépenses intérieures ont été stimulées par plusieurs facteurs, à savoir la progression de l’emploi de 0,80 %, un taux de chômage spectaculairement bas, et la hausse constante des salaires. Notons que cette hausse des salaires est elle-même encouragé par la baisse des prix de l'énergie et des taux d’intérêt fixés par la Banque centrale européenne.

popup_close
dax-mar1601152016

La production industrielle sud-africaine poursuit son déclin

L’indice ISM des directeurs d'achat dans l'industrie de l'Afrique du Sud fait état d’une légère amélioration, passant de 43,3 à 45,5 de novembre à décembre. Ce chiffre est de bon augure mais il  reste néanmoins modeste, ainsi les économistes sont circonspects quant au futur de l’industrie du pays qui fait face à une demande en berne et un sentiment d’incertitude général. En ce qui concerne la production, l'exploitation minière a connu une augmentation substantielle avec un chiffre de novembre qui s’est redressé à -0.80 % par rapport à la valeur révisée de -4.70 % d’octobre. Les principaux protagonistes de ce déclin ont été les prix du minerai de fer, qui ont chuté de -20,40 % et des autres minéraux métalliques tombés dramatiquement à -35,00 %. La seule bonne surprise a été la production d'or qui a réussi à grimper de 2,20 % par rapport à -20,40% au cours du mois de novembre, après une contraction révisée de -7.80 % d’octobre. Mais avec les prix des matières premières qui s’enfoncent à l’instar de l’affaiblissement de la demande mondiale, les perspectives pour l'Afrique du Sud restent peu engageantes.

popup_close
usdzar01152016

La Banque d’Angleterre maintient ses taux directeurs.

La Banque d'Angleterre conserve sa politique de taux d'intérêt inchangée avec un taux à un plus bas record de 0,50 %. Les membres du Comité de politique monétaire sont restés inflexibles quant à leur désir de perpétuer la politique actuelle. Le vote s’est en effet déroulé à huit contre un en faveur d’un maintien des taux directeurs, la seule voix dissidente fut celle de Ian McCafferty, qui seul contre tous a campé sur ses positions et prôné fermement une hausse des taux. Les principales raisons du maintien des taux ont été des préoccupations croissantes quant à l'affaiblissement des perspectives de croissance ainsi que l’inflation. Face une déflation et un ralentissement de la croissance au dernier trimestre pesant sur leur tètes tel une épée de Damoclès, les décideurs appréhendent l’avenir de l’économie. L'espoir qui prévaut est une hausse progressive de l'inflation après l’effondrement des prix de l’énergie, ouvrant la voie à une politique de rigueur. Les économistes prédisent l’ajustement des taux d'intérêt pour la fin de 2016 ou au début de 2017 au plus tôt.

popup_close
gbpjpy01152016

Détérioration du taux de chômage aux États-Unis

Le nombre d’Américains déclarés demandeurs d’emplois pour la semaine terminée le 9 Janvier est passé à 284,000, ce qui signe un saut de 7,000 par rapport à la semaine précédente et son chiffre de 277,000,  et excède les attentes de 275,000. Le ministère du travail se veut néanmoins rassurant. À ses dires, le chômage est resté en dessous de la barre critique des 300,000 pour la 45e semaine consécutive. Cette tendance serait fortement corrélée avec un marché de l’emploi en bonne santé, malgré la récente hausse du chômage. La plupart des licenciements proviennent des secteurs de l’industrie, du transport et de l’entreposage. Loin d’être alarmés, les analystes n’ont vu dans ces chiffres qu’un facteur saisonnier d’ajustement du marché de l’emploi après la saison des fêtes. Ils affirment qu'il est en effet relativement raisonnable de voir des demandes d’emploi en hausse au début de la nouvelle année. Les moyennes du chômage sur 4 semaines, considérées par certains comme moins volatiles, ont également augmenté modestement à 278, 750 par rapport au chiffre de 275,750 le mois précédent, soit le résultat le plus bas depuis juillet. La hausse du chômage reflète également des mesures de réduction des coûts des entreprises dans le cadre d’une économie mondiale morose

popup_close
dow-mar1601152016

Évènements À Venir