La BNS vote pour le maintien de ses taux

Analyses quotidiennes - 16/09/2016

par Stéphane Ceaux-Dutheil

La BNS ne change pas ses taux d’intérêt

shutterstock_246061978


Le président de la Banque Nationale Suisse, Thomas Jordan a fait remarquer que la  Banque suit de près l’évolution du Franc Suisse et que les membres du Conseil sont prêts à intervenir si la monnaie continue à freiner la croissance helvétique. Une fois de plus, les spéculations concernant une hausse des taux de la FED et la faiblesse de la livre sterling à la suite du référendum, a poussé les investisseurs vers le franc suisse, considéré comme valeur refuge et renforcé artificiellement sa valeur. Dans l’instruction, les dirigeants de la Banque comptent encore sur un taux de croissance de 1,50 % pour 2016 tandis que  les prévisions d’inflation pourraient être  revues en raison de l’incertitude manifeste de la Banque Centrale Européenne lors de la réunion de juin.

UE : Inflation confirmée à 0,20 %


L’Office européen des statistiques a confirmé que les données préliminaires sur l’inflation pointent vers une augmentation progressive. Les secteurs des services  et des produits alimentaires ont été que les principaux contributeurs à cette hausse inespérée, bien qu’en au-dessous de l’objectif de 2% fixé par la  Banque Centrale  Européenne. Le taux de chômage élevé et la faiblesse de la Monnaie Unique face au dollar américain enfreignent toute tentative d’atteindre l’objectif des prix à la consommation. La BCE a réduit ses taux et étendu de son programme  d’assouplissement quantitatif dans le but de régénérer la croissance et l’inflation mais les résultats tardent à se présenter. Au cours de la dernière réunion de la BCE, le Président  Mario  Draghi a avoué être dans l’incapacité de stimuler davantage l’économie du bloc européen par des mesures monétaires.

popup_close
eurusd-d2a

La BoE est pour plus de stimulation


Comme prévu, la Banque d’Angleterre a laissé sa politique monétaire inchangée, comme a avec des taux de 0,25 % et un volume de Quantitative Easing à 435 milliards £. Selon certains, une réduction de taux aurait pu éviter la récession et rapprocher l’économie  britannique de son objectif inflationniste fixé soit de 2 %. Malgré l’indication de quelques légères hausses, les décideurs prévoient encore de nombreux vents contraires à l’approche de l’entrée en vigueur de l’Article 50.

popup_close
gbpaud-d3a

USA : ventes au détail inférieures aux prévisions


Le taux de vente au détail est un facteur déterminant pour l’économie des Etats-Unis vu qu’il contribue à plus de 60 % du taux de croissance de la nation. Or, ce taux se retrouve à la baisse, bien en-dessous des valeurs du mois précédent et des estimations. Pour le mois d’aout, on constate une chute de -0,30 % par rapport à -0,10 % en juillet, tout en  manquant un consensus de -0,10 % comme l’indique le Bureau du recensement.  Dans la foulée d’un flop de la production industrielle et de la construction, ainsi qu’un ralenti de la croissance de l’emploi, les valeurs récentes des ventes au détail pèsent sur la balance censée déterminer le bienfondé d’une prochaine hausse des taux de la part de la Réserve fédérale américaine.

popup_close
xauusd-d4a

Upcoming Events

Avertissement de risque : Les CFDs sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perdre de l'argent rapidement en raison de l’effet de levier. 79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lors du trading des CFDs avec ce courtier.
Vous devez vous demander si vous comprenez le fonctionnement des CFDs et si vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent