La croissance de l’emploi à la traîne aux États-Unis

L’industrie Allemande est en mauvaise posture

unemployemnet

Les récentes données font un bilan en demi-teinte pour le marché de l’emploi des États-Unis.

États-Unis : baisse du chômage mais stagnation des créations d’emploi

Les créations de nouveaux emplois non agricoles seraient à la baisse aux États-Unis pour le mois de janvier, bien que le taux de chômage ait également baissé à son niveau le plus bas depuis 2008, et ce à la surprise générale. Face à ces résultats très mitigés, les investisseurs vont à présent se référer aux déclarations de la présidente de la Réserve fédérale Janet Yellen qui devrait d’exprimer plus tard dans la semaine au sujet du marché de l’emploi. Les économistes prévoient un discours belliciste qui devrait montrer l'économie américaine sous son meilleur jour, et ce malgré la crise économique mondiale.

popup_close
dax-mar1602082016

Le taux de chômage monte en flèche au Canada

Les commandes industrielles allemandes ont chuté en territoire négatif pour le mois de janvier, après avoir grimpé à 1,50 % en novembre dernier. Selon le Ministère fédéral allemand de l'économie et de l'énergie, les commandes industrielles auraient également diminué de -0,70 % en décembre, et manquent par la même occasion les attentes d’une contraction de -0,50 %. Les commandes émises au sein de la zone euro ont chuté de -6,90 % tandis que les commandes extérieures ont grimpé de 5,50 %, sans doute grâce à l'affaiblissement de l'euro. Le secteur des biens intermédiaires a chuté de -2,00 %, en ligne avec les la consommation des ménages qui a reculé de -2,50 % sur la même période. Contre toute attente les sociétés allemandes ne sont pas aussi craintives qu’on pourrait le croire quant aux perspectives industrielles, comme en témoigne la combinaison des statistiques récentes et le faible taux de chômage, qui nous l'espérons stimulera la demande. Les inquiétudes proviennent en revanche du quatrième plus gros partenaire commercial de l'Allemagne, à savoir la Chine, et plus précisément de la croissance de son PIB qui a été vacillante au cours de l'année, ce qui peut avoir des conséquences non négligeables sur l'économie allemande.

popup_close
xauusd02082016

Japon : l'excédent des comptes courants multiplié par six en 2015

Les dernières données fournies par le Bureau of Labor Statistics font état d’une augmentation de seulement 151,000 emplois non agricoles aux États-Unis en janvier, après l’explosion de ce chiffre en décembre, révisé à la baisse à 262,000 nouveaux emplois. Le chiffre de vendredi a largement manqué les attentes (151,000 emplois créés versus 190,000 espérés), ce qui souligne le ralentissement général de l’économie. Néanmoins, le point positif est que le taux de chômage est tombé à son niveau le plus bas depuis février 2008, pour tomber à 4,90 % versus le chiffre relativement stable de 5,00 % rapporté au cours des derniers mois. Si on regarde plus en détail, les secteurs qui ont créé le plus d’emplois sont ceux où on retrouve les métiers à faible qualifications et rémunérations comme le secteur de la restauration, alors que l’emploi à temps partiel est le principal moteur de la création d'emplois à l'heure actuelle. Aussi le marché du travail semble montrer des signes croissants de faiblesse dans le secteur manufacturier et des services comme l'indiquent les dernières données. Le dollar s’est rétracté légèrement depuis la réouverture, ce qui a propulsé les prix de l'or à leurs plus hauts niveaux depuis des mois, pour atteindre 1175 dollars, avant de se replier.

popup_close
usdcad02082016

L’agence officielle Statistique Canada a mis en lumière les défis actuels auxquels sont confrontés les décideurs politiques, après que les chiffres pessimistes de l'emploi pour janvier soient tombés, montrant davantage de suppressions d'emplois au sein de l’économie nord-américaine. D’après le chiffre de l'emploi rapporté vendredi dernier, c’est 5,700 emplois qui ont été supprimés au cours du mois de janvier, avec des estimations qui tablaient sur 5,500 à la baisse et 1,300 au mois précédent. Le taux de chômage a également légèrement augmenté à 7,20 %, ce qui est médiocre par rapport au mois de décembre et aux estimations de 7,10 %. La chute des prix du pétrole continue de peser sur l'exploration et la production d'énergie des entreprises, en raison d’une minimisation des coûts à venir à la suite de la coupe des effectifs. La province d’Alberta, moteur économique du pays dans la dernière décennie, a sans surprise subi les baisses les plus importantes avec 10,000 suppressions d'emplois et un taux de chômage régional passé de 7,00 % en décembre à 7,40 % en janvier. Les économistes attendent des licenciements continus dans le secteur pétrolier, en raison de profits et ventes faibles qui auront inexorablement un impact sur l’emploi.

popup_close
usdjpy02082016

Évènements À Venir