La fabrication allemande en voie de rétablissement

Reprise du secteur manufacturier allemand

fabrication-allemande


Entraînée par une amélioration de la demande locale associée à des achats étrangers, les usines allemandes retrouvent un second souffle et enregistrent le rythme le plus rapide en plus de 2 ans, renforcé par la reprise légère de l’économie d’exportation. Alors que la demande en provenance de l’UE demeure stable, l’amélioration des conditions commerciales et l’affaiblissement de l’Euro ont contribué à engager la meilleure dynamique au sein de l’un des plus importants secteurs de l’économie allemande.

Les commandes des usines allemandes progressent


Après plusieurs mois d’activité ralentie au milieu d’un environnement difficile pour l’économie d’exportation, les commandes manufactuirièrers allemandes ont connu une croissance significative, en grande partie grâce à la demande intérieure. Ce chiffre a grimpé de 4,90 % au cours du mois d’octobre, marquant la plus forte progression depuis juillet 2014 et largement au-delà des 0,60 % attendus, la figure précédente a également été révisée légèrement à la hausse, ce qui laisse supposer une meilleure récupération au sein des principes fondamentaux. Le principal moteur de la croissance a été la demande intérieure qui grimpe de 6,30 %, tandis que la demande extérieure a augmenté de 3,90 %. Toutefois, le principal sujet de préoccupation se situe au cœur de la zone Euro, où le taux de l’achat est pratiquement insignifiant et que les perspectives pour l’agrégat restent fragiles malgré les mesures monétaires très accommodantes. Après la poussée spectaculaire de lundi, l’indice de référence allemand DAX 30 fait un peu  marche arrière.

popup_close
1-dax-dec16daily12062016

L’Australie maintient ses taux stables


Comme prévu, la Reserve Bank of Australia a décidé de maintenir ses taux d’intérêt en attente à un record inférieur de 1,50 %, laissant la référence inchangé depuis août. Dans ses déclarations ultérieures, le gouverneur de la Banque centrale Philip Lowe a mis en évidence l’évolution en cours dans l’économie, précisant qu’après des années, l’épicentre se déplace dorénavant de l’économie d’exportation et l’investissement minier vers la consommation domestique. Cependant, selon le premier banquier, il demeure de nombreux risques concernant les perspectives, avec une croissance du quatrième trimestre inférieure aux perspectives. D’une part, malgré un degré élevé de confiance envers les entreprises, les investissements restent faibles tandis que l’inflation est extraordinairement faible. En outre, le chômage reste un sujet de préoccupation majeure vu qu’on constate davantage d’emplois à temps partiel que d’emploi à temps plein. En réponse aux dernières mesures, la paire AUD/USD reste sous pression et retombe en-dessous de 0,7500.

popup_close
2-audusddaily12062016

L’élan du secteur des services américain s’accélère


Les données communiquées par l’Institute of Supply Management lundi ont mis en évidence le renforcement continu du secteur des services américains, avec l’indice des directeurs d’achat non manufacturier qui escalade à 57,2 pendant le mois de novembre. Cela représente une augmentation significative par rapport au cours de 54,8 du mois d’octobre et marque la plus haute lecture depuis octobre de 2015 soit 88 mois de hausses consécutives de l’indice. Le principal facteur derrière l’amélioration des résultats est la plus forte embauche et l’activité commerciale. Cependant, malgré l’optimisme de la manchette, la croissance des nouvelles commandes a ralenti aux côtés de prix, indiquant quelques pressions potentielles et la baisse de l’indice dans les mois à venir. L’autre figure de services signalée par Markit a indiqué que la croissance de services a également rétrogradé, tombant à 54,6 54,7 en octobre. Renforcées par le sentiment positif, les futures Dow accèdent à un nouveau record lundi, avec des prix en légère correction depuis la réouverture.

popup_close
3-dow-dec16daily12062016

L’or se confronte avec de nouvelles baisses record


Sur le dos de meilleurs chiffres PMI aux États-Unis, élan du dollar américain et le contenu plus belliciste des commentaires de la Réserve Fédérale, l’or a atteint un minimum de 10 mois après qu’une valeur de presque 3,5 milliards $ de CFD ont été déposés après la publication des données relatives aux services. Le flux d’ordres extrême a fait chuter les prix jusqu’à 1157,18 dollar l’once, avant de se stabiliser au-dessus de 1170,00 $. Les pertes proviennent de la spéculation que la Réserve Fédérale pourrait raffermir sa politique plus vite que prévu, tout du moins selon les remarques du Président de la réserve de New York William Dudley. Il a mentionné que si le plan de relance budgétaire se matérialise, la Fed devrait relever ses taux plus rapidement, surtout si les objectifs concernant l’inflation et l’emploi sont dépassés. Cependant, avec l’affaiblissement de l’élan du dollar, l’or a réussi à récupérer modestement, malgré les pressions à la baisse en cours sur les prix.

popup_close
xauusddaily12062016

Évènements À Venir

  • Time
  • Currency
  • Event
  • Forecast
  • Previous
  • 10:00 GMT
  • EUR
  • PIB en glissement annuel (Q3)
  • 1.60%
  • 1.60%
  • 10:00 GMT
  • EUR
  • PIB QoQ (Q3)
  • 0.30%
  • 0.30%
  • 13:30 GMT
  • NZD
  • Global Dairy Trade prix Index
  • 4.50%
  • 15:00 GMT
  • USD
  • Factory Orders MoM (octobre)
  • 2.60%
  • 0.30%
  • 15:00 GMT
  • CAD
  • Ivey PMI (novembre)
  • 59.9
  • 59.7
X

Forex et CFD sont des produits à effet de levier et vous risquez de perdre l’ensemble du capital investi. Les produits à effet de levier impliquent un niveau de risque élevé et ne conviennent pas à tous les investisseurs. Vous devez considérer vos objectifs d’investissement, niveau d’expérience, ressources financières, mesurez votre appétit au risque et demander des conseils indépendants si nécessaire. Veuillez lire les avertissements aux risques avant d’effectuer une transaction.