La Grèce rejette l'austérité

Les résultats du référendum montrent une victoire retentissante pour le vote du «NON»

greece-says-no

L'électorat grec a massivement rejeté les conditions d’un plan de sauvetage plus coûteux, en votant «non» à plus d'austérité, soutenant par la même la position du Premier ministre Alexis Tsipras dans sa négociation avec les créanciers. Cela accroît les enjeux pour une sortie potentielle de la zone euro malgré le désir grec d’y rester.

Les Grecs disent Non

Dans un revirement étonnant des évènements, le parti Syriza a remporté une victoire importante durant la nuit avec le décompte des voix montrant que plus de 61% des électeurs grecs ont choisi le «non» lors du référendum, jetant l'Europe dans le désarroi alors que les dirigeants se démènent pour cercler les économies afin de les protéger de la contagion. Dans un coup d’éclat, en agitateur le ministre grec des Finances Yanis Varoufakis a démissionné de son portefeuille ministériel afin d’aider Tsipras à revenir à la table des négociations avec les créanciers. Le vote écrasant contre l'austérité et de nouvelles réductions de dépenses pourrait aider la Grèce à enfin alléger le problème de la dette persistante à travers des réductions de marge et l'allégement de la dette. S’il s’agit d’une grande victoire, cela précipite néanmoins la situation vers le chaos avec les créanciers qui ne savent pas comment réagir. Les réunions auront lieu tout au long de la séance de marché d'aujourd'hui alors que les décideurs discutent des options qui s’offrent à eux, émission d’une monnaie parallèle et obtention d’un financement bancaire incluses. L'Euro a rouvert avec une perte de plus de 100 points avant de se redresser durant la nuit, réussissant à revenir au-dessus de 1,1000 après avoir connu une volatilité importante.

popup_close
eurusd07062015

Les actions futures dégringolent

Les actions Futures se sont vendues massivement depuis la réouverture avec les actifs à risque qui ont dégringolé dans la continuité du référendum grec. Comme aucune orientation claire n’est définie sur le plan national et que les analystes côté vente sont en contemplation attendant que la Grèce reste ou ne sorte de la zone euro, les traders ont muté en mode «sans risque" alors que l'incertitude règne avant les réunions de l'Eurogroupe. La plus grande difficulté s’est ressentie dans les futures Dow, enregistrant à des niveaux les plus bas depuis le début de janvier. Les références européennes ont été gravement touchées par l'annonce, avec les contrats DAX 30 et CAC 40 à terme atteignant des plus bas jamais vus depuis la mi-février avec la situation grecque qui accroît les enjeux sur l’élargissement par e BCE de mesures d'assouplissement quantitatif. Le Nasdaq a majoritairement réussi à éviter le carnage alors que la technologie lourde a relativement aidé les paires de référence à surperformer. En outre, les actions chinoises ont connu une séance de négociation particulièrement volatile après que la BPC soit intervenue pour soutenir les marchés boursiers.

popup_close
dow-sep1507062015

Le pétrole brut plonge

Les principales référence de pétrole brut ont chuté en dessous des niveaux de soutien critiques, sortant d'une zone de variation de deux mois alors que les craintes de contagion combinées un ralentissement de l’activité en Asie ont renoué avec le pessimisme dans le secteur pétrolier. Le pétrole brut Brent est tombé en dessous de 60 dollars le baril et le West Texas Intermediate est brièvement tombé en dessous de 55 dollars le baril avant de rebondir à la hausse. L'écart entre les instruments s’est rétréci après s’être élargi à 5 USD la semaine dernière, éant actuellement aux alentours de 4,70 USD. La convergence de facteurs contribuant à un marché ignorant déjà les conditions d'équilibre, la récente chute des cours pourrait indiquer le début de la reprise de la tendance baissière qui prévalait à plus long terme. L’augmentation du nombre d’appareils de forage et l’intensification de la production des principaux producteurs a vu la demande excéder alors que l'OPEP maintient ses objectifs de production inchangés. En attendant le gaz naturel tend également à la baisse, avec le Henry Hub se repliant de -0,74% à 2.750 par million de BTU.

popup_close
cl-aug1507062015

La paire GBP/USD dans un canal équidistant d’après l’analyse technique

La sécurité est à nouveau de mise sur les marchés avec les actifs refuges tels que le dollar US bénéfice largement de l'incertitude à laquelle l’Europe fait face. Plus les négociations durent, plus se dessine la probabilité d'un scénario de sortie pour la Grèce, ce qui pourrait déclencher un nouveau cycle de contagion avec les instruments d’aversion au risque comme le Franc et l’Or gagnant de l'élan de concert avec le dollar américain. La livre sterling a également chuté suite aux nouvelles alors que la Grance-Bretagne se prépare à mettre en œuvre le nouveau budget d'austérité, avec la paire GBP/USD tendant constamment à la baisse après avoir touché en juin le plus haut niveau depuis 2014. La figure de canal équidistant qui prévaut dans la paire a un biais baissier avec des positions idéalement prises près de la ligne de canal supérieur et ciblant la ligne inférieure du canal. Lutter contre la tendance à la baisse à court terme augmenterait les risques et réduirait les chances de gain.

popup_close
gbpusd07062015-1

Évènements À Venir

  • Heure
  • Devise
  • Événement
  • Prévu
  • Précédemment
  • 14:45 GMT
  • USD
  • Indice PMI des services
  • 54.8
  • 15:00 GMT
  • USD
  • Indice PMI ISM non-manufacturier
  • 56.2
  • 55.7
  • 15:00 GMT
  • CAD
  • Indice PMI Ivey
  • 54.0
  • 62.3