peel page fold
arrow
logo

Alvexo - Le partage avec la communauté

En savoir plus

La production industrielle chinoise traine la jambe

Chine : la production industrielle ralentit nettement en début d’année

shutterstock_326124482

Les chiffres de la production industrielle de la Chine publiés durant le week-end ont montré une croissance de 5,40 % sur l'année, en baisse par rapport aux chiffres précédents de 6,10 %. Notons qu’il s’agit également du plus faible rythme de croissance de l’industrie chinoise depuis 7 ans. À date, les ventes au détail annuelles ont également affiché une croissance plus lente à 10,20 %, ce qui souligne la pression continue exercée sur la Banque populaire de Chine pour intensifier sa politique monétaire.

Royaume-Uni : la livre se renforce malgré une balance commerciale à la dérive

Les données relatives au commerce britannique publiées vendredi dernier ont montré un repli considérable du déficit commercial pour le mois de janvier, qui déçoit la révision à la hausse les chiffres de décembre. Aussi, d’après les données publiées par l'Office for National Statistics (ONS), le déficit commercial du Royaume-Uni pour les biens et services aurait augmenté à 3,5 milliards de livres en janvier, soit bien plus que les prévisions de 3 milliards. Le faible taux de production corrobore aux taux stationnaire des exportations du Royaume-Uni pendant deux mois consécutifs, tandis que les importations ont diminué de 0,2 milliard de livre sterling sur la même période. Les prix des carburants ont été le principal moteur à la baisse des importations. Les exportations du Royaume-Uni vers l'Union européenne ont augmenté sur le mois, avec en tête les échanges avec l'Allemagne et la France. Bien qu'il y ait des spéculations sur le fait qu’un taux de change plus faible ait contribué à stimuler les exportations, les analystes de l'ONS ont souligné l’absence de preuve concrète à cela. Outre les données sur le commerce, la production dans le secteur de la construction au Royaume-Uni a enregistré une baisse, entraînée dans le sillage de l’affaiblissement des infrastructures et des projets de logements publics. En effet entre décembre et janvier, le secteur de la construction du Royaume-Uni a chuté -0,20 % alors qu’elle avait déjà considérablement diminué par rapport à il y a un mois. La livre sterling a continué de se renforcer vendredi, pour s’échanger jusqu’à 1,43 dollars.

popup_close
1-gbpusd-1403-nt-2

Les prix à la consommation chutent en Allemagne pour février

Les prix à la consommation de l’Allemagne ont augmenté modestement de 0,40 % en février, mais sont restés à plat sur une base annuelle, ce qui tue dans l'œuf tout espoir d'atteindre la cible d'inflation de 2,0 % de la BCE. Les données publiées vendredi ont montré que l'IPC mesuré sur une base annuelle est restée nul, comme le prédisaient les chiffres préliminaires publiés fin février. Les prix de l'énergie ont été nettement plus faible en février 2016, en baisse de près -8,5 0 % sur un an. D’un mois sur l’autre, l'inflation des consommateurs a progressé à un rythme de 0,40 %, mais a déçu les prévisions de la Commission de l'UE qui tablait sur une relance de la production interne capable de relancer l’inflation de 0,50 % en 2016. L'indice harmonisé des prix à la consommation (ou IPCH) a confirmé une baisse de -0,20 % versus 0,40 % d’une année sur l’autre. Ce taux plus faible s’avère similaire à celui de la semaine dernière, avec l'excédent commercial de l'Allemagne qui a diminué en janvier à 13,6 milliards d'euros, en baisse face à l'excédent commercial de 19 milliards d'euros du mois de décembre. La semaine dernière, la Banque centrale européenne a annoncé la mise en œuvre d’une multitude de mesures d'assouplissement monétaires, y compris la réduction des taux d'intérêt ainsi que de l’étendue de la politique de rachats mensuels d'obligations de 20 milliards d'euros supplémentaires. La paire EUR/USD s’est renforcée après l'annonce de la BCE et a clôturé vendredi avec une cote de 1,114 dollars.

popup_close
2-eurusd-1403-nt

Canada : l’emploi déçoit et entraîne  la devise dans sa chute

Selon le rapport de l'emploi mensuel pour février, la chute du dollar canadien aurait effacé tous les progrès engendrés par la Banque centrale du Canada. Le taux de chômage du pays se place en effet à 7,30 % contre 7,20 % précédemment, tout en enregistrant une perte de 2 300 emplois sur un mois, probablement en raison du ralentissement de la production pétrolière s’imposant. Les analystes, qui attendaient de voir 10 000 nouveaux emplois créés à l'économie, sont largement déçus. Le rapport de l'emploi décevant arrive à un moment où la Banque du Canada a laissé ses taux d'intérêt inchangés alors que les exportations non énergétiques ont subi un élan d’accélération. L'économie canadienne a progressé à un rythme de 0,80 % d’une année sur l’autre au cours du quatrième trimestre de 2015, ce qui signe un ralentissement versus les 2,40 % du trimestre précédent. Plus tôt, les chiffres de la dette des ménages canadiens ont montré une progression au cours du quatrième trimestre de 2015, alors que la croissance de l'endettement a continué à se renforcer les revenus fiscaux qui ont progressé de 0,60 %, tandis que l'emprunt a augmenté à un rythme de 1,60 % au cours du trimestre. La paire USD/CAD, après avoir affiché une session basse près de 1,3239 dollars, a fortement rebondi après la publication de ces chiffres.

popup_close
3-usdcad-1403-nt

Prix du pétrole : selon l’AIE, le pire serait derrière nous

L'Agence internationale de l’énergie a noté dans son dernier rapport que les prix du pétrole pourraient avoir dépassé leur point le plus bas, et ce suite au rétrécissement de la production hors OPEP. L’AIE a aussi indiqué que celle hors OPEP devrait diminuer de 750K barils par jour en 2016, alors que d’un autre côté le forage pétrolier iranien et nigérien continuent de croître. L'Iran, qui a pourtant promis de pomper le pétrole à des niveaux record pour compenser la perte des parts de marché, montre une augmentation plus lente que prévue de sa production, selon l'agence. Les cours du pétrole brut WTI ont atteint un creux sur 12 ans en janvier de cette année, et se sont négociés brièvement aux alentours de 26 dollars le baril, pour clôturer cette semaine à 38,47 dollars, ce qui représente une quatrième semaine de gains consécutifs. Goldman Sachs, qui a été baissier sur les matières premières, a noté que les prix du pétrole pourraient rester dans la région des 25 -  45 dollars au deuxième trimestre de 2016.

popup_close
4-cl-apr16-1403-nt

Évènements À Venir

  • Time
  • Currency
  • Event
  • Forecast
  • Previous
  • 10:00 GMT
  • EUR
  • Production industrielle m/m
  • 1,70%
  • -1,00%
  • 19:00 GMT
  • NZD
  • Déclaration du directeur de la RBNZ Wheeler