La production mondiale serait-elle hors de contrôle ?

La production d’or noir irannien sème le doute

oil-2

Les prix du pétrole se sont montrés très volatils hier, même si les pertes ont été limitées par rapport à la baisse de la semaine dernière. Les commandes de pétrole brut WTI pour le mois de mai ont quant à elles atteignent 35,48 dollars le baril durant la journée. Les traders attendent avec impatience la réunion du 17 avril prochain qui aura lieu à Doha, durant laquelle devrait naître un accord sur le gel de la production. Mais rien n’est moins sûr, l’Arabie Saoudite a même noté que ce gel de la production de pétrole ne pourrait se faire que si l’Iran ainsi que d’autres pays se joignent à l’accord. Le ministre du pétrole de l'Iran a déclaré dimanche dernier que les exportations de pétrole du pays ont augmenté de 250k barils par jour en mars, ce qui représente plus de 2 millions de barils par jour. Plus tôt en mars, l'Iran avait fait savoir que le gel de sa production serait mis en place lorsque le pays aura atteint la production de 4 millions de barils par jour.

Le yen japonais se renforce face à ses pairs

Si le yen japonais s’est montré faible à l’ouverture de la session boursière d’hier, il a affiché des gains considérables durant la journée. Les investisseurs ont continué d'ajuster leurs positions face aux plans prudents de la Fed pour augmenter les taux d'intérêt. Toutefois, le président de la Réserve fédérale de Boston Eric Rosengren a averti que les marchés devenaient trop complaisants, et a ajouté que les hausses de taux pourraient ne pas être "progressives". Après les commentaires de la présidente de la Réserve fédérale Janet Yellen mardi dernier, les marchés anticipent actuellement une probabilité de hausse des taux de 26 % au mois de juin, et une probabilité de hausse des taux de 66 % en décembre. La paire USD/JPY a terminé hier à 111,31, mais reste vulnérable à un grand nombre d’évènements à risque cette semaine, tels que la publication mercredi du compte-rendu de la réunion du FOMC de mars, suivi par un discours prononcé de Janet Yellen jeudi, en parallèle de la publication des données de la balance commerciale du Japon.

popup_close
1-usdjpy-0504

Zone Euro : le chômage tombe à 10, 30 %, au plus bas depuis 2011

Une fois n’est pas coutume, les nouvelles sont positives pour la zone euro : les dernières données de l’emploi de la région publié par Eurostat lundi ont montré une baisse du taux de chômage à 10,30 % en février, soit au plus bas depuis 2011. Le taux de chômage du mois de janvier a été révisé à la hausse pour passer de 10,30 % précédemment à 10,40 %. L'euro s’est montré peu sensible à ces données. Sur une note moins optimiste, l’indice PPI des prix à la production a chuté de 0,70 %, et manque les prévisions de -0,50 %, alors que PPI janvier a été révisé à la hausse pour passer de -1,10 % à -1, 00 %. D’une année sur l’autre en février, le déclin de l’indice des prix à la production s’est accéléré à 4,20 %, bien au-dessus de l’impression révisée de janvier (-3,0 %). Bien que la paire EUR/USD ait initialement perdu du terrain, la monnaie unique a réussi à minimiser ses pertes pour rester fermement au-dessus de 1,135 dollars.

popup_close
2-eurusd-0504

Australie : la RBA laisse sa politique monétaire inchangée

Sans surprise pour les analystes, la Banque centrale d’Australie a laissé inchangés ses taux d’intérêts lors de sa réunion de politique monétaire qui a eu lieu plus tôt dans la journée. Les taux directeurs sont donc maintenus à 2,0 %. Cela met en évidence les effets négatifs de la récente appréciation du dollar australien, qui a poussé la Banque à prendre position sur l’avenir de la monnaie après 7,0% de variation de son taux de change.

popup_close
3-usdchf-0504

États-Unis : le marché de l’emploi dans le rouge en mars

L'indice des tendances de l'emploi du Conference Board américain a chuté de 0,80 % en mars soit en baisse de 1,10 %. Cet indice des tendances de l'emploi regroupe les inscriptions au chômage, les offres d'emploi et les données de production industrielle, et sa baisse est considérée comme un signe d'affaiblissement significatif du marché du travail américain. L’économiste en chef du Conference Board Gad Levanon a déclaré qu'il était difficile d'attendre que les États-Unis continuent de créer 200k emplois par mois alors que d’un autre côté la production économique peine à atteindre les 2 % de croissance. Ces données font suite à celles de l’emploi non agricole parues vendredi dernier, qui ont indiqué que les États-Unis ont vu leur taux de chômage s’élever de 4,9 % en février à 5 % en mars. Toutefois, la rémunération horaire moyenne a augmenté à un rythme de 2,30 %, bien au-dessus des 2,20% prévues.

popup_close
4-cl-may16-0504

Évènements À Venir

  • Time
  • Currency
  • Event
  • Forecast
  • Previous
  • 06:00 GMT
  • EUR
  • Commandes des usines allemandes m/m
  • 0.50%
  • -0.10%
  • 08:30 GMT
  • GBP
  • Indice PMI des services
  • 53.9
  • 52.7
  • 12:30 GMT
  • CAD
  • Balance commerciale
  • 0.9 milliard
  • -0.7 milliards
  • 12:30 GMT
  • USD
  • Balance commerciale
  • -46.3 milliards
  • -45.7 milliards
    X

    Forex et CFD sont des produits à effet de levier et vous risquez de perdre l’ensemble du capital investi. Les produits à effet de levier impliquent un niveau de risque élevé et ne conviennent pas à tous les investisseurs. Vous devez considérer vos objectifs d’investissement, niveau d’expérience, ressources financières, mesurez votre appétit au risque et demander des conseils indépendants si nécessaire. Veuillez lire les avertissements aux risques avant d’effectuer une transaction.