La production pétrolière incontrôlée se poursuit

Doha : l’Iran se fait porter pâle, la réunion échoue

oil-4

Quinze pays producteurs de pétrole, membres de l'OPEP mais aussi hors OPEP, se sont réunis à Doha le 17 avril pour ce qui a été l'une des réunions les plus attendus de ce mois d’avril. Le but, discuter de gel des niveaux de production de pétrole. Mais avec le désistement de l’Iran à la dernière minute, les membres restants n’ont pas réussi à établir d’accord, et ce malgré six heures de tractations. Les membres auraient estimé que dans un souci d’équité tous les pays producteurs devaient se soumettre souscrire à l’accord, sans exception. Si l’espoir d’un accord avait tout d’abord enflammé les marchés, l’échec de la réunion a fait lourdement chuter les prix du brut sur le NYMEC en début de séance, et ce de plus de 6 % suite à un sentiment de panique de la part des traders. La prochaine réunion de l’OPEP est prévue le 20 octobre prochain en Russie.

Royaume-Uni : la production du secteur de la construction en berne

Le secteur de la construction du Royaume-Uni a chuté de 0,30 % en février, versus la baisse de 0,40 % en janvier, d’après les données de l’Office national des statistiques publiées vendredi. Les analystes, qui n’attendaient aucun changement au cours du mois, ont été pris de court par ces chiffres. D’une année sur l’autre, la production du secteur de la construction a augmenté de 0,30 % en février, ce qui signe une reprise après la baisse de 0,90 % observé au début de l'année. Mais ces chiffres restent toutefois médiocres, avec des prévisions qui tablaient sur 0,70 %. Les baisses sont attribuables à une baisse du secteur de la construction et de l'infrastructure publique, tous deux tombés à 1,80 %, ce qui n’a pas manqué de raviver les inquiétudes des investisseurs quant au prochain référendum sur un éventuel " Brexit ".

popup_close
1-gbpusd-1804

L’excédent commercial de la zone euro chute en février

Les données commerciales publiées par Eurostat vendredi dernier ont montré que l'excédent commercial de la zone euro avait baissé plus fortement que prévu en février. Sur une base désaisonnalisée ajustée, l'excédent commercial est en effet tombé à 20,2 milliards d'euros en février versus 22,8 milliards d'euros en janvier. Pour couronner le tout, les chiffres ont également manqué les estimations de 21,5 milliards d'euros. Plus en détail, les exportations de la zone euro ont augmenté de seulement 0,70 % au cours du mois, tandis que les importations ont augmenté de 2,60 %. Sur des variations non saisonnières ajustées, l'excédent commercial de la zone euro a cette fois diminué à 19 milliards d'euros au cours du mois, et d’une année sur l’autre les exportations ont diminué de 1,0 %, alors que les importations ont augmenté de 2,0 %.

popup_close
2-eurusd-1804

États-Unis : la production industrielle et le sentiment des consommateurs en chute libre

Selon un rapport publié par la Réserve fédérale vendredi dernier, la production industrielle américaine afficherait une baisse plus importante que prévu, pour tomber à 0,60 % en mars, avec en tête une chute dans les secteurs des exploitations minières et des services publics. Les analystes s’attendaient à une chute de seulement 0,10 %, même si la crise de la production industrielle de mars est en ligne avec la baisse de 0,50 % en février. L’exploitation minière a chuté de 2,9 0%, soit encore plus loin que la baisse de 0,10 % en février, tandis que la production des services publics a diminué de 1,20 % en mars. Dans un rapport distinct de l'Université du Michigan pour le mois de mars publiée vendredi, les données du sentiment des consommateurs américains montrent une diminution pour le mois d’avril avec un indice de 89,7 versus 91,0 précédemment. La chute de la confiance des consommateurs en mars marque le quatrième mois consécutif de baisse. Le rapport a également montré que l'indice pour l'évaluation des conditions économiques actuelles des consommateurs a chuté à 105,4 en avril, versus la baisse de 105,6 en mars.

popup_close
3-usdjpy-1804

L’inflation à la hausse en Nouvelle Zélande au premier trimestre

L'indice des prix à la consommation de la Nouvelle-Zélande a augmenté de 0,20 % au premier trimestre de 2016, soit bien au-dessus des prévisions de 0,10 % selon les données publiées par Statistique Nouvelle-Zélande lundi. Cette augmentation fait suite à une contraction de 0,50 % au trimestre précédent, alors au plus bas depuis 15 ans. Les pressions inflationnistes ont été dues à la hausse des prix alimentaires et immobiliers, alors que les prix du gaz et des billets d’avions ont diminué. Les prix des cigarettes et du tabac ont de leur côté augmenté de 9,40 % après une hausse des taxes induite par le gouvernement en janvier. En dehors de cela, l’inflation de la Nouvelle-Zélande a affiché une baisse de 0,10 % au cours du trimestre. Aussi d’une année sur l’autre l'inflation du pays a bondi de 0,40 %, bien au-dessus de la hausse de 0,10 % observée au trimestre précédent. Les dernières données sur l'inflation correspondent aux prévisions de la Banque centrale, mais restent néanmoins bien en deçà de sa fourchette cible, ce qui laisse à penser que de nouvelles baisses de taux ne sont pas à exclure

popup_close
4-nzdusd-1804

Évènements À Venir

  • Time
  • Currency
  • Event
  • Forecast
  • Previous
  • 12:30 GMT
  • USD
  • Discours de Dudley, FOMC
  • 14:30 GMT
  • USD
  • Indice NAHB du marché de l’immobilier
  • 59
  • 58
  • 14:30 GMT
  • CASD
  • Achats de titres étrangers
  • 7.52 Milliards
  • 13.51 Milliards
  • 23:00 GMT
  • USD
  • Discours de Rosengren, FOMC
  • 91.9
  • 91.0
X

Forex et CFD sont des produits à effet de levier et vous risquez de perdre l’ensemble du capital investi. Les produits à effet de levier impliquent un niveau de risque élevé et ne conviennent pas à tous les investisseurs. Vous devez considérer vos objectifs d’investissement, niveau d’expérience, ressources financières, mesurez votre appétit au risque et demander des conseils indépendants si nécessaire. Veuillez lire les avertissements aux risques avant d’effectuer une transaction.