La production pétrolière mondiale est encore trop importante

Pétrole : 2,29 millions de barils en trop sur le marché des USA en mars

oil

Les prix à terme du pétrole brut ont poursuivi leur baisse constante, tandis que les stocks de pétrole brut hebdomadaires déclarés pour la semaine qui se termine le 25 mars ont montré une augmentation de 2,29 millions de barils dans les réserves commerciales des États-Unis. La croissance a été certes inférieure aux 3,1 millions de barils attendus, mais le constat est sans appel : l'offre continue de dépasser la demande. Une enquête distincte a montré que la production de pétrole mondial pour le mois de mars avait augmenté de 100 000 barils par jour, soit 32,47 millions de barils au total.

Le rapport ADP atteste de la reprise du marché de l’emploi américain

Le secteur privé aux États-Unis a continué sa progression en mars avec un ajout significatif d’emploi, ce qui confirme la robustesse du marché de l’emploi du pays, et ce en dépit des vents économiques contraires qui soufflent sur l’économie mondiale. À en croire les données publiées par l'ADP hier, la masse salariale dans le pays aurait augmenté de 200 k au mois de mars, bien au-dessus des prévisions de 195,000 des acteurs du marché. Les chiffres de février ont été révisés à la baisse, pour passer de 214 k à 20 5 k. Les effectifs du secteur privé pour mars sont restés en ligne avec la croissance de l'emploi mensuel moyen au cours des dernières années. Alors que le secteur des services a été le plus gros contributeur au rapport mensuel, le secteur manufacturier fait office de mauvais élève avec une production de seulement 3 000 emplois, à la suite d'une mise à pied de près de 9000 emplois au cours du mois précédent. Les prix de l'or ont reculé hier, pour effacer les gains de la veille après les remarques de statu quo de Janet Yellen qui ont fait baisser significativement le dollar.

popup_close
1-xauusd-3103

La production industrielle du Japon au plus bas depuis 2011

Le Japon aurait accusé une perte de production industrielle de 6,20 % en février sur une base mensuelle à un rythme plus important que prévu, avec une baisse des exportations et l’appréciation du yen. C’est un rythme jamais vu depuis 2011. D’une année sur l’autre, le taux est en baisse de 1,50 %, soit à un rythme plus faible que prévu, mais fait tout de même mieux que le déclin de 3,80 % en janvier. Le matériel de transport et les pièces électroniques se sont avérés être les plus grands freins à la production industrielle au cours du mois en question.

popup_close
2-usdjpy-3103-2

Allemagne : retour de l’inflation positive en mars

Les prix à la consommation de l’Allemagne se sont accélérés en mars avec une hausse de 0,80 %, et ce beaucoup plus rapidement que l'augmentation prévue de 0,60 %. Sur une base mensuelle, l’inflation est également en hausse par rapport à février (0,40 %). Sur une base annuelle à présent, l’indice des prix à la consommation de l'Allemagne a augmenté de 0,30 % pour dépasser les prévisions d’une hausse de 0,10 %. La légère hausse de l'inflation place l’indice IPC allemand plus proche des estimations de 0,50 % d’une année sur l’autre pour 2016, et est donc considérée comme encourageante pour la BCE. En effet, ces chiffres suggèrent que la politique d'expansion monétaire menée par la Banque centrale européenne pour lutter contre la déflation dans la zone euro a réussi la production d’une tendance plus positive que prévue. Plus tôt dans la journée Benoit Coeuré, membre du comité exécutif de la BCE, a déclaré que la banque centrale ne pousserait pas les taux davantage en territoire négatif. Ses commentaires reflètent ceux de Makuch, autre membre de la BCE, qui a déclaré mardi que la Banque centrale pourrait assouplir davantage sa politique monétaire, mais qu’en revanche l’outil de réduction des taux d'intérêt avait atteint ses limites.

popup_close
3-eurusd-3103

Royaume Uni : le déficit du compte courant se creuse au quatrième trimestre

Le déficit courant du Royaume-Uni sera publié par l'ONS plus tard aujourd'hui à 08h30 GMT. Les analystes prévoient un élargissement à 21 milliards de GBP au quatrième trimestre de 2015, versus 17,5 milliards de livres sterling précédemment. Les données de la balance commerciale ont été observées à la loupe dans le cadre du débat sur le Brexit, alors que le Royaume-Uni continue à s’appuyer sur les investissements étrangers pour financer son déficit courant, qui est d'ailleurs l'un des plus importants parmi les économies développées avec près de 4,0 % de sa production nationale. La Banque d'Angleterre, dans un rapport publié récemment, a noté que les investisseurs étrangers pourraient hésiter à investir davantage dans le pays face à une éventuelle sortie de la Grande-Bretagne de l'UE. Le PIB final révisé du Royaume-Uni pour le quatrième trimestre sera également publié, mais devrait rester inchangé à 0,50 %.

popup_close
4-gbpusd-3103

Évènements À Venir

  • Time
  • Currency
  • Event
  • Forecast
  • Previous
  • 07:00 GMT
  • GBP
  • Discours de Mark Carney, directeur de la Banque d’Angleterre
  • 08:30 GMT
  • GBP
  • Compte courant du Royaume-Uni
  • -21.1 billions
  • -17.5 billions
  • 12:30 GMT
  • CAD
  • PIB m/m
  • 0.30%
  • 0.20%
  • 13:30 GMT
  • USD
  • Revendications au chômage hebdomadaires
  • 266 K
  • 265 K
  • {{date | date:'HH:mm'}}
X

Forex et CFD sont des produits à effet de levier et vous risquez de perdre l’ensemble du capital investi. Les produits à effet de levier impliquent un niveau de risque élevé et ne conviennent pas à tous les investisseurs. Vous devez considérer vos objectifs d’investissement, niveau d’expérience, ressources financières, mesurez votre appétit au risque et demander des conseils indépendants si nécessaire. Veuillez lire les avertissements aux risques avant d’effectuer une transaction.