La Turquie surprend avec une hausse des taux

La Turquie mord la poussière

turquie-europe-crise


La combinaison d’un dollar américain plus fort, de mauvaises conditions domestiques et la détérioration des relations avec l’Europe ont convergé pour faire chuter la paire USD/TRY à son point le plus bas enregistré. En dépit d’une hausse des taux qui a surpris les marchés financiers, l’action sur le front de la politique monétaire semble insuffisante pour endiguer la conjoncture alarmante.

La livre turque atteint nouveau creux Record


La lire a coulée plus profond encore par rapport au dollar vendredi alors que la confiance vis-à-vis des perspectives du pays continue de s’aggraver. Outre les répercussions suscitées par la faiblesse des revenus du secteur touristique et des investissements en raison des conditions politiques, la Turquie a continué sa purge politique des fonctionnaires et attiré à son encontre une condamnation sévère de l’Union européenne. De façon exceptionnelle, le Parlement européen a décidé de mettre en attente les négociations sur l’adhésion de la Turquie à l’UE. Plus alarmant encore, l’inflation et le chômage sont en plein essor. La Banque Centrale turque a élevé son taux pour la première fois au cours de ces dernières années, ce qui porte le taux directeur de 8,00 %. Cette mesure contraste fortement avec l’objectif manifesté par Erdogan de baisser les taux pour faciliter la conjoncture économique, mettant la Banque centrale sur une trajectoire de collision avec le Président. Il faut s’attendre à de nouvelles pertes de valeur de la part de la livre alors que la Banque centrale fait face à une bataille difficile.

popup_close
usdtrydaily11252016

L’argent s’installe en territoire négatif


Après une chute de près de -15.00 % suite aux résultats des élections présidentielles américaines, l’argent se retrouve dans un marché baissier, après une année plutôt tumultueuse en termes de prix. Alors que les taux furent dopés à la hausse dans le sillage du référendum britannique, l’argent a désormais chuté de plus de -20.00 % étant donné que la décision de quitter l’Union européenne a été confirmée. Le principal moteur de la récente faiblesse des métaux précieux, et plus précisément argent, a été l’élan ahurissant pris par le dollar américain. Avec la certitude d’une hausse des taux en décembre, la plupart des investisseurs sont déjà prêts à observer de nouvelles augmentations de valeur du billet vert. Par conséquent, l’attrait pour les actifs refuges a été réduit, surtout par rapport à la hausse des rendements dans les autres types d’actifs. Compte tenu du fait que l’argent est un investissement à long-terme, d’autres resserrages monétaires et hausses du dollar causeront vraisemblablement la chute de l’argent au-dessous des 16,000$.

popup_close
2-xagusddaily11252016

L’Inflation japonaise montre une amélioration


Les marchés ont été surpris de constater que l’économie japonaise a pris le chemin de la reprise avec des données sur la consommation positives. L’IPC annuel a augmenté de 0,10 en octobre, soit la première augmentation de ces 8 derniers mois. Les gains ont principalement été conduits  par la hausse des prix de l’alimentation. Cependant, la figure de base, qui exclut les prix plus volatils comme les aliments et l’énergie, a chuté de -0,40 %, en soulignant que la lutte menée afin de faire progresser les prix à la consommation en territoire positif continue, malgré les politiques très accommodantes. Néanmoins, malgré l’effet continu de la déflation, la récente reprise de l’inflation et des améliorations modestes montrent que des progrès sont réalisés vers l’objectif de la Banque centrale. Après avoir atteint le point le plus élevé depuis mars, l’USD/JPY se rétracte, près de 100 pips, hors sommets Intraday.

popup_close
3-usdjpydaily11252016

Le commerce de la Nouvelle Zélande frôle le déficit


Après un aggravement considérable au cours des derniers mois, le déficit commercial de la Nouvelle-Zélande a finalement réussi à reprendre de l’altitude au cours du mois d’octobre, tombant à 6,40 % sur une base annuelle. Le déficit commercial, ce qui signifie que le total des importations est supérieur à celui des exportations, est tombé à 846 millions NZD en octobre par rapport au déficit de 1,394 milliards NZD en septembre. C’était le meilleur chiffre depuis juillet, soutenu en partie par les exportations qui ont progressé de 2,20 %, par rapport au cours de l’année, notamment en raison de ventes et de la hausse des prix des produits laitiers. La Chine et le Japon ont été les principaux facteurs des gains, avec des exportations de Nouvelle-Zélande qui gagnent 7,90 % et 12,00 % respectivement l’année dernière. Cependant, le commerce avec d’autres partenaires majeurs s’est résorbé, avec les importations de l’UE qui tombent de -9.70 %, suivie par les -6.50 % de contraction des importations australiennes. Après avoir gravi au-dessus 0.7000 début de session, le NZD/USD reste plus élevé sur la session tandis que l’élan de dollar américain prend une pause.

popup_close
4-nzdusddaily11252016

Évènements À Venir

  • Time
  • Currency
  • Event
  • Forecast
  • Previous
  • 09:30 GMT
  • GBP
  • préliminaire PIB annuel (Q3)
  • 2.30%
  • 2.30%
  • 09:30 GMT
  • GBP
  • PIB préliminaire QoQ (Q3)
  • 0.50%
  • 0.50%
  • 14:45 GMT
  • USD
  • Préliminaires Services PMI (novembre)
  • 54.8
  • 54.8