peel page fold
arrow
logo

Alvexo - Le partage avec la communauté

En savoir plus

L’accord de l’OPEP fait flamber les prix du pétrole

Pétrole : onze pays hors OPEP acceptent de baisser leur production

shutterstock_182916398


À la surprise générale, onze pays non-membres de l’OPEP se sont mis d’accord durant le weekend afin de fixer une limite sur la production de pétrole, dans une tentative ultime pour désamorcer la crise de surcapacité et enfin maîtriser les prix de l’or noir. Mais ce n’est pas tout, la hausse des cours du brut qui a suivi cette annonce a été renforcée par la révélation selon laquelle l’Arabie Saoudite songerait à réduire sa production en deçà des niveaux prévus par l’accord de Vienne.

L’Arabie Saoudite annonce aller au-delà de l’accord de Vienne


Le ministre du pétrole saoudien Khalid al-Falih a annoncé que l’Arabie Saoudite se préparait à réduire sa production de pétrole en dessous du niveau psychologique de 10 millions de barils par jour, ce qui n’a pas manqué de propulser les cours du Brent et les contrats à terme WTI à leur plus haut niveau sur l’année. Juste après l’annonce des pays non membres de l’OPEP de leur intention de réduire la production de 558 000 barils par jour dès le début de 2017, tous les indicateurs montrent que les prix de l’or noir pourraient finalement avoir atteint un niveau plancher. Si tous les acteurs honorent leurs engagements, c’est-à-dire s’ils résistent à produire davantage en cas d’augmentation des prix, ces accords pourraient mener à un rééquilibrage du marché de l’énergie. Parmi les pays qui se sont manifestés dans le cadre du nouvel accord, on retrouve la Russie, le Mexique, Oman, l’Azerbaïdjan et même le Kazakhstan. Pendant ce temps, les contrats à terme du WTI pour la livraison de janvier sont passés au-dessus de 54 dollars par baril.

popup_close
1-cl-jan17daily12122016

La confiance des consommateurs américains tient la route


Les données relatives aux sentiments des consommateurs américains publiées vendredi par l’Université du Michigan montrent que ces derniers sont plus confiants aujourd’hui que sur les deux dernières années, fait qui serait attribuable aux mesures fiscales promises par Donald Trump. Outre le sentiment global des consommateurs qui a atteint son plus haut niveau depuis janvier 2015, ils estiment que les conditions économiques actuelles sont bonnes, comme en témoigne l’indice qui a progressé de 107,3 à 112,1, signant la plus belle progression depuis juillet 2005. Mis à part cet optimisme exacerbé, les marchés spéculent autour d’une hausse des prix, encouragés par les diverses études qui anticipent une inflation à la consommation de 2,30 % en 2017. Cependant, l’investiture soulève beaucoup d’inquiétudes, surtout au vu des choix de l’administration de Trump, en particulier pour le poste de Secrétaire d’État après la nomination du CEO d’Exxon Mobil Rex Tillerson. Les prix de l’or sont maintenant à leur niveau le plus bas depuis le mois de février, en raison de la résurgence du dollar américain qui a considérablement réduit la demande pour les valeurs refuges.

popup_close
2-xauusddaily12122016

La Turquie se dirige doucement vers la crise économique


Les données relatives aux sentiments des consommateurs américains publiées vendredi par l’Université du Michigan montrent que ces derniers sont plus confiants aujourd’hui que sur les deux dernières années, fait qui serait attribuable aux mesures fiscales promises par Donald Trump. Outre le sentiment global des consommateurs qui a atteint son plus haut niveau depuis janvier 2015, ils estiment que les conditions économiques actuelles sont bonnes, comme en témoigne l’indice qui a progressé de 107,3 à 112,1, signant la plus belle progression depuis juillet 2005. Mis à part cet optimisme exacerbé, les marchés spéculent autour d’une hausse des prix, encouragés par les diverses études qui anticipent une inflation à la consommation de 2,30 % en 2017. Cependant, l’investiture soulève beaucoup d’inquiétudes, surtout au vu des choix de l’administration de Trump, en particulier pour le poste de Secrétaire d’État après la nomination du CEO d’Exxon Mobil Rex Tillerson. Les prix de l’or sont maintenant à leur niveau le plus bas depuis le mois de février, en raison de la résurgence du dollar américain qui a considérablement réduit la demande pour les valeurs refuges.

popup_close
3-usdtrydaily12122016

Les prix à la production japonais restent déflationnistes


Bien que les institutions japonaises multiplient leurs efforts pour lutter contre la croissance inexistante et la déflation, les derniers chiffres de l’indice des prix à la production indiquent tout autre chose : malgré une augmentation encourageante, l’indice PPI annualisé reste en territoire déflationniste à -2,20 %, en chute depuis 20 mois consécutifs. Ce fut pourtant le meilleur chiffre depuis mai 2015, grâce à un chiffre mensuel en hausse de 0,40 %, au-dessus des attentes d’une croissance de 30 % ainsi que de la contraction de -0,10 % au mois précédent. La faiblesse du yen à moyen terme pourrait accélérer la hausse de ce chiffre, en stimulant les prix à la production en territoire positif tandis que la dévaluation augmente les prix des importations. De plus, des prix à la production positifs seraient irrémédiablement transformés en gains pour les prix à la consommation, ce qui aiderait donc à combattre l’inflation. Pendant ce temps, la paire USD/JPY continue d’afficher une hausse, pour atteindre son plus haut niveau depuis février.

popup_close
4-usdjpydaily12122016

Évènements À Venir

  • Time
  • Currency
  • Event
  • Forecast
  • Previous
  • 12:00 GMT
  • INR
  • Indice IPC (Novembre)
  • 4,20 %
  • 14:00 GMT
  • MXN
  • Production industrielle annuelle (Octobre)
  • -1,30 %
  • 19:00 GMT
  • USD
  • Balance américaine du budget fédéral (Novembre)
  • -135 0 B
  • -440 B