L'alliance pétrolière entre dans une nouvelle phase

Analyses quotidiennes - 01/12/2017

par Stéphane Ceaux-Dutheil

L'OPEP et la Russie s’accordent sur les coupures de production

opec


L'alliance pétrolière entre dans une nouvelle phase. L'Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (OPEP) et d'autres grands exportateurs de pétrole, notamment la Russie, ont estompé leurs divergences et ont convenu jeudi de conclure un accord pour réduire la production jusqu'en 2018. Le dernier accord signale la poursuite des politiques visant à réduire les stocks entraînant une hausse importante des prix du pétrole brut au cours de la dernière année.

Les contrats bruts grimpent tandis que Vienne conclut


Après une journée de négociations à Vienne, les producteurs de l'OPEP et des pays non membres de l'OPEP, dirigés par la Russie, ont décidé de prolonger leur réduction de production de -1.80 million de barils par jour pour une durée supplémentaire de neuf mois. La décision a déconcerté les analystes pétroliers, qui s'attendaient à ce que Moscou insiste davantage sur un pacte plus court, en raison des craintes d'une montée en puissance de la production par les opérateurs américains de schiste. Le Ministre saoudien du Pétrole, Khalid al-Falih, a déclaré que le groupe allait examiner les progrès de l'accord lors de sa prochaine réunion en juin, avec la possibilité de sortir plus tôt si le marché s’alarmait. Les contrats à terme sur le pétrole brut West Texas Intermediate pour livraison en janvier ont pris le dessus vendredi pour se situer autour de la zone de 57,65 $ le baril. Depuis l'entrée en vigueur de l'accord il y a un an, les stocks mondiaux ont baissé, aidant les prix du brut à grimper a plus de 20$ le baril.

popup_close
cl-jan18daily12012017

Les consommateurs américains dépensent peu, les sociétés trinquent


Les dépenses de consommation aux États-Unis ont reculé en octobre alors que les achats d'automobiles ont ralenti après le passage des ouragans, tandis qu'une hausse prolongée des tensions sous-jacentes sur les prix indiquait que la récente trajectoire désinflationniste aurait pu suivre son cours. Le département du Commerce a déclaré jeudi que les dépenses de consommation, qui contribuent pour plus des deux tiers à l'activité économique américaine, ont légèrement augmenté de 0,30% en octobre après avoir bondi de 0,90% en septembre. Cette décélération s'explique en grande partie par la forte baisse des dépenses en biens durables, comme les véhicules automobiles, qui ont diminué de -0,10% après avoir grimpé de 2,90% en septembre. Le rapport du département du Commerce a également montré que l’écart d'inflation préféré de la Réserve fédérale, l'indice des dépenses personnelles de base (PCE), a augmenté de 1,40% au cours de la période de 12 mois se terminant en octobre. Les contrats à terme du S&P 500 ont clôturé jeudi à un nouveau record de 2642, l'indice ayait gagné du terrain vendredi matin.

popup_close
sp-dec17daily12012017

Les horloges économiques suisses se remettent à l’heure


La reprise de l'industrie manufacturière et des exportations a été marquée par un net rebond de l'économie suisse au troisième trimestre. Les données compilées par le Secrétariat d'Etat à l’Economie montrent que le produit intérieur brut a progressé de 0,60% au troisième trimestre sur une base trimestrielle, contre 0,40% révisé à la hausse pour la période précédente. Sur une base annuelle, l'économie a progressé de 1,20% au troisième trimestre, en accélération par rapport au rythme de 0,50% enregistré précédemment, dépassant les prévisions qui tablaient sur un taux de croissance annualisé de 0,90%. La dernière publication haussière du PIB devrait renforcer l'idée selon laquelle l'économie suisse se remet progressivement des creux après que la Banque Centrale du pays a retiré ses 1,2000 par rapport au franc contre l'euro il y a près de trois ans, ce qui a freiné l'économie suisse axée sur l'exportation. Le CHF/JPY a atteint des sommets en deux semaines après la publication des chiffres, la paire ayant été vue pour la dernière fois autour de 114.500.

popup_close
chfjpydaily12012017

Le marché du travail allemand résiste


Le taux de chômage allemand a baissé en novembre, la plus grande économie de l'Europe continuant donc à générer de nouveaux emplois malgré la tourmente politique dans le pays. Selon un rapport publié jeudi par l'Agence fédérale du travail, le taux de chômage est passé de 5,40% en octobre à 5,30% le mois dernier, le nombre de chômeurs recensés s'établissant à 2,37 millions, soit une baisse de 20 000 par rapport au mois précédent. Sur une base corrigée des variations saisonnières, le taux de chômage est resté inchangé à 5,60%, tandis que le nombre total de chômeurs a diminué de 18 000 à 2,47 millions en novembre, un recul beaucoup plus important que les -10 000 estimés par un consensus d'économistes. La vigueur persistante du marché du travail allemand intervient dans le contexte de la récente reprise de l'activité économique, le taux de croissance passant de 0,60% au premier trimestre à 0,80% au cours des trois mois allant jusqu'à septembre. Les contrats à terme sur le DAX 30 se sont nettement inversés par rapport aux plus hauts de jeudi pour s'établir juste au-dessus de 13050.

popup_close
dax-dec17daily12012017

Upcoming Events

  • Heure
  • Devise
  • Event
  • Prévision
  • Précédent
  • 08:55 GMT
  • EUR
  • Production allemande PMI (Novembre)
  • 62.5
  • 62.5
  • 09:00 GMT
  • EUR
  • Production PMI (Novembre)
  • 60.0
  • 60.0
  • 09:30 GMT
  • GBP
  • Production PMI (Novembre)
  • 56.5
  • 56.3
  • 13:30 GMT
  • CAD
  • Taux de chômage (Novembre)
  • 6.20%
  • 6.30%
  • 13:30 GMT
  • CAD
  • GDP MoM (Septembre)
  • 0.10%
  • 0.10%
  • 13:30 GMT
  • CAD
  • GDP QoQ (Q3)
  • -
  • -1.10%
  • 13:30 GMT
  • CAD
  • GDP Annualized QoQ (Q3)
  • 1.60%
  • 4.50%
  • 15:00 GMT
  • USD
  • ISM Production PMI (Novembre)
  • 58.4
  • 58.7

Avertissement de risque : Les CFDs sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perdre de l'argent rapidement en raison de l’effet de levier. 79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lors du trading des CFDs avec ce courtier.
Vous devez vous demander si vous comprenez le fonctionnement des CFDs et si vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent