peel page fold
arrow
logo

Alvexo - Le partage avec la communauté

En savoir plus

L’Australie est réticente au changement de politique

Malgré la croissance maussade, l'Australie ne changera pas ses taux d’intérets

aus-2

Le verdict est tombé, les taux d'intérêt annoncés par la Banque centrale d’Australie resteront inchangés, et ce pour le huitième mois consécutif. Dans un contexte où l'inflation reste très éloignée de l’objectif ardu fixé par la Banque centrale, un marché de l'emploi robuste et des créations d’emplois en pleine croissance ne suffisent malheureusement pas à tirer l’économie du pays vers le haut. Aussi la volatilité des marchée associée à la chute des prix du pétrole ont décidé les dirigeants à laisser la porte ouverte à une possible modification ultérieure des taux, dans le but d’atteindre la cible d’une inflation entre 2,00 % et 3,00 %.

 Coups de mou pour l’industrie de l’Union Européenne

À en croire le dernier rapport de Markit Economics, si les chiffres de la production de la zone euro sont restés en territoire expansionniste durant le mois de janvier et qu’ils correspondent aux attentes des économistes, ils restent néanmoins statiques. L’indice PMI manufacturier du mois de décembre affiche 52,3, et des résultats mitigés si on regarde plus en détail : les nouvelles commandes et les exportations sont en berne, tandis que l'emploi et les stocks ont progressé. Au niveau global, les principales économies de l'union monétaire ont communiqué des données disparates. La conjoncture est plus favorable pour l’Espagne qui aurait connu une légère hausse pour le mois de janvier avec 55,4 (la valeur révisée était de 53,0 le mois précédent), ainsi que pour l’Italie qui de son côté a enregistré une hausse, de 53,2 à 55,6 sur la même période de temps. Seule la France est restée stable à 50,0, le seuil exact qui sépare expansion et contraction, tandis que l'Allemagne a connu une expansion à 52,3, chiffre légèrement supérieure à celui de 52,1 au mois de décembre. Malgré ces chiffres relativement optimistes, la Banque centrale européenne table sur l’utilité de stimulis supplémentaires qui devraient être annoncés lors de la prochaine réunion de mars. Cette dernière craint en effet que la zone euro ne subisse une déflation si des actions plus agressives ne sont pas prises.

popup_close
eurgbp02022016

 L’Australie gèle sa politique monétaire

L'Australie a choisi de laisser sa politique monétaire inchangée pour un 9ème mois consécutif. Au cours de cette période, le taux d'intérêt directeur a été laissé intact à un niveau record de 2,00%, alors que les décideurs tentent de contrôler l'économie qui vit une période prolongée de pressions déflationnistes et de chute des exportations. Malgré les récentes turbulences financières au niveau mondial, principalement dues à la chute des marchés chinois, les données récentes montrent que l'économie reste néanmoins robuste, et en particulier le marché du travail. Selon le directeur de la Banque centrale Glenn Stevens, l'inflation reste une préoccupation majeure qui subit de plein fouet les pressions sur les prix des matières premières qui restent à un niveau très hauts, avec des taux directeur qui devraient rester très accommodants pour les années à venir. Si l'inflation persiste à des niveaux éloignés de la cible de 2,00 % à 3,00 % fixée par l'Australie, celle-ci sera contrainte de réagir et d’assouplir à nouveau la politique monétaire. Le dollar australien s’est renforcé momentanément lors de l’annonce, et a grimpé à 0,7129 face au dollar américain.

popup_close
audusd02022016

 Le consommateur américain freine ses dépenses

Une fois n’est pas coutume, les citoyens américains semblent avoir épargné davantage au mois de décembre, selon les dernières données de consommation personnelle publiées par le US Bureau of Economic Analysis. Les dépenses personnelles auraient en effet chuté à 0,00 % au mois de décembre après avoir grimpé à 0,30 % au cours du mois précédent. Le rapport a également montré que les salaires ont augmenté de 0,30 %, ce qui correspond au chiffre enregistré lors de la période précédente. La croissance des salaires devrait heureusement ajouter une pression supplémentaire sur les dépenses, qui représentent à elles seules pas moins de 70,00 % de l'économie américaine. Si les salaires continuent de croître, ils vont sans aucun doute stimuler la consommation au cours de l'année à venir. Alors que la Réserve fédérale a décidé de maintenir la politique monétaire inchangée lors de la dernière réunion, et ce après une croissance encore plus affirmée après la mise en place de la politique, les données du département du Commerce pourraient convaincre les décideurs de reconsidérer leurs options en ce qui concerne de futures hausses de taux d’intérêt.

popup_close
xauusd02022016

 L’industrie de fabrication du Royaume-Uni en plein essor

Au Royaume-Uni, l’industrie manufacturière a atteint des chiffres record pour les trois derniers mois, poussée par la flambée de la demande intérieure. Notons que l’industrie se trouvait déjà en territoire expansionniste pendant 34 mois consécutifs. Selon le rapport de Markit, l’indice ISM manufacturier a progressé à 52,9 au cours du mois de janvier, une valeur bien supérieure à la fois au chiffre révisé du mois précédent et aux prévisions (respectivement 52,1 et 51,8). L’étude fait état d'une baisse des nouvelles commandes à l'exportation qui est cohérente à la détérioration prolongée de la demande mondiale, et principalement à celle de la zone euro après que la livre sterling ait enregistré des gains considérables par rapport à l'euro au cours des dernières années, en raison de deux politiques monétaires divergentes. La demande intérieure a compensé la faiblesse des exportations dans une certaine mesure, tout en continuant à être le principal moteur de la croissance du PIB. Les prix de vente ont connu une baisse qui reflète la baisse des coûts d'entrée alors que les prix mondiaux des matières premières continuent de chuter. La livre sterling s’est à nouveau alignée avec d'autres actifs à risque, et a grimpé jusqu’à une valeur très haute de 1,4317 face au dollar américain.

popup_close
gbpusd02022016

Évènements À Venir

  • Time
  • Currency
  • Event
  • Forecast
  • Previous
  • 10:00 GMT
  • CHF
  • Déclaration de Thomas Jordan, président de la Banque de Suisse
  • 10:00 GMT
  • EUR
  • Taux de chômage (janvier)
  • 10.50%
  • 10.50%
  • 21:35 GMT
  • USD
  • Stocks de brut hebdomadaires
  • 11,400M
  • 21:45 GMT
  • NZD
  • Évolution du marché du travail (QoQ)
  • 0.80%
  • -0.40%
  • 23:45 GMT
  • NZD
  • Déclaration de Graeme Wheeler, directeur de la Banque centrale de Nouvelle-Zélande