Le DAX subit l’impact d’une baisse de la production

Le DAX souffre du durcissement de la politique monétaire

shutterstock_364896164


Le DAX allemand poursuit son repli entamé depuis l’annonce des mauvaises indications économiques de la semaine précédente. Au mois de juillet, le Bureau fédéral berlinois des statistiques a fait part d’un déclin de la production industrielle et d’un certain déséquilibre de la balance commerciale du pays. À cela s’ajoute les déclarations émanant des principales Banques Centrales sur la diminution des mesures QE d’assouplissement économique. À se fier au ton belliciste employé depuis vendredi après-midi  par les décideurs de la Réserve Fédérale américaine, une hausse des taux appropriée semble de plus en plus vraisemblable. Le DAX a perdu près de -4,50 % pour se retrouver à 10,309.00.

La Banque d’Angleterre et les premiers déboires suscités par le Brexit


La Chambre de Commerce britannique a abaissé ses prévisions de croissance face aux prédictions peu encourageantes libérées à propos du PIB. On parle d’un taux de 1,80 % en 2016 contre des estimations initiales de 2,20 %, 1,00 % en 2017 contre 2,30 % et 1,80 % en 2018 contre 2,40 %. Cette baisse de croissance s’explique en partie par le ralentissement de l’investissement des entreprises, ainsi qu’une baisse des dépenses intérieures, même si le Royaume-Uni n’a pas encore formellement déclenché le processus de séparation du reste de l’Union Européenne. La Banque d’Angleterre accuse le référendum d’être l’unique responsable de cette crise économique exprimée par un ralentissement de la croissance et par un taux d’inflation houleux qui n’a fait qu’affaiblir la livre sterling la faisant chuter  a chuté à 105.07 contre le yen japonais.

popup_close
gbpjpy-d2a

Discorde parmi les responsables de la Fed


Le dollar américain travers une période de forte volatilité certainement parce que les responsables de la Réserve Fédérale n’arrivent toujours pas s’accorder sur la question des taux d’intérêts. Lockhart, le président de la Fed d’Atlanta continue à plaider en faveur d’une hausse des taux en se basant sur les résultats positifs rencontré par l’économie américaine qui parvient à un quasi plein-emploi tandis que l’inflation se conforme aux les perspectives les plus optimistes. En revanche, le gouverneur de la Fed Brainard continue de s’opposer à une hausse des taux, exprimant ses préoccupations au sujet de l’environnement économique mondial incertain et le faible taux d’inflation. Un autre important responsable au sein de la FED, Neel Kashkari, soutien que des réformes fiscales et réglementaires sont nécessaires afin de permettre aux États-Unis de traverser le ralentissement économique observé partout dans le Monde.

popup_close
eurusd-d3a

Chine : Signes de reprise économique


De nouvelles indications économiques laissent entrevoir un certain ressaisissement de l’économie chinoise. Alors que la plus grande économie du monde s’efforce de faire passer le point de gravitation de son système de production vers le secteur des services, l’indice de production industrielle du mois d’août affiche une hausse de 6,30 %, laissant derrière elle les attentes de 6,10 % et 6,00 % du mois précédent. En parallèle, on observe une accélération des ventes au détail, ce qui devrait propulser les prévisions de croissance de la Chine pour 2016 à des niveaux de plus de 6,50 %. La Banque de Chine populaire ne prévoit plus de baisse des taux d’intérêt situé actuellement à 4,35 %.

popup_close
usdcnh-d4a

popup_close

Évènements À Venir

X

Forex et CFD sont des produits à effet de levier et vous risquez de perdre l’ensemble du capital investi. Les produits à effet de levier impliquent un niveau de risque élevé et ne conviennent pas à tous les investisseurs. Vous devez considérer vos objectifs d’investissement, niveau d’expérience, ressources financières, mesurez votre appétit au risque et demander des conseils indépendants si nécessaire. Veuillez lire les avertissements aux risques avant d’effectuer une transaction.