Le dollar monte alors que l'incertitude plane sur l'euro

Analyses quotidiennes - 23/02/2018

par Stéphane Ceaux-Dutheil

Dollar et euro en sens inverse

balance-euro-dollar


Les demandes d'allocations chômage aux États-Unis atteignent des niveaux sans précédent et sont au plus bas depuis 45 ans. Les marchés ont grimpé en raison de l'apaisement des craintes des autorités fédérales quant à une hausse plus rapide des taux aux États-Unis.

Les demandes d'allocations chômage en baisse aux États-Unis


Une forte croissance de l'emploi aux États-Unis pour le mois de février pourrait être soutenue par le nombre d'américains qui demandent des prestations de chômage, qui ont enregistré une chute significative depuis 45 ans la semaine dernière.

Selon le département du Travail jeudi, les demandes initiales de prestations de chômage de l'Etat ont chuté de 7 000 à 222 000 pour la semaine finissant le 17 février. Les réclamations ont dégringolé à 216 000 à la mi-janvier, soit le niveau le plus bas depuis janvier 1973.

Le consensus des économistes était de 230 000 pour la semaine dernière. Il s'agit de la 155e semaine consécutive où les demandes d'allocations chômage sont restées sous le seuil des 300 000, considéré comme un indicateur d'un marché du travail fort. C'est la plus longue période depuis 1970, même si le marché du travail de l’époque était beaucoup plus restreint.

Le taux de chômage se situe à son plus bas niveau depuis 17 ans, soit 4,1%, ce qui indique que le marché du travail est près du plein emploi. Le resserrement des conditions du marché du travail commence à faire monter les salaires, ce qui pourrait contribuer à faire grimper l'inflation vers la cible de la Réserve Fédérale de 2%.

La moyenne mobile de quatre semaines des demandes de prestations initiales, considérée comme une meilleure mesure des tendances du marché du travail en raison de la volatilité d'une semaine à l'autre, est tombée de 2 250 à 226 000 la semaine dernière.

La moyenne sur quatre semaines des demandes de prestations a chuté de 17 500 entre les semaines d'enquête de janvier et de février, ce qui laisse croire à une solide croissance de l'emploi ce mois-ci ; un indicateur pour le NFP, rapport sur la paie non agricole de février. En janvier, les effectifs ont augmenté de 200 000.

popup_close
eurusd-h4-alvexo-ltd-3

Le DAX allemand et l’incidence sur les entreprises


Les contrats à terme DAX, l'indice boursier allemand de premier ordre, ont clôturé en baisse jeudi, même s'ils couvraient les pertes anticipées à la clôture alors que les actions américaines rebondissaient après des données optimistes sur le marché du travail. Le sentiment des investisseurs a pris un coup après la publication du rapport de confiance des entreprises allemandes plus faible que prévu.

Les stocks avaient ouvert en territoire négatif profond, suivi des pertes en fin de session aux Etats-Unis mercredi après que les minutes de la réunion de la Réserve Fédérale le mois dernier aient suggéré plus de hausses de taux d'intérêt.

Les actions allemandes ont été mitigées après la clôture jeudi, les gains dans les secteurs de l’énergie et Media entre autre ayant mené les actions à la hausse tandis que les pertes dans les secteurs Télécoms, Alimentation & Boissons et Construction ont plombé les actions.

Le DAX Allemand a chuté de 0,07%. A Francfort, Henkel a progressé de 2,69% après la confirmation de ses prévisions pour 2020 de 9,1% de croissance du résultat net ajusté pour l'exercice 2017. Deutsche Telekom a perdu 2,37% après un léger recul par rapport à l'an dernier.

L'indice de volatilité DAX, qui mesure la volatilité implicite des options DAX, est en baisse de 1,34% à 19,27.

popup_close
dax-mar18-h4-alvexo-ltd

Le rapport de la BCE met en garde contre une guerre des devises


Les responsables politiques de la Banque Centrale Européenne ont estimé qu'il était trop tôt pour modifier la communication politique, malgré le regain de confiance sur une inflation qui serait proche de son objectif, a indiqué jeudi le compte rendu de la dernière session.

La Banque Centrale Européenne achète désormais 30 milliards d'euros d'obligations par mois dans le cadre de la politique d'assouplissement quantitatif de 2,5 billions d'euros. Dans le même temps, les procès-verbaux de la BCE mettent en lumière les craintes des décideurs concernant les guerres de devises.

Les inquiétudes des responsables européens à propos de la faiblesse du dollar ont été mentionnées jeudi dans une série de comptes de la Banque Centrale Européenne qui soulignaient les craintes que l'administration américaine essaie intentionnellement de s'engager dans des guerres de devises.

Le président des banques centrales européennes, Mario Draghi, a déclaré le mois dernier que la déclaration du secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, soulignait les avantages d'un dollar faible et qu'il était bon pour l'économie américaine, estimant que Washington devait maintenir les règles du système monétaire international interdisant les nations de dévaluer intentionnellement leurs monnaies.

Les commentaires ont été perçus comme un signal que les États-Unis pourraient abandonner leur politique monétaire forte qui nuit aux exportations de l'euro. Le président américain Trump a depuis répété la politique du dollar fort. Selon le compte rendu sur la volatilité de l'euro, le rapporteur annonce "une source d'incertitude qui nécessite un suivi".

popup_close
audusd-d1-alvexo-ltd-2

Upcoming Events

  • Heure
  • Devise
  • Event
  • Prévision
  • Précédent
  • 07:00 GMT
  • EUR
  • PIB allemand (QoQ) (Q4)
  • 0.6%
  • 0.8%
  • 10:00 GMT
  • EUR
  • CPI (YoY) (Jan)
  • 1.3%
  • 1.3%
  • 13:30 GMT
  • CAD
  • IPC de base (MoM) (Jan)
  • 0.4%
  • -0.5%

Avertissement de risque : Les CFDs sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perdre de l'argent rapidement en raison de l’effet de levier. 79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lors du trading des CFDs avec ce courtier.
Vous devez vous demander si vous comprenez le fonctionnement des CFDs et si vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent