Le dollar profite de l’instabilité économique globale

La fébrilité qui saisit l'économie mondiale pèse sur la croissance industrielle américaine

shutterstock_259391345

Nouveau rebondissement sur les marchés de l’or noir : le cours du pétrole brut WTI a reculé aussi bas que 30,53 dollars le baril suite aux commentaires du ministre saoudien Ali al - Naimi, qui a fermement écarté toute réduction de production, mais a toutefois approuvé l'accord de gel des niveaux mis en place au mois de janvier. Les stocks de pétrole brut hebdomadaires aux États-Unis ont hier largement dépassé les prévisions des analystes, avec 3,50 millions de barils recensés versus 2,02 millions attendus. Le cours du WTI a rebondi après la publication, pour clôturer la journée à 32,18 dollars, soit 2,75 % de gains.

 Le Yen se renforce face à ses pairs

Le directeur de la Banque du Japon Kuroda a déclaré hier que les taux négatifs introduits par la banque centrale en janvier ne signifiaient en rien la fin de l'assouplissement quantitatif, et que ces taux pourraient être poussés davantage dans le territoire négatif si cela s’avère nécessaire. Alors que le yen a chuté après ces déclarations, l'aversion au risque sur les marchés a poussé la monnaie à se renforcer pour une deuxième journée consécutive, pour gagner brusquement contre ses pairs, à savoir le dollar, l'euro ainsi que la livre sterling. Les pertes de la paire GBP/JPY se sont renforcées à mesure de l’affaiblissement de la livre, qui subit de plein fouet la peur d’un Brexit. La paire USD/JPY s’est également affaiblie, pour clôturer aussi bas que le minimum sur un an à 110,973, mais a réussi à rebondir vers la fin de la session. Le dollar est actuellement plus fort que le Yen, négocié à 112,47 avant la session d’ouverture européenne.

popup_close
1-usdjpy-2502

 États-Unis : le PMI flash et les ventes de logements déçoivent

Les ventes de logements neufs aux Etats-Unis pour le mois de janvier ont diminué de -9,20 % par rapport au mois de décembre, et de -5,20 % par rapport à l’an dernier. Juste après la publication de ces données, celles du PMI flash ont affiché une contraction pour le secteur des services. L’indicateur flash des services aux États-Unis aurait en effet diminué en février, pour tomber à 49,8, juste en dessous du niveau 50 qui est le seuil minimum pour considérer une expansion. La baisse du PMI, la première en deux ans, a pris de cours les analystes qui tablaient sur une hausse à 53,1. La croissance molle associée aux incertitudes de l'économie mondiale a pesé sur les entreprises comme en témoigne la croissance de nouvelles entreprises qui a ralenti pour un troisième mois consécutif. Le PMI flash des services arrive avant les données de l'ISM, qui est aussi un indicateur étroitement surveillé. Le dollar américain a chuté après la publication des chiffres du PMI flash et des ventes de logements neufs, avec une paire USDC/AD tombée à 1,3701.

popup_close
2-usdcad-2502

 PIB au Royaume-Uni : la livre surveillée de près par les marchés

La livre sterling a continué hier sa dégringolade face à ses pairs, et ce pour la deuxième journée consécutive, en particulier face au dollar américain. En effet depuis lundi la paire GBP/USD est en baisse de -3,18 %, avec des pertes plus prononcée pour les devises croisées comme le GBP/JPY et l'EUR/GBP. Au niveau économique, la seconde estimation du Royaume-Uni pour son PIB du quatrième trimestre 2015 est attendue aujourd'hui, avec des analystes qui attendent un taux inchangé à 0,50 %, tandis que selon les estimations initiales et sur une base annuelle le PIB devrait se maintenir à 1,90 %. Au niveau des échanges, les exportations devraient augmenter à un rythme plus lent de 0,50 % tandis que les importations devraient afficher un gain net de 1,40 %. Sauf cas de grosse erreur de prévision, il est peu probable que la livre sterling réagisse beaucoup aux données, avec les craintes d'un Brexit continue d'être le principal catalyseur de mouvement. La paire GBP/USD a chuté sous la valeur de 1,40 au cours de la journée d’hier, pour clôturer à 1,3924.

popup_close
3-gbpusd-2502

 L’inflation européenne sous le feu des projecteurs

Les données sur l'inflation de la zone euro sont attendues aujourd'hui. Les économistes tablent sur un taux mensuel en augmentation à 0,40 %, en ligne avec le chiffre du mois précédent, ainsi que d’une augmentation de 1,50 % d’une année sur l’autre. Ces données sur l'inflation ont leur importance car ce sont les dernières publiées avant la réunion de politique monétaire de la BCE du 10 mars prochain, qui verra Mario Draghi et les responsables bancaires décider de la voie à suivre pour l’Europe. Notons que l'inflation est restée désespérément faible et pratiquement inchangée depuis la mise en place de la politique d’assouplissement monétaire en janvier 2015. Les données publiées d'aujourd'hui pourraient surprendre, étant donné que l'inflation a rebondi dans la plupart des autres pays développés pour le mois de janvier, y compris aux États-Unis et au Royaume-Uni. Cependant, malgré les changements à court terme, l'inflation à long terme reste sous pression à la baisse. La paire EUR/USD a poursuivi sa chute face au dollar lors de la session de négociation à New York hier, pour tomber à 1,0957 avant de se replier légèrement autour de 1,1012.

popup_close
4-eurusd-2502

Évènements À Venir

  • Time
  • Currency
  • Event
  • Forecast
  • Previous
  • 10:00 GMT
  • EUR
  • Index des prix à la consommation (YoY)
  • 0.40%
  • 0.40%
  • 13:30 GMT
  • USD
  • Commandes de biens durables de base (MoM) (Janvier)
  • 0.20%
  • -1.00%
X

Forex et CFD sont des produits à effet de levier et vous risquez de perdre l’ensemble du capital investi. Les produits à effet de levier impliquent un niveau de risque élevé et ne conviennent pas à tous les investisseurs. Vous devez considérer vos objectifs d’investissement, niveau d’expérience, ressources financières, mesurez votre appétit au risque et demander des conseils indépendants si nécessaire. Veuillez lire les avertissements aux risques avant d’effectuer une transaction.