Le PIB américain publié est en deçà de la croissance

Un optimisme autour des attentes concernant les taux d’intérêt en dépit d’un mauvais résultat pour le PIB

gdp-1

La révision définitive du PIB américain du premier trimestre n’a pas été un choc après avoir enregistré des résultats dans la lignée des attentes de contraction à -0,20%. La Réserve fédérale reste ferme dans ses perspectives en matière de politique budgétaire malgré l’adoucissement après avoir réaffirmé son engagement à relever les taux d'intérêt en 2015.

Le PIB américain appelle à une hausse des taux d’intérêt

Les responsables de la Réserve fédérale se sont retrouvés sous les projecteurs hier avec les fuites révélant la sérieuse intention de relever les taux d'intérêt non pas une fois mais deux fois avant la fin de l’année 2015. Cette nouvelle a talonné l’interprétation définitive des chiffres du PIB du premier trimestre qui a montré que l'économie s’était modérément contractée durant la période précédente. Avec une croissance inférieure à la tendance, les traders craignent les hausse de taux par la Réserve fédérale au cours d'une période de faiblesse conjoncturelle. Toutefois, la Réserve fédérale est peu disposée à laisser le marché déterminer l'avenir des taux comme en témoigne le rejet de l’idée d’une potentielle volatilité émanant de changements dans les politiques. Les marchés étaient convaincus que la dernière lecture du PIB serait la preuve d'un rebond de l'économie alors que les contributions dans l'augmentation des stocks et des dépenses en soins de santé compensent la faiblesse des exportations et des investissements en capitaux fixes. Les actions ont perdu du terrain pendant la session de trading, guidées par les pertes de l'indice Dow Jones Industrial Average.

popup_close
dow-sep1506252015

Le chômage français atteint des records

Avec les mouvements anti-austérité et anti-euro qui montent en puissance à travers la France, le président François Hollande a vu son travail réduit en poussières après que le chômage ait atteint un nouveau sommet. Même si la croissance nationale a accéléré à un rythme plus rapide au cours des dernières années, c’est en grande partie lié à la faiblesse de l'Euro qui contribue à soutenir les exportations. Néanmoins, le chômage, ou dans le cas de la France le nombre de demandeurs d'emploi, a augmenté durant 80 mois consécutifs alors que le gouvernement semble impuissant à endiguer cette tendance. Stimuler la réglementation du travail et le manque de compétitivité avec un budget d'austérité ont gravement entravé la capacité du gouvernement à réellement renverser la situation alors que la réglementation l’emporte sur la relance budgétaire. Bien que la tendance soit à la hausse avec l'optimisme qu'un accord sera atteint avec la Grèce, le CAC français reste sous pression alors que les achats d'actifs de la Banque centrale sont en deçà des attentes.

popup_close
cac-sep1506252015

La Grèce rejette les propositions des créanciers

Les parties ont quitté les négociations hier matin après que la Grèce ait refusé de concéder aux demandes du FMI afin de réduire les retraites et de moins se concentrer sur les augmentations d'impôt et les réductions de dépenses. Plusieurs officiels ont relevé le fait que les progrès étaient insuffisants et que rien de nouveau n’avait été proposé en dehors des demandes déjà existantes. Les ministres des Finances de l'Eurogroupe se réuniront aujourd'hui et les négociations avec la Grèce reprendront plus tard aujourd'hui, mais l'optimisme dans la capacité de parvenir à un accord est en déclin à mesure que le temps passe. Le plan de sauvetage actuel est configuré pour expirer le 30 juin et sans un accord, la Banque centrale européenne retirera probablement son soutien auprès du système bancaire grec, ce qui conduira à des contrôles de capitaux imminents. Si un accord est conclu, il faudra également qu’il passe l'examen du Parlement grec, qui est de plus en plus divisé. Après une légère tendance à la hausse par rapport à la livre sterling hier, l'euro recule une fois de plus.

popup_close
eurgbp06252015

La paire EUR/USD est dans un canal équidistant d’après l’analyse technique

Bien que nettement plus faible après avoir corrigé à la baisse lors des dernières séances, la tendance haussière à court terme dans la paire EUR/USD reste intacte malgré les risques croissants d'une sortie de la Grèce et une hausse potentielle des taux d'intérêt aux États-Unis au mois de septembre. Alors que le dollar a rebondi après de récentes pertes, il n'a pas encore trouvé l'élan pour renverser la tendance dominante. La figure de canal équidistant occurant dans la paire EUR/USD a un biais haussier avec une stratégie idéale pour profiter de la configuration impliquant une ouverture des positions à la ligne inférieure du canal ciblant la ligne de canal supérieur. Cependant, si les prix évoluaient sensiblement en dessous de la ligne inférieure du canal, cela serait surement le signe d'une cassure à la base du canal suivie d'une augmentation du volume et d’un ralentissement des changes.

popup_close
eurusd06252015

Évènements À Venir

  • Heure
  • Devise
  • Événement
  • Prévu
  • Précédemment
  • 12:00 GMT
  • EUR
  • Réunions de l’Eurogroupe
  • 13:30 GMT
  • USD
  • Inscriptions au chômage
  • 272K
  • 267K
  • 13:30 GMT
  • USD
  • Revenus des ménages (Mensuels)
  • 0.50%
  • 0.40%
  • 13:30 GMT
  • USD
  • Dépenses des ménages (Mensuelles)
  • 0.70%
  • 0.00%
  • 14:45 GMT
  • USD
  • Indice PMI des services
  • 56.7
  • 56.2
X

Forex et CFD sont des produits à effet de levier et vous risquez de perdre l’ensemble du capital investi. Les produits à effet de levier impliquent un niveau de risque élevé et ne conviennent pas à tous les investisseurs. Vous devez considérer vos objectifs d’investissement, niveau d’expérience, ressources financières, mesurez votre appétit au risque et demander des conseils indépendants si nécessaire. Veuillez lire les avertissements aux risques avant d’effectuer une transaction.