Le PIB estimé des États-Unis laisse les analystes pantois

Vif rebond des commandes de biens durables aux États-Unis

shutterstock_101144530

À la surprise générale, les commandes de biens durables aux États-Unis ont bondi au mois de janvier pour atteindre le montant le plus haut en un an et demi, ce qui calme les préoccupations croissantes d’un ralentissement du secteur manufacturier. Pour le mois de janvier les entreprises américaines ont vu la demande de biens durables augmenter de 4,90 % au global et de 1,80 % pour le taux de base (qui exclut les commandes de transport). Le dollar américain s’est d’autant plus renforcé face à ces données, tandis que le yen poursuit son recul. Les données du PIB pour le quatrième trimestre 2015 sont attendues aujourd'hui, avec des économistes qui s’intéressent notamment aux dépenses personnelles des consommateurs.

Royaume-Uni : la croissance du PIB reste stable à 0,50 %

Conformément aux attentes, les estimations du PIB britannique pour le quatrième trimestre 2015 sont restées inchangées à 0,50 % pour le trimestre et à 1,90 % pour l'année. L'investissement des entreprises est en revanche tombé à -2,10 % pour le trimestre, bien en dessous à la fois des estimations qui affichaient 0,50 %, ainsi que des 1,20 % du trimestre précédent. D’une année sur l’autre, l'investissement total des entreprises du Royaume-Uni s’est ralenti à 2,40 % versus 4,50 % précédemment. Du point de vue du commerce extérieur, les importations ont augmenté à un rythme moins rapide que prévu et manquent les attentes des économistes (1,20 % versus 1,40%), tandis que les exportations ont diminué modestement à 0,10 % après révision préalable à la baisse de 0,90 % à 0,50 %. La livre sterling a très peu réagi à l’annonce, avec la paire GBP/USD qui semble indexée sur le risque de Brexit. Cependant, l’élan baissier de la paire GBP/USD a semblé ralentir hier alors que la paire de devises s’est négociée latéralement et clôturé légèrement au-dessus de 1,3961, ce qui marque le premier jour de hausse cette semaine

popup_close
1-gbpusd-2602

La zone euro perd la bataille contre l’inflation

Les derniers chiffres économiques de la zone euro publiés hier n’ont montré aucun signe d’amélioration pour l’inflation, qui reste désespérément stable. L’indice des prix à la consommation publié par Eurostat pour le mois de février a montré que l'inflation globale annuelle a modestement augmenté et affiche 0,30 % versus 0,20 % précédemment, alors que sur une base mensuelle, elle a diminué de -1,40 % par rapport aux 0,0 % de décembre. L'IPC de base, mesuré d’une année sur l’autre, est resté inchangé à 1,0 % en janvier. La paire EUR/USD n'a pas excessivement réagi face à ces nouvelles, alors que la monnaie unique a réussi l’exploit de se maintenir au-dessus de 1,10 dollars pendant la journée. Dans l'ensemble, les données de l'IPC sont peu susceptibles d’avoir une quelconque influence sur la décision de politique monétaire de la BCE qui aura lieu en mars prochain. Confrontée à la faible confiance des entreprises allemandes et la baisse de celle des consommateurs italiens, ainsi qu’à la croissance atone du PIB de la zone euro, la BCE est susceptible d'élargir davantage sa politique monétaire. Les spéculations en vue de cette réunion vont bon train, les économistes prédisent que le Banque centrale réduira les taux de dépôt plus loin dans les territoires négatifs, et pourrait par la même occasion étendre ses achats mensuels QE.

popup_close
2-eurusd-2602

La Suède attend les chiffres de sa vente au détail

Les chiffres de la vente au détail de la Suède sont attendus aujourd'hui, avec les espoirs d'une augmentation de 0,90 % après que les ventes au détail aient diminué de -1,50 % un mois avant décembre 2015. D’une année sur l’autre, les ventes au détail de la Suède ont augmenté de 3,40 % pour décembre. Plus tôt dans la semaine, le compte-rendu de la réunion de politique monétaire de la Riksbank a révélé qu’il était difficile pour les décideurs de faire un choix, étant donné la contradiction des signaux à leur disposition. Une économie plus forte, combinée avec une faible inflation et une politique non conventionnelle ont rendu la tâche particulièrement difficile pour les décisionnaires de la Banque centrale suédoise. En ce qui concerne les baisses de taux, quatre membres étaient en faveur d'une baisse à -0,50 %, tandis que deux membres du conseil sont restés dissidents. La paire EUR/SEK a chuté après la publication du rapport et a poursuivi sa baisse pour flirter avec 9,3442, ratio le plus faible depuis 16 jours, ce qui suscite la spéculation sur de nouvelles baisses du SEK qui pourraient déclencher une intervention de la Banque centrale. Hier, l'euro a réussi à clôturer sur une note positive à 9,3657.

popup_close
3-eursek-2602

Les chiffres du PIB américain attendus aujourd’hui

Les deuxièmes estimations pour les données du PIB américain au quatrième trimestre 2015 doivent être rendues public aujourd'hui, évènement qui est loin de passer inaperçu. Les attentes sont en double teinte, marquées par un PIB qui devrait ralentir à 0,40 % versus 0,70 % lors de la première estimation. Sur une base annualisée en revanche, le PIB américain devrait rester inchangé à 0,80 %. Outre les données du PIB, l’indice PCE trimestriel annualisé devrait également voir le jour, avec une prévision d'augmentation de 2,20 % pour le trimestre, en hausse au même rythme que le trimestre précédent. En ce qui concerne l’indice PCE de base, on parle d’une augmentation de 1,20 %, tandis que sur une base mensuelle, l’indice devrait montrer une augmentation de 0,10 % par rapport à 0,0 % le mois précédent. L’indice global des prix PCE pour l'année devrait grimper de 1,0 %, contre 0,60 % précédemment. Dans l'ensemble, les données économiques des États-Unis sont susceptibles de voir les marchés devenir plus volatils. Plus tard dans la soirée, l’indice de confiance des consommateurs UoM devrait être annoncé, avec des économistes qui prédisent une hausse à 91,0 contre 90,7 précédemment. La paire USD/JPY a terminé la session à la hausse, en ligne avec la trajectoire en chandelier de doji observée hier, mais pourrait néanmoins afficher une nouvelle hausse.

popup_close
4-usdjpy-2602

Évènements À Venir

X

Forex et CFD sont des produits à effet de levier et vous risquez de perdre l’ensemble du capital investi. Les produits à effet de levier impliquent un niveau de risque élevé et ne conviennent pas à tous les investisseurs. Vous devez considérer vos objectifs d’investissement, niveau d’expérience, ressources financières, mesurez votre appétit au risque et demander des conseils indépendants si nécessaire. Veuillez lire les avertissements aux risques avant d’effectuer une transaction.