L'économie américaine serait-elle sur une mauvaise voie ?

États-Unis : déclaration de l’ancien Président de la Réserve fédérale

global-3

Le célèbre économiste, grand argentier et ancien chef de la Réserve fédérale des États-Unis Alan Greenspan est sorti de son silence hier, pour mettre en garde contre une utilisation abusive de politiques monétaires très accommodantes et une course effrénée face à la dévaluation monétaire, qui seraient en train de mettre à risque l’économie internationale. Il a ajouté que les taux d’intérêt négatifs étaient contre-productifs et décourageaient l’investissement, et compromettaient donc à terme l’amélioration de la productivité. Ses commentaires interviennent sous fond de préoccupations croissantes au sujet du rythme de l'investissement des entreprises et du manque de productivité sur l’ensemble des marchés.

 “Nous sommes dans le pétrin” selon Alan Greensman

Selon l'ancien président de la Réserve fédérale Alan Greenspan, l'environnement monétaire international actuel est tel une bombe à retardement, complètement « contre-productif » pour restaurer le bon fonctionnement de l'économie mondiale. Bien qu'il se soit gardé pendant un certain temps de parler du danger des taux d'intérêt négatifs, Greenspan a signalé depuis longtemps que les politiques monétaires accommodantes ne pouvaient en aucun cas résoudre à elles seules les problèmes économiques fondamentaux, à savoir le manque d'investissement des entreprises, qui est aussi le reflet de la prudence de ces entreprises, échaudées par l’incertitude sur les perspectives mondiale. Ses commentaires visaient l'économie des États-Unis en particulier, et ont souligné les dangers des dépenses sociales, qui sont en train de changer le sentiment d'investissement et dégradent donc davantage la productivité, alors que le capital privé reste sur la touche en attente d'une plus grande clarté sur l'avenir de la politique. Il a ajouté que les taux d’intérêt négatifs conduisaient à une mauvaise utilisation du capital et à la formation de bulles obligataires. Cette déclaration arrive au milieu du rebond des contrats à terme de la Réserve fédérale au-dessus de 50 %, ce qui augmente la probabilité d'une autre hausse de taux de la part de la Banque centrale avant la fin de 2016.

popup_close
sp-mar1603022016

 Pétrole : les marchés revigorés par le rebond du cours de l’or noir

Après des chiffres très optimistes la semaine dernière qui ont vu les indices de stocks de pétrole API et EIA se placer bien au-dessus des attentes, les chiffres publiés par l'American Petroleum Institute cette nuit ont montré la plus forte croissance des stocks depuis le 26 janvier dernier. La quantité de pétrole brut stockée aurait en effet augmenté de 9,900 millions de barils, largement au-dessus des prévisions des as de l’économie qui annonçaient 2,500 millions de barils. Ces chiffres renvoient aux préoccupations résurgentes au sujet du rythme de construction des infrastructures de stockage sur le site de Cushing, qui approche sa capacité maximale. S’ajoute à cela la production de l’Iran au mois de février qui a augmenté de 500 000 barils par jour, avec les attentes que la production du membre de l’OPEP sera bientôt de retour à la normale avec 3,900 millions de barils par jour en août prochain. Les deux indices de référence du pétrole brut WTI et Brent ont chuté suite à la parution des chiffres des stocks, avant de rebondir légèrement pendant la nuit.

popup_close
brnt-may1603022016

 Australie : rebond surprise de la croissance

Les chiffres du PIB australien au quatrième trimestre ont été annoncés par le Bureau australien des statistiques cette nuit, et ont montré des chiffres plus forts que prévu avec une croissance à 0,60 %, bien au-dessus des estimations de 0,40 %. Si la croissance est bien en deçà des chiffres du troisième trimestre qui ont été revu à la hausse à 1,10 %, les décideurs seront contraints durant les prochains trimestres de se concentrer sur la stimulation de l'investissement des entreprises et sur l'économie de l’exportation afin d’accélérer cette expansion. Ces chiffres montrent que l’Australie gère avec brio sa transition entre le boom des investissements et une croissance fondée sur une base plus large. Toujours selon le Bureau australien des statistiques, le principal moteur de la croissance du PIB dans la dernière lecture était des dépenses de consommation privées qui ont augmenté de 0,70 %. Toutefois, la baisse -1,90 % de l'investissement privé combiné avec la contraction du secteur de la fabrication a continué de couler la production, en dépit du fait que l'économie ait progressé à un rythme sain de 3,00 % annualisé (notons que cela bat les attentes de 2,50 %). Le dollar australien a sans surprise bondi après la publication des chiffres du PIB, avec la paire AUD/USD qui a grimpé jusqu’à 0,7244 avant de se replier légèrement.

popup_close
audusd03022016

 Les exportations suisses au beau fixe

À en croire les derniers chiffres de l'Office fédéral de la statistique, le produit intérieur brut de la nation alpine a affiché une belle progression au quatrième trimestre 2015, avec une expansion de 0,40 %, bien au-dessus des estimations qui tablaient sur 0,20 %. Cela marque un revirement important par rapport au trimestre précédent et son rétrécissement de la production totale de -0,10 %. Bien que la perspective d’un franc plus fort à moyen terme ait très fortement nui aux attentes, l’économie suisse et son commerce ont néanmoins réussi à progresser plus rapidement que prévu avec des exportations en hausse de 2,90 % au cours des trois derniers mois de l'année, versus une hausse de 0,50 % enregistrée au cours du troisième trimestre. Les principaux moteurs de cette hausse ont été une consommation privée plus vigoureuse que prévu ainsi que la hausse des dépenses publiques. Néanmoins, la croissance annualisée est tombé à 0,90 %, ce qui contraste fortement avec le chiffre de 1,90 % rapporté en 2014, tandis que le commerce mondial a continué de s’affaiblir et que les principaux partenaires commerciaux de la Suisse ont vu leurs conditions se détériorer.

popup_close
eurchf03022016

Évènements À Venir

  • Time
  • Currency
  • Event
  • Forecast
  • Previous
  • 09:30 GMT
  • GBP
  • Indice PMI de la construction (février)
  • 55,5
  • 55
  • 13:15 GMT
  • USD
  • Indice ADP de l’emploi non agricole (février)
  • 190 K
  • 205 K
  • 15:30 GMT
  • USD
  • Stocks de pétrole bruts
  • 3,604 M
  • 3,502 M
X

Forex et CFD sont des produits à effet de levier et vous risquez de perdre l’ensemble du capital investi. Les produits à effet de levier impliquent un niveau de risque élevé et ne conviennent pas à tous les investisseurs. Vous devez considérer vos objectifs d’investissement, niveau d’expérience, ressources financières, mesurez votre appétit au risque et demander des conseils indépendants si nécessaire. Veuillez lire les avertissements aux risques avant d’effectuer une transaction.