peel page fold
arrow
logo

Alvexo - Le partage avec la communauté

En savoir plus

L’emploi américain donne des ailes aux marchés

Le rapport NFP va au-delà des attentes pour le mois de juin

shutterstock_232040485


Après des chiffres du chômage décevants en début d’année, le compte rendu officiel BLS pour la masse salariale américaine publié vendredi montre que l'économie de la première puissance mondiale a réalisé des performances spectaculaires en termes d’emploi au mois de juin, avec 287 000 postes créés sur la période. Non seulement ces chiffres annoncent des perspectives optimistes pour l’économie, mais ils font par la même occasion oublier l’inquiétude liée aux chiffres catastrophiques de mai, ce qui laisse supposer une éventuelle hausse des taux d’intérêt en 2016.

Le marché du travail américain rebondit de manière spectaculaire


Comme en témoigne la décision de juin du FOMC quant au maintien des taux d’intérêt à 0,50 %, l'emploi joue un rôle essentiel dans les décisions relatives à la politique monétaire  Ainsi, les chiffres spectaculaires de l’emploi non agricole publiés vendredi nourrissent l’idée qu’une hausse des taux de 25 points de basse supplémentaire de la part de la Fed est envisageable, et ce d’ici la fin de l’année. L'économie américaine a réussi à créer 287 000 emplois au cours du mois de juin à en croire le Bureau of Labor Statistics, alors que les chiffres de mai ont été révisés à la baisse pour tomber à seulement 11 000 créations d’emplois versus les 38 000 initialement rapportés. Comme largement anticipé, le chômage est enregistré légèrement à la hausse, à 4,90 % versus 4,70 % précédemment. La réaction des marchés financiers a été tonitruante, avec une flambée des principaux indices boursiers américains et un S&P 500 qui a enregistré un nouveau record intra journalier à 2133,00.

popup_close
spx07112016

Nouveau ralentissement de l’inflation chinoise en juin


Alors que la croissance chinoise est en plein ralentissement, l'inflation redevient une préoccupation pour les décideurs politiques. Les dernières données ont en effet souligné l’émergence d’une nouvelle pression à la baisse des prix pour les biens de consommation, tandis que les prix à la production restent fermement ancrés dans des territoires déflationnistes depuis 4 ans. Les données communiquées par le Bureau national des statistiques chinois ont montré que l'inflation annualisée était tombée à 1,90 % au cours du mois de juin, bien en-dessous des 2,00 % annoncés un mois plus tôt, soit au plus bas depuis janvier 2016. Sur une base mensuelle, les prix à la consommation ont également été en territoire déflationniste pour les 5 derniers mois, ce qui devrait entraîner la mise en place de nouvelles politiques d’assouplissement de la part des décideurs de la Banque populaire de Chine, comme par exemple des baisses de taux d'intérêt ou des réductions de ratio de réserve bancaire. Le yuan reste sous pression, avec une paire USDC/NH au plus haut niveau depuis janvier.

popup_close
usdcnh07112016-2

Pleins feux sur les banques européennes


Si les traders sont en ce moment très préoccupés par le Brexit, les pertes dramatiques de la plus ancienne institution bancaire, à savoir la Banca di Monte Paschi dei Siena, a réussi à attirer leur attention. Ils s’intéressent maintenant de près au secteur bancaire italien. Cet évènement peut conduire à un effet domino à travers l'Europe, et la Deutsche Bank serait la prochaine sur la liste. Certes, l’économie allemande a fait mieux que ses pairs de la zone euro : son gouvernement a réussi à avoir un excédent budgétaire en 2015, tandis que le chômage qui se situe actuellement à 4,20 %, est inférieur de moitié à celui de la zone euro à 10,10 %. Mais si la Deutsche Bank subit des pressions supplémentaires, la tendance actuelle à la baisse du DAX 30 pourrait s’accélérer, et ainsi forcer la BCE à l’action afin de renforcer le secteur financier du pays.

popup_close
dax07112016

Pendant ce temps, la ruée vers les valeurs refuges va bon train


Bien que les derniers chiffres de l’emploi américain aient été accueillis avec enthousiasme par les marchés, la volatilité du marché des métaux précieux a laissé place à une nouvelle hausse des prix de l'or et de l'argent. Même s’il est fort probable que les taux d'intérêt américains restent fixes pendant un bon moment, la menace d’une baisse supplémentaire des taux d’intérêt de Réserve fédérale afin de soutenir le dollar américain a heurté le marché des métaux précieux. Cependant, l'élan à la hausse des prix  de l'argent s’est maintenu, alors que le métal a grimpé à son plus haut niveau depuis juillet 2014 avant de se replier légèrement. Il a atteint 21,135 l’once avant de se replier en dessous de 21 000 $ pour atterrir à 20,420 $ l’once, sur la tendance.

popup_close
xagusd07112016

Évènements À Venir

  • Time
  • Currency
  • Event
  • Forecast
  • Previous
  • Tentative
  • EUR
  • Réunion de l’Euro groupe
  • 13:15 GMT
  • CAD
  • Mises en chantier (juin)
  • 189 500
  • 188 600
  • 15:00 GMT
  • USD
  • Discours de George, membre du FOMC