peel page fold
arrow
logo

Alvexo - Le partage avec la communauté

En savoir plus

Les données économiques négatives font rage

Les données annonçant la rechute du pétrole ravive l’aversion au risque

swiss

L’appréhension au risque s’est réveillée sur les marchés hier, ce qui s’est traduit par des gains substantiels pour le franc suisse et le yen japonais. Le CHF a gagné fortement dans l'ensemble, en dépit des commentaires du président de la BNS Thomas Jordan qui a déclaré que la monnaie demeurait surévaluée. Les marchés financiers ont également été sous pression hier avec une nouvelle baisse des prix du pétrole. Le cours du brut WTI a en effet clôturé à 31,3 dollars le baril, soit une perte de plus de 6,0% sur la journée qui a sans aucun doute tiré l’ensemble des bourses européennes vers le bas.

L’indice Ifo allemand poursuit son déclin

Tel une sonnette d'alarme sur la croissance, l’indice Ifo du climat des affaires en Allemagne a chuté à 105,7 en février, bien en dessous des estimations qui pariaient sur 106,8. Ces données négatives marque un troisième mois de morosité pour les affaires avec le ralentissement du secteur de la fabrication qui induit un rythme de croissance plus faible pour l’Allemagne. L’indice Ifo relatif aux prévisions industrielles de l'Allemagne a également chuté à son plus bas niveau depuis décembre 2012, à 98,8, contre 102,3 précédemment. En avance sur les données Ifo, le PIB de l'Allemagne pour le quatrième trimestre 2015 a montré que l’économie était en expansion à un rythme de 0,30 %, resté inchangé par rapport au trimestre précédent. Sur une base annuelle, le PIB de l'Allemagne a progressé à un rythme de 2,10 %, maintenu au même niveau grâce à une demande intérieure robuste qui a compensé la faiblesse des exportations. Plus tôt dans la semaine, l’annonce de l’indice PMI flash manufacturier de l'Allemagne a laissé plus pessimiste, tombé à son niveau le plus bas depuis 15 mois, sans équivoque sur la stagnation de la croissance allemande qui a fini par être touchée le ralentissement de la Chine, qui pèse inévitablement sur les exportations. L'euro a continué de baisser hier et est tombé aussi bas que 1,099 avant de remonter pour terminer la journée à 1,1018.

popup_close
1-eurusd-2402

États-Unis: le logement confirme sa reprise

Malgré les attentes d'une baisse de -2,50 %, les ventes de logements existants aux États-Unis ont pris de court les analystes avec une hausse surprise de 0,40 %, ce qui marque la meilleure hausse pour les ventes de maisons existantes depuis 2007. Selon les données parues, le nombre de ventes de maisons existantes se chiffrent à 5,47 millions pour le mois de janvier, bien au-dessus des prévisions d’une baisse à 5,32 millions annoncée par la National Association of Realtors. Aussi les chiffres de décembre ont été révisés à la baisse pour passer de 14,70 % à 12,10 %. Dans l'ensemble, par rapport à janvier 2015, les ventes ont augmenté de 11,0 % avec un mois de janvier qui choche la deuxième valeur la plus élevée depuis 2007. Plus tôt, l'indice des prix des logements S&P/Case Shiller 20-City a augmenté de 0,80 %, pour tomber en dessous des estimations de 0,90%, mais a tout de même gagné 5,70 % par rapport à l’an dernier, en dessous des estimations de 5,80 %. Les données des mois précédents ont également été révisées, l’indice HPI (ou indice de la planète heureuse) révisé est passé de 0,90 % à 1,0 % tandis que sur une base annualisée, il aurait légèrement baissé à 5,80 % versus 5,70 %. La paire USD/JPY a de son côté clôturé à 112,093, chiffre aussi bas qu’au 22 février.

popup_close
2-usdjpy-2402

Pleins feux sur le compte rendu de la Riksbank

Le compte rendu de la réunion de politique monétaire de la Riksbank du 11 février sera publié aujourd'hui lors de la séance de négociation européenne. La Banque centrale suédoise avait précédemment baissé les taux d'intérêt de 15 points, pour les porter à -0,50 % versus -0,35 %. La baisse des taux en a surpris plus d’un, malgré une économie suédoise peu robuste. La Banque a déclaré avoir été forcée à agir, en raison de la faible confiance dans la réalisation de la cible d'inflation de 2,0 %. On peut voir cela comme un avertissement de la part de la Riksbank, qui a indiqué qu'elle pourrait encore étendre ses actions politiques afin de respecter l'objectif d'inflation. Suite à la publication, la couronne suédoise a chuté de 1,60 % face à l'euro. La baisse surprise des taux a également fait baisser les rendements obligataires européens jusqu’à des données record tandis que les rendements allemands sur 10 ans ont chuté de 9 points, au plus bas sur 10 mois. Le compte rendu de la réunion qui doit être publié aujourd'hui laissera probablement apparaître les discussions qui ont conduit à la baisse des taux et fera aussi lumière sur les futures actions de la Banque centrale suédoise. La paire EUR/SEK a été en recul sur les 5 derniers jours après avoir atteint 9,520, et l’euro a clôturé à la baisse à 9,347.

popup_close
3-eursek-2402

Les très attendues déclarations des Banques centrales

Le calendrier économique est plutôt léger aujourd'hui, avec pour seule attente les données sur les ventes de domiciles neufs aux États-Unis. Les prévisions tablent sur un plongeon de -4,40 % un mois sur l'autre du nombre de nouvelles ventes, après une hausse de 10,80 % le mois précédent. Les chiffres des stocks de pétrole brut américains sont également attendus plus tard avec des prévisions d'une augmentation de 2,03 millions de barils pour la semaine. Pour le reste de la soirée, nous aurons les discours officiels des Banques centrales. Le vice-directeur de la Banque d’Angleterre John Cunliffe se prononcera en premier. Lors de sa dernière prise de parole, Cunliffe tenait un discours belliciste. En effet d’après lui le report à 2019 de la hausse des taux d’intérêt par la Banque centrale ne serait pas justifié. Le vice-président de la Banque du Canada Lawrence Schembri devrait quant à lui prendre la parole lors d'une conférence en Ontario. Ses commentaires interviennent après que les ventes au détail canadiennes aient baissé fortement la semaine dernière, soulevant des inquiétudes au sujet du PIB canadien qui pourrait être en danger, et ce en dépit d'une légère amélioration de l’inflation. Enfin, le président de la Réserve fédérale Robert Kaplan s’exprimera sur les conditions économiques et la politique monétaire globale.

popup_close
4-sp-mar16-2402

Évènements À Venir

  • Time
  • Currency
  • Event
  • Forecast
  • Previous
  • 15:00 GMT
  • USD
  • Ventes d’habitations neuves (janvier)
  • 520 K
  • 544
  • 15:30 GMT
  • USD
  • Inventaires de pétrole brut
  • 3,427 M
  • 2,147 M