peel page fold
arrow
logo

Alvexo - Le partage avec la communauté

En savoir plus

Le marché international s’apprête à une semaine précaire

Les réunions et les compte-rendus aux retombées cruciales sur le point d'etre publiee vont interesser de pres les acteurs du marché

opec-alvexo_d

La semaine à venir est jonchée d’annonce de statistiques attendues de pied ferme par les décisionnaires afin de prendre leur décision définitive sur une hausse prévisible des taux d'intérêt et ainsi apporter de l’eau au moulin des marchés. Les indications les plus attendues sont celles inclues au sein du procès-verbal des réunions de l'OPEP, aux déclarations du gouverneur de la Banque d'Angleterreet du Président de la Banque centrale européenne ainsi que celles de la présidente de la Réserve Fédérale.

Ralentissement de la déflation en Espagne

L’Espagne considérée comme la quatrième économie européenne, a affichée une croissance considérable pour le troisième trimestre de l'année 2015 avec un taux de 3,40 %. Sur une base trimestrielle, l'économie a ralenti de 0,80 %, en conformité avec les attentes. Toutefois, les rapports publiés jeudi témoignent d’une hausse record depuis le dernier trimestre de 2007, date marquant le début de la crise financière européenne. Le taux de la consommation des ménages a augmenté de 3,50 % et l'investissement a progressé jusqu'à un niveau actuel de 6,50 %. Le quota des dépenses publiques est lui-aussi à la hausse, accusant un chiffre plus que satisfaisant de 3,00 %. L’index des prix à la consommation publié vendredi a fait état d’une réduction des prix de -0,30 %, contre les -0,70 % du mois d'octobre, soit une estimation moyenne  de -0.50 %. Les chiffres du marché de l’emploi espagnols se trouvent eux-aussi en plein essor et l’économie générale, remporte le prix de la plus forte croissance de l’année dans la zone Euro. Le faible prix des carburants combiné à des allégements fiscaux sur les conditions de financement, stimulés en grande partie par la BCE, ont servi de tremplin à un élan économique substantiel. La paire l'EUR/USD a conclu la semaine dernière sur une note négative, se retrouvant sous le seuil de 1,0600.

popup_close
eurusd11302015

 Des mesures d'assouplissement au Japon

Le Premier Ministre du Japon, Shinzo Abe, cherche à accélérer l'activité économique en stimulant la croissance des dépenses dans les programmes sociaux. En effet, un plan de relance des infrastructures sera mis à exécution sous peu, avec l'espoir d’un développement économique de 20 % d'ici 2020. Des cadres pédagogiques destinés aux enfants en bas âge ainsi que des structures d'accueil pour personnes âgées seront construits afin d’apporter un soutien aux personnes dans le besoin, mais aussi pousser le public à rejoindre le marché du travail et d’y demeurer. L'un des obstacles les plus hostiles à une croissance japonaise  plus vigoureuse est la stagnation des salaires. Les sollicitations du Premier Ministre et de la Banque du Japon à l’adresse des chefs d’entreprises les sommant d’opérer à un meilleur partage de leurs bénéfices record avec les travailleurs sont tombées dans l’oreille d’un sourd. Le plan de relance à venir, estimé à environ 24 milliards $, sera parachevé d’ici mi-décembre et sera définitivement présenté au parlement en janvier.

popup_close
gbpusd11302015

Ralentissement temporaire au Royaume-Uni

Le PIB trimestriel de la Grande-Bretagne est tombé à 0,50 % (par rapport à 0,70 %, la période précédente). Toutefois, l’évolution à l’échelle annuelle est toujours stable affichant un taux d’expansion de 2,30 %. La valeur devrait être influencée principalement par la croissance des dépenses intérieures. La demande des ménages a augmenté de 0,80 %, soit une 17ème hausse consécutive. Avec une hausse à 1,30 %, les dépenses du gouvernement se joignent à cette tendance positive. Le mérite de cette conjoncture favorable est attribué en particulier à l'amélioration des terrains et des infrastructures, dont la masse du capital accuse une hausse de 7,20 %. Cet essor économique du marché britanique revient aussi de droit à un faible taux d’inflation ainsi qu’a une croissance des salaires qui ont ajouté à la confiance des consommateurs malgré le contexte économique mondiale anémique. La faiblesse de la demande mondiale et le coût élevé de la livre sterling ont affaibli la compétitivité à l'exportation, cependant, les économistes, qualifient cette situation de transitoire.

popup_close
usdjpy11302015

La chute de l’or

L’or persiste dans sa dévalorisation, tombant à son plus bas niveau depuis janvier 2010. Affaibli par un dollar vigoureux et par les attentes d'une hausse des taux d'intérêt prévue aux États-Unis le mois prochain, le marché de l’or enregistre sa sixième baisse consécutive de la semaine. Le dollar américain est à son apogée face aux autres devises principales, sans aucun doute grâce à la faiblesse de l'Euro et à la très forte probabilité d’une hausse des taux d'intérêt américains. L'inflation demeure pratiquement insignifiante, diminuant la valeur de l'or et poussant un bon nombre d'économies à travers le Monde, vers les dernières retraites avant de se retrouver en territoire déflationniste. Le prix de l'or a chuté de -1,20 % lors de la dernière session de vendredi, dévalorisant le prix de l’once à $ 1 052,78, après avoir entammé la journée à $ 1 057,95. Tout mouvement supérieur du dollar est susceptible d’accentuer cette perte de valeur jusqu’au-dessous du support clé se situant à 1050,00 $.

popup_close
xauusd11302015

Évènements À Venir

  • Time
  • Currency
  • Event
  • Forecast
  • Previous
  • 13:00 GMT
  • EUR
  • IPC Allemand (MoM)
  • 0.10%
  • 0.00%
  • 13:00 GMT
  • USD
  • IPC Allemand (YoY)
  • 0.40%
  • 0.30%
  • 13:30 GMT
  • USD
  • ventes de maisons neuves (MoM)
  • 1.50%
  • -2.30%