L'économie mondiale est déstabilisée par des données contradictoires

L’économie des États-Unis se sent revigorée grâce aux nouvelles hausses des ventes de logements révélés en octobre, après deux mois de baisses consécutives

housing-market-alvexo

L’économie des États-Unis se sent revigorée grâce aux nouvelles hausses des ventes de logements révélés en octobre, après deux mois de baisses consécutives

Le pétrole chute à l’approche de la réunion de l'OPEP

Actuellement, les ventes immobilières affichent une augmentation de 0,20 %, portant le taux annuel à 3,90 %, soit un pourcentage largement supérieur à celui de 3,00 %, constaté en septembre. Ainsi que le montrent les chiffres du PMI chinois, le taux de fabrication industrielle demeure en territoire de récession, ce qui inflige un nouveau coup dur à l’encontre des efforts déployés par le gouvernement de Pékin pour stabiliser l'économie et redresser le taux de croissance. Le PMI du Caixin, au préalable à 48,3, s’est laborieusement hissé vers un taux à 48,6 alors que les statistiques du « Logistics Information Center PMI de Chine » font état d’un glissement de 49,8 à 49,6, pour ce qui s’avère être un signe précurseur presque irréfutable d’un stimulus supplémentaire à venir. Malgré les interventions de la Banque de Chine populaire, le Yuan chinois a poursuivi sa dévalorisation. Cependant, une progression des taux d'intérêt américains prévu dans les semaines à venir, pourrait propulser le dollar très haut et entrainer le Yuan dans son sillage et de ce fait, porter atteinte à la compétitivité exportatrice du pays. Malgré le flou pesant sur son économie, la Chine a malgré tout réussi à intégrer le Yuan au Panier de Devises en Droit de Tirages Spéciaux (le DTS) du FMI, aux côtés du Dollar américain, de la livre sterling et du Yen japonais, ce qui réconforte la perspective d’une volonté de la nation à accroître son influence sur les marchés économiques mondiaux.

popup_close
usdcnh12012015

Les taux d’inflation européens sont mitigés

Un dollar fort et une surabondance de l'offre entrainent de manière pratiquement systématique la chute des prix du pétrole ,alors qu’approche la date de la réunion de l'OPEP, prévue pour la fin de la semaine prochaine. Après une forte hausse enregistrée hier, suite à une éventuelle décision allant dans le sens d’une baisse sensible des objectifs de production de la part des membres de l'OPEP, les prix on fait demi-tour au moment où les analystes ont publié leurs estimations selon lesquelles, la production excédentaire prévaudra. Face aux craintes d'approvisionnement montantes, les prix ont baissé de près de 10 % au cours du mois de novembre. Le Brent de janvier, considéré comme le prix de référence majeur pour le pétrole dans le monde, a chuté à un taux de 44,60 $ attirant à lui le WTI pour finalement atteindre le prix de 41,50 $. Malgré les baisses de production en Amérique du Nord, les excédents énormes stockés à travers le Monde pourraient maintenir la pression sur les prix, surtout en prenant compte des producteurs du Moyen-Orient, dont l'Iran en particulier, susceptibles de faire abstraction aux directives de l’OPEP et maintenir leur taux de production irresponsable, sans porter d’importance à l’intérêt général.

popup_close
cl-jan1612012015

L'Australie se garde de changer ses mesures économiques

Malgré le mandat octroyé à la Banque Centrale Européenne lui permettant de prendre des mesures visant à veiller à la stabilité des prix, on assiste dans la zone Euro, à des prix à la consommation divergents entre les différents membres. Par exemple, les données préliminaires de l’économie italienne ont montré un « Downtick » surprenant suppléé par une déflation mensuelle à -0,40 % en comparaison du taux positif de 0,20 % enregistré au cours du mois précédent, tandis que l’IPC annualisé s’affaisse de 0,30 % à 0,10 %. Pendant ce temps, en Allemagne, d’après les mêmes résultats préliminaires, l’IPC national affiche plusieurs gains, fidèles aux attentes d'une hausse des prix la consommation sur une base mensuelle, alors que l'inflation annuelle augmenté à 0,40 %, prouvant que la décision d’achat massif d'actifs par la Banque Centrale a été le bon choix. La poursuite des efforts visant à accroître les achats d’actifs va certainement faire l’unanimité parmi les membres dans la prochaine Assemblée et octroiera un élan supplémentaire au DAX30.

popup_close
dax-dec1512012015

Comme l’avait prévu les économistes, la Reserve Bank of Australia renonce à maintenir ses taux d'intérêt à 2,00 % et ce, en particulier à la vue des développements positifs observés dans l'économie australienne. Cependant, le déclin des dépenses de capitaux enregistré récemment, devrait servir de signal d’avertissement aux secteurs clés de l'économie influencés par les prix des matières premières. Selon gouverneur de la RBA, la politique monétaire devrait rester accommodante et ce, malgré le raffermissement de l'économie et le rythme modéré de l’expansion. Alors que les surplus de capacités de production peuvent être à la hausse, le taux de chômage reste stable dans un climat de création d'emplois très positif. Si l'inflation continue son déclin, la porte reste ouverte à une politique de relâchement et à une réduction des taux d'intérêt afin de soutenir l'économie.

popup_close
audusd12012015

Évènements À Venir

  • Time
  • Currency
  • Event
  • Forecast
  • Previous
  • 10:00 GMT
  • EUR
  • Taux de chomage (oct)
  • 10.80%
  • 10.80%
  • 13:30 GMT
  • USD
  • Personal Spending (MoM)
  • 0.20%
  • -0.20%
  • 13:30 GMT
  • CAD
  • IPB (MoM)
  • 0.10%
  • 0.10%
  • 13:30 GMT
  • CAD
  • IPB annualise (QoQ)
  • 2.40%
  • -0.50%