L’inflation du Royaume-Uni laisse les marchés dubitatifs

Malgré le progrès du taux d’inflation annuel constaté, les membres de la BoE sont loin d'être satisfaits.

inflation-3

L’Indice des Prix à la Consommation Global (IPCG) du Royaume-Uni témoigne d’une modeste progression sur une base annuelle au point de se présenter comme la valeur la plus élevée depuis janvier 2015. Le taux signalé par l'Office for National Statistics demeure néanmoins loin de l'objectif de la Banque d'Angleterre (2,00 %), ce qui incite les décideurs à maintenir les taux d'intérêt à un niveau d’une faiblesse record, tout en revoyant à la baisse les prévisions de croissance et d'inflation.

L’inflation britannique atteint le taux le plus haut de ces 12 derniers mois

Le dernier Indice des Prix à la Consommation publié par le Royaume-Uni a vu la mesure grimper à 0,30 % sur une base annualisée, ce qui correspondrait au niveau le plus élevé depuis Janvier 2015. La valeur s’aligne avec les attentes et dépasse même la hausse de 0,20 % de décembre. L'augmentation est attribuable à une progression soutenue des coûts du logement et des services publics, tandis que des baisses ont été signalées dans l'alimentation, les loisirs et la culture. Cependant, les analystes sont quelque peu déçus des résultats et de la dégradation de la valeur mensuelle à -0,80 % en janvier, bien en deçà des 0,10 % du mois précédent et en contradiction avec les estimations de -0,70 %, menées par une dégringolade de -35.80 % des prix des billets d'avion. L'inflation annuelle de base, qui supprime les aliments volatiles et les composantes énergétiques, s’est retrouvée 1,20 % en janvier, plus bas encore que les 1,40 % de décembre. C’est donc à l'unanimité que les membres de la Banque d'Angleterre ont votés au début de février en faveur du maintien de la politique monétaire, avec des taux à 0,50 %, dans l’expectative que la cible d'inflation de 2,00 % soit atteinte.

popup_close
gbpjpy02172016

Chute de l’indice ZEW allemand censé mesurer la confiance nationale

L’enquête ZEW censée indiquer le niveau de confiance dans l’économie nationale ressentie par les allemands a rapporté le plus mauvais résultat depuis octobre 2014 et ce, en plein milieu d'une détérioration des perspectives. Bien que n'importe quel chiffre supérieur à 0.0 exprime un sentiment optimisme, le rapport fait état d’une valeur de 1.0 seulement pour février, très loin des 10.2 de janvier et en-dessous des estimations (3,2). L'enquête reflète l’inquiétude du public, conscient de la crise mondiale qui ébranle les marchés financiers, en particulier la Chine et son impact sur l'économie d'exportation allemande. Les prix du pétrole continuent à côtoyer des creux record et portent atteinte aux objectifs d'inflation des grandes économies, forcées de poursuivre leur politique accommodante. L’indicateur « Euro Area ZEW Economic Sentiment » recul lui aussi à 13,6 (versus 22,7 en janvier) mais reste au-delà des attentes de 10.3. Le ralentissement de l'économie mondiale continue d'inquiéter la Banque Centrale européenne et ses gestionnaires laissent entendre que davantage de mesures seront introduites à partir du mois de mars.

popup_close
dax-mar1602172016

Le rapport sur la fabrication présente une nouvelle baisse

L’indice « New York State Manufacturing Empire » publié par la Banque Fédérale de New York, a rapporté une diminution de l'activité dans le secteur industriel partout à travers les États-Unis. On assiste à la septième baisse consécutive en février ainsi qu’un taux de -16.64 contre les attentes de -10,00 après la baisse à -19.37 en janvier. En dépit d’une légère inflation des prix d'entrées, le rapport ne peut cacher la dégradation des prix de ventes qui pousse la balance du côté de la contraction. L’emploi serait stable, toutefois le nombre d’heures de travail a baissé, mettant en évidence la poursuite de l’affaiblissement de l'emploi manufacturier. Le milieu usinier subit les conséquences d’un dollar plus puissant que jamais, mais résiste cependant au ralentissement de la demande mondiale à l’aide du maintien solide des prix élevés des produits d’exportations du pays, ainsi qu’une réduction des profits outre-mer. Après l'annonce, le dollar américain a perdu du terrain face à l'Euro, avec une escalade à 1.1176 de la paire EUR/USD.

popup_close
eurusd02172016

Croissance des ventes mensuelles au Canada

La vente de produits manufacturiers au Canada a augmenté de 1,20 % en décembre, après deux mois de hausse consécutifs. L’Office Statistique du Canada a signalé une progression substantielle des profits obtenus grâce aux ventes de véhicules à moteur et du bois, tout en ajoutant que plus de 30,00 % de l'augmentation provenait de produits chimiques, du matériel de transport et de la construction navale. Toutes les sept principales provinces canadiennes ont signalé des gains, Ontario en-tête. Sur une base annuelle, 2015 est la pire de ces 6 dernières années sur le plan du commerce canadien. Toutes données prises en compte, on fait face à une baisse de -1.50 %, principalement due à la chute exceptionnelle des prix du pétrole et du charbon, dont la place est si importante pour le marché de l’exportation du pays. C’est donc en raison des baisses des prix de l’or noir et de la faiblesse du dollar national, que la Banque du Canada s’est vu contrainte à prolonger l’affaiblissement de ses taux, sur le dos de l’inflation, tout en faisant allusion à des mesures économiques supplémentaires prêtes à être misent en œuvre si les turbulences dans l'économie mondiale venaient à persister.

popup_close
usdcad02172016

Évènements À Venir

  • Time
  • Currency
  • Event
  • Forecast
  • Previous
  • 09:30 GMT
  • GBP
  • Taux du chomage
  • 5.00%
  • 5.10%
  • 13:30 GMT
  • USD
  • Debut de construction (Janvier)
  • 1.170M
  • 1.149M
  • 13:30 GMT
  • USD
  • PPI (MoM)
  • -0.20%
  • -0.20%
  • 19:00 GMT
  • USD
  • Compte-rendu de la reunion de la FOMC
  • 21:35 GMT
  • USD
  • Stock de pétrole brut hebdomadaire API
  • 2.400M
  • {{date | date:'HH:mm'}}
X

Forex et CFD sont des produits à effet de levier et vous risquez de perdre l’ensemble du capital investi. Les produits à effet de levier impliquent un niveau de risque élevé et ne conviennent pas à tous les investisseurs. Vous devez considérer vos objectifs d’investissement, niveau d’expérience, ressources financières, mesurez votre appétit au risque et demander des conseils indépendants si nécessaire. Veuillez lire les avertissements aux risques avant d’effectuer une transaction.