33 rue François 1er, 75008 Paris, France

33 rue François 1er, 75008 Paris, France

Pétrole : pas d’accord sur un gel de la production

Analyses quotidiennes - 23/11/2016

par Stéphane Ceaux-Dutheil

Pétrole : de l'optimisme au doute

opep-drapeau


En dépit de communiqués positifs de l’OPEP concernant une sortie cap deal qui se dessine, il y a de nombreux facteurs qui menacent de faire dérailler l’accord, avant même qu'il ne prenne son envol. Les préoccupations concernant les dérogations revendiquées par l’Iran et l’Irak pourraient mettre en échec tout accord en vue et aucune résolution ne pourrait être prise sur un gel de la production. Le prix du pétrole se replie après des sommets atteints mardi et se négocie maussadement, en particulier face aux données publiées sur l’état des stocks aux Etats-Unis.

OPEP : des doutes subsistants


Tandis que les manchettes de journaux décrivent une image optimiste des négociations en cours sur la réduction de la production et de l’approvisionnement en pétrole brut, les tensions restent élevées avant la réunion de la semaine prochaine à Vienne. Bien que le Nigeria et la Libye aient bénéficié de dispenses aux termes de l’accord, d’autres pays postulent pour un traitement similaire. L’Irak en particulier a fait valoir que sa guerre  contre Daesh nécessite un financement additionnel, ce qui impliquerait l’accord pour une exemption de mesures de restrictions de ce genre. L’Iran aussi exige d’être exempté, brandissant son besoin de stimuler la reprise de la production, après les années de sanctions. En attendant, le rapport sur les inventaires rapporté par l’API vers la fin de la session a témoigné d’une hausse des stocks d’essence et a une fois de plus renvoyé les prix du pétrole mordre la poussière.

popup_close
1-cl-jan17daily11232016-1

Indices américains à des niveaux record


Le Dow Jones Industrial Average s’est stabilisé au-dessus de 19 000 pour la première fois de son existence, ajoutant à une semaine remplie d’optimisme lors que la probabilité d’une hausse des taux d’intérêt en décembre est pratiquement évidente. Outre le Dow, le  S&P 500 réussit à cocher son propre record de hauteur, pour s’élever au-dessus de 2 200. Les gains étaient dirigés principalement par l’élan enregistré dans le secteur des  télécommunications. Toutefois, des préoccupations demeurent concernant la possibilité qu’on soit témoin d’un surachat et que cette poussée ne soit qu’une bulle qui pourrait exploser d’un moment à l’autre. A part les actions, des données positives sur l’état du logement ont également suscité l’optimisme des marchés, avec des ventes de logements existants aux Etats-Unis au plus haut point depuis 2007. Certains interprètent ce mouvement tel un renouveau au sein du marché du logement, alors que d’autres l’attribuent à la perspective d’une hausse des taux de l’hypothèque, après la décision sur les taux d’intérêt de décembre. Les indices se négocient avec une marge minime, alors que la fête de Thanksgiving approche aux Etats-Unis.

popup_close
2-sp-dec16daily11232016-1

Canada : accélération des ventes au détail


D’après les données positives du volume des ventes au détail du Canada, il semblerait que l’économie canadienne serait en mesure d’éviter la récession. Le chiffre mensuel fait état d’une augmentation de 0,60% au cours du mois de septembre, marquant le plus rapide  taux de croissance en 5 mois. Les gains sont à attribuer principalement aux ventes  d’automobiles et à l’augmentation des dépenses dans les stations d’essence. Les données  sont plus ostensiblement optimistes, surtout compte-tenu de la hausse de l’inflation et  des prix de l’énergie. Bien que l’économie se soit contractée au cours du 2ème trimestre, cette relance devrait aider le Canada à éviter de justesse la récession économique. Après s’être affirmé face au dollar US, le cours de la paire USD/CAD demeure inchangé.

popup_close
3-usdcaddaily11232016-1

Norvège : chute du chômage


L’amélioration des prix du pétrole et du gaz en toile de fond a donné un coup de pouce à l’économie norvégienne et lui a permis de regagner du terrain perdu au cours des  derniers mois. De plus, le chômage recule à son point le plus bas depuis juin avec un taux  de chômage qui s’élève actuellement à 4,90%. Toutefois, la faible croissance du PIB demeure une préoccupation pour une économie en contraction de -0.50% au 3ème trimestre. Bien que taux reste élevé, c’est en grande partie en raison de la faiblesse de la couronne norvégienne. Alors que l’inflation et l’emploi semblent sur la voie de la redemption, il est possible que la Norges Bank se décide à relever ses taux dans les trimestres à venir. En attendant, l’USD/NOK demeure à la hausse au cours de la session et grimpe au-dessus des 8.5300.

popup_close
4-usdnokdaily11232016-1

Upcoming Events

  • Time
  • Currency
  • Event
  • Forecast
  • Previous
  • 13:30 GMT
  • USD
  • Commandes de biens durables Core MoM (octobre)
  • 0.20%
  • 0.10%
  • 13:30 GMT
  • MXN
  • PIB annuel (Q3)
  • 2.00%
  • 2.50%
  • 15:00 GMT
  • USD
  • préliminaire Manufacturing PMI (novembre)
  • 53.40
  • 53.40
  • 15:00 GMT
  • USD
  • Ventes de maisons neuves (octobre)
  • 593 000
  • 593 000
  • 15:30 GMT
  • USD
  • Stocks de pétrole brut
  • 0.671 M
  • 5.274 M

Ce site utilise des cookies pour assurer à l'utilisateur la meilleure expérience possible. En savoir plus

Acceptez

Les CFDs sont des instruments complexes qui présentent un risque élevé de perte rapide du capital en raison de l’effet de levier.
71.64% des investisseurs particuliers perdent de l’argent en tradant les CFD avec ce fournisseur.
Vous devez vous assurer que vous comprenez comment les CFDs fonctionnent et que vous pouvez vous permettre de prendre
le risque probable de perdre votre argent. La protection CFD n’exclut pas le risque maximal de perdre le capital investi.

71.64% des investisseurs particuliers perdent de l’argent sur des comptes CFD.
Protection CFD, compte à risque limité.

X