33 rue François 1er, 75008 Paris, France

33 rue François 1er, 75008 Paris, France

Trump veut revoir la relation économique américaine avec la Chine

Analyses quotidiennes - 08/09/2020

par Stéphane Ceaux-Dutheil

215 000 destructions d’emplois en France au deuxième trimestre

chine-us-wpr


« Si Biden gagne, la Chine gagne. La Chine prendra possession de ce pays ». Voilà ce qu’a annoncé Donald Trump à l’occasion d’une conférence de presse à l’occasion du Labor Day, attaquant du même coup son opposant démocrate et la Chine. La campagne présidentielle est décidément bien lancée. Et la Chine, pays désigné responsable de la pandémie par le président sortant et rival des États-Unis, va se retrouver au cœur de celle-ci. Pour le locataire de la Maison Blanche, limiter les échanges commerciaux avec la Chine revient à « ne plus perdre des milliards de dollars ». Mettant en avant le concept économique de « Decoupling », il prône donc une « baisse potentiellement permanente » des échanges commerciaux entre les deux géants. Une idée « intéressante » selon le président sortant convaincu qu’on ne peut plus « faire confiance » à Pékin. Les tensions sino-américaines sont donc remontées d’un cran. Reste à connaître la réaction des marchés. Vont-ils remonter ou continuer à corriger comme en fin de semaine dernière ? De son côté, la France a détruit 215 000 emplois salariés au T2. Sur un an, c’est près de 572 900 postes qui ont été supprimés.

CAC 40 (CAC) : une nouvelle rotation sectorielle soutient l’indice


La forte correction des marchés américain de la fin de semaine dernière, essentiellement due aux valeurs de haute technologie, est bien absorbée par le CAC 40. En effet, celui-ci étant faiblement pondéré en valeurs de ce secteur, l’impact a été plutôt réduit. Les investisseurs s’intéressent à nouveau aux valeurs qui ont beaucoup souffert de la pandémie comme celles des secteurs automobile et aérien. Le secteur du luxe est, lui aussi, soutenu en raison des bons chiffres de ventes en provenance de Chine. L’indice est cependant confronté à la même problématique depuis des mois. Il est bloqué entre 5100 et 5200 points mais parfaitement soutenu par la zone 4750 et 4850 points. Est-ce que la BCE débloquera bientôt la situation avec de nouvelles mesures ? C’est peut-être ce à quoi se raccroche déjà les investisseurs avec la hausse de l’indice parisien d’hier.

popup_close
cac-h4-15

GAZ NATUREL (NGAS) : moins touché que le pétrole


Le pétrole a perdu près de 10% en quelques jours. Est-ce que les investisseurs s’inquiètent quant au risque de décélération de l’économie mondiale provoquant une nouvelle baisse de la demande ? La réponse sera positive si la consolidation se poursuit de plus de 5 à 10%. Le gaz, lui, reste dans une belle séquence haussière depuis début août avec une reprise de plus de 40% des cours. Si le pétrole continue sa consolidation, le gaz pourrait finir pas chuter aussi et en profiter pour venir tester une ancienne ligne de résistance, devenue support, vers 2$. Les investisseurs étaient à l’achat entre 1.6$ et 1.8$ depuis de nombreuses semaines. Il serait désormais préférable de prendre des profits et d’attendre un retour vers 2$ pour renforcer sa position. La décorrélation avec les cours du pétrole est forte depuis longtemps. Mais elle peut toujours s’interrompre par moment.

popup_close
ngas-weekly

SOCIÉTÉ GÉNÉRALE (SOCIETE) : un risque contrôlé


La Société Générale n’arrive pas à se redresser pour le moment. Elle ne parvient même pas à revenir au contact de son sommet du mois de juin vers 18$. La situation économique avec les risques de défaut de remboursement des prêts, la logique de taux bas en vigueur et le regain d’intensité de la crise sanitaire en Europe n’incitent pas les investisseurs à revenir sur le secteur. Si la baisse des valeurs de haute technologie devait se poursuivre, les intervenants pourraient revenir vers le secteur mais plus par dépit que par conviction. C’est objectivement un risque d’acheter le titre mais il peut être atténué avec des petits achats entre 12.8€ et 13.4€, puis au-dessus de 14.5€ pour viser 16€, avec un stop de protection à 11.40€.

 

Le contenu ci-dessus est considéré comme une information à titre indicatif et ne peut être assimilé à une recherche ou un conseil en investissement indépendant.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur M. Stéphane Ceaux-Dutheil et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d'Alvexo.

popup_close
societedaily-4

Upcoming Events

  • Heure
  • Monnaie
  • Évènement
  • Prévision
  • Précédent

Ce site utilise des cookies pour assurer à l'utilisateur la meilleure expérience possible. En savoir plus

Acceptez

Les CFDs sont des instruments complexes qui présentent un risque élevé de perte rapide du capital en raison de l’effet de levier.
69.8% des investisseurs particuliers perdent de l’argent en tradant les CFD avec ce fournisseur.
Vous devez vous assurer que vous comprenez comment les CFDs fonctionnent et que vous pouvez vous permettre de prendre
le risque probable de perdre votre argent. La protection CFD n’exclut pas le risque maximal de perdre le capital investi.

69,8% des investisseurs particuliers perdent de l’argent sur des comptes CFD.
Protection CFD, compte à risque limité.

X