peel page fold
arrow
logo

Alvexo - Le partage avec la communauté

En savoir plus

Un emploi au beau fixe confirme la croissance des USA

L'emploi en pleine croissance aux États-Unis plaide pour une hausse des taux

shutterstock_182943827

Après des chiffres de l'emploi décevants au mois de janvier, le Bureau of Labor Statistics américain a annoncé une nette amélioration pour l’emploi non agricole en février, qui dépasse largement les attentes des économistes avec 242 000 emplois créés sur la période (versus 190 000 selon les estimations). Avec une création d’emploi bien au-dessus de l’objectif de la Réserve fédérale, l’économie américaine confirme sa robustesse face aux turbulences sur les marchés mondiaux, ce qui d’après les investisseurs renforce les probabilités d’un resserrement des taux directeurs de la part de la Réserve fédérale cette année

 L’inflation russe au plus bas depuis 17 mois

Selon le Bureau of Labor Statistics américain, la création d’emploi a largement dépassé les attentes en février. C’est 242 000 emplois qui auraient été créés, après avoir augmenté de 172 000 en janvier (chiffre révisé) à la grande surprise des économistes qui tablaient sur 190 000. Alors que dans l’ensemble ces chiffres sont de bon augure, des ombres au tableau persistent néanmoins, à savoir la baisse des salaires en février, sans perdre toutefois l’intégralité de l’amélioration de janvier. Malgré cette baisse, la création d'emplois devrait stimuler la consommation et encourager les dépenses, et donc faire progresser la croissance économique du pays. Le secteur du travail des États-Unis continue de se montrer robuste, ce qui souligne une économie en bonne santé malgré les récentes turbulences sur les marchés financiers et un ralentissement économique mondial. Ces bonnes nouvelles n’ont cependant pas réussi à faire baisser le taux de chômage, resté stable à 4,90 %, son niveau le plus bas depuis 8 ans. C’est un chiffre qui correspond à la fois aux attentes et aux résultats du mois précédent. Les données de l’emploi pourraient contre toute attente représenter une lueur d’espoir pour les responsables de la Réserve fédérale qui se préparent à la prochaine réunion du FOMC après un début d'année décevant.

popup_close
sp-mar1603072016

 Italie : croissance timide sous fond de stagnation de l’économie

Selon les dernières données publiées par le Service fédéral des statistiques, l’inflation russe serait tombée à 8,10 % en février après avoir grimpé à 9,80 % au cours du mois précédent. Plus en détail, le chiffre annualisé est passé à 8,50 %, aidé par le coût des aliments, du logement et des transports qui ont augmenté à un rythme plus lent. Malgré cette baisse, la valeur reste loin de l'objectif de 4,00 % fixé par la Banque centrale russe, ce qui force cette dernière à maintenir les taux élevés en raison de l'inflation. La poussée de l'inflation a été exacerbée par l’instabilité géopolitique du pays, un rouble plus faible, ainsi que la baisse rapide des prix de l'énergie. Sur une base mensuelle, l'inflation a chuté à 0,60 %, bien en dessous de la valeur du mois précédent à 1,00 % et manque par la même occasion les estimations de 0,90 %. Le rouble russe a continué de se renforcer par rapport au dollar américain, avec la paire USD/RUB tombée en dessous de 72,00 avant de rebondir avant la fin de la séance.

popup_close
usdrub03072016

 La faiblesse du dollar canadien booste les exportations

L'économie italienne a progressé à 0,10 % par rapport au quatrième trimestre de l'année précédente, mais reste contrairement à ses pairs dans un état de stagnation, qui semble refléter la morosité croissante qui plane sur la zone euro comme une épée de Damoclès. Le Bureau des statistiques italiennes a affirmé dans son rapport que les principaux moteurs de la hausse ont été les dépenses des ménages ainsi que les exportations tandis que les stocks ont continué de freiner la croissance. Sur une base annualisée, l'économie a progressé de 1,00 %, au même niveau que les lectures précédentes, mais cependant en accord avec les attentes. Avec un taux de chômage qui reste relativement élevé face au manque d’opportunité d’emploi dans le pays et des mesures de relance budgétaire qui se font rares, l'économie ne parvient pas à démarrer et reste sur la touche, déjà confrontée à la menace permanente de la déflation, comme l’indiquent les données récentes. La Banque centrale européenne se prépare à annoncer de nouvelles mesures cette semaine, et son président Mario Draghi espère stimuler l'économie mondiale perturbée par des vents contraires.

popup_close
eurgbp03072016

Les derniers chiffres relatifs au commerce extérieur canadien sont tombés, et s’avèrent bien meilleurs que prévu pour le mois de janvier d’après l’agence Statistique Canada. Le déficit commercial du pays est en effet passé à 0,66 milliard de dollars canadiens au lieu des 1,05 milliard de dollars espérés, mais légèrement en dessous des résultats révisés du mois précédent 0,63 milliards. La faiblesse du dollar canadien, combinée avec une croissance solide de l'économie américaine, acquise grâce au renforcement de la politique en faveur de l’emploi, ont contribué à stimuler les exportations canadiennes de 1,00 % soit 46,00 milliards de dollars canadiens en janvier. Un autre facteur qui a contribué à stimuler le commerce est la faiblesse du secteur énergétique et ses pertes. Les importations ont également augmenté de 1,10 %, toujours sous fond de déficit de la balance commerciale. Malgré le manque à gagner, les marchés ont tourné leur attention sur les exportations en hausse vers les États-Unis, qui représentent environ 76,00 % des exportations mondiales du Canada, avec Statistique Canada qui a enregistré une hausse de 2,60 % de ce chiffre au cours de la dernière session.

popup_close
usdcad03072016

Évènements À Venir

  • Time
  • Currency
  • Event
  • Forecast
  • Previous
  • incertain
  • EUR
  • Réunion de l’Eurogroup
  • 23:50 GMT
  • JPY
  • PIB (une année sur l’autre)
  • -1.50%
  • -1.40%
  • 23:35 GMT
  • USD
  • PIB (un trimestre sur l’autre)
  • -0.40%
  • -0.40%