33 rue François 1er, 75008 Paris, France

33 rue François 1er, 75008 Paris, France

Un lundi sans les marchés US

Analyses quotidiennes - 28/05/2019

par Stéphane Ceaux-Dutheil

Memorial Day aux Etats-Unis

elections-europeennes


Les élections européennes n’ont pas vraiment créé de volatilité sur les marchés financiers,  la poussée des verts et de l’extrême droite n’inquiètent pas outre mesure les investisseurs. Les décisions en provenance de Bruxelles devront maintenant composées avec des alliances moins évidentes à trouver qu’auparavant. Le Président Trump en visite au Japon a déclaré que les chinois aimeraient parvenir à un accord mais que les Etats-Unis n’étaient pas prêts à le signer. Le Président Trump et Xi Jinping ne sont donc pas encore autour d’un barbecue en Floride pour fêter un accord sur le commerce. On surveillera la décision de Renault probablement la semaine prochaine, suite au projet de fusion à parité de la part de Fiat.

EUR/GBP (EURGBP) : la parité vote « Brexit sans accord »


La parité EURGBP est un marqueur évident de la situation liée au grand flou entourant le Brexit. Pourtant les choses sont assez claires, les élections européennes en Grande-Bretagne plébiscitent les partis pro Brexit. Donc difficile dans ces conditions de faire revoter les britanniques concernant l’appartenance à l’Union européenne comme le souhaitait Theresa May. Sa démission le 7 juin prochain sonnera le glas de l’idée d’un retour aux urnes. La parité EURGBP ayant explosé à la hausse ces derniers jours, les cambistes parient de plus en plus sur un Brexit sans accord. Le successeur de Madame May sera semble-t-il plus dur dans les négociations avec Bruxelles. Seuls les marchés ne semblent pas accepter l’idée d’un possible Brexit sans accord ou finalement considèrent que cela ne sera pas cataclysmique. Dans ces conditions la parité devrait pourvoir encore progresser, au-dessus de 0.8850, la résistance à 0.91 serait en point de mire.

popup_close
eurgbp-daily-4

Facebook (FACEBOOK) : les $200 ont fait peur aux investisseurs


Facebook a battu le consensus au premier trimestre 2019, les annonceurs appréciant toujours la plateforme. La firme a provisionné $3 milliards en vue d’un règlement dans l’enquête menée par la Commission Fédérale Américaine du Commerce. Il faudra néanmoins surveiller les probables dépenses en hausse pour 2019, de 47 à 55% contre 40 à 50% estimées précédemment. Le titre s’est rapproché des $200 mais sans pouvoir s’y installer et espérer atteindre son sommet historique vers $218. La baisse du Nasdaq, suite à la réactivation de la guerre commerciale avec la Chine, n’a pas manqué de faire corriger le titre. Il pourrait descendre jusqu’à $170 voire $160, sans pour autant entamer son momentum de reprise en place depuis le 24 décembre 2018. On pourrait d’ailleurs construire une position idéalement dans cette zone avec un stop de protection à $149.

popup_close
facebookweekly-3

Fiat (FIAT) : s’intéresse à Renault


Le constructeur automobile italien Fiat Chrysler a vu son bénéfice chuter au T1 de 29%, néanmoins il confirme ses objectifs pour 2019. Mais la vraie nouvelle tombée hier reste la proposition faite au français Renault de fusionner à parité pour donner ainsi naissance au troisième groupe automobile mondiale. Pour l’instant, il n’y a encore aucune garantie que cette proposition devienne effective. L’idée d’un rapprochement serait néanmoins une bonne idée pour affronter le risque de guerre commerciale avec l’Europe. Techniquement, le titre reste dans une logique de baisse mais on peut supposer qu’une zone de point bas a été trouvée vers 11/€12. On tentera une petite prise de position dans cette zone afin de viser une reprise vers 14/€15. Le stop de protection devra être placé à €10.40. Si vous devez néanmoins faire un choix entre Renault et Fiat, il est peut-être plus intéressant d’aller vers le constructeur français, entre 51 et €52.

popup_close
fiatweekly

Upcoming Events

  • Heure
  • Devise
  • Event
  • Prévision
  • Précédent
  • 16:00 GMT
  • USD
  • Confiance des consommateurs (mai)
  • 130.1
  • 129.2

Ce site utilise des cookies pour assurer à l'utilisateur la meilleure expérience possible. En savoir plus

Acceptez

Les CFDs sont des instruments complexes qui présentent un risque élevé de perte rapide du capital en raison de l’effet de levier.
69.8% des investisseurs particuliers perdent de l’argent en tradant les CFD avec ce fournisseur.
Vous devez vous assurer que vous comprenez comment les CFDs fonctionnent et que vous pouvez vous permettre de prendre
le risque probable de perdre votre argent. La protection CFD n’exclut pas le risque maximal de perdre le capital investi.

69,8% des investisseurs particuliers perdent de l’argent sur des comptes CFD.
Protection CFD, compte à risque limité.

X