Zone euro : le chômage se résorbe enfin

Eurostat annonce que le taux de chômage a reculé en décembre 2015

unemployment

À en croire l’Eurostat, le taux de demandeurs d’emplois de la zone euro aurait diminué en décembre pour atteindre sa valeur la plus faible depuis 2011, avec des améliorations dans la plupart des 19 pays du bloc économique. Rappelons que l’année 2011 a signé le moment où la crise de la dette s’est déclarée au sein des États européens. Malgré cette amélioration, les derniers résultats n’ont pas stoppé les spéculations au sujet d’une éventuelle tentative de relance supplémentaire de la part de la Banque centrale européenne lors de sa réunion de politique monétaire en mars prochain.

 Le secteur de la construction ralentit au Royaume-Uni

La construction Royaume-Uni a ralenti et ce notamment durant le premier mois de l’année, avec un indice des directeurs d'achat à son niveau le plus bas depuis avril 2015. Selon le communiqué de Markit Economics, l'indice PMI de la construction affiche une valeur de 55,0 pour le mois de janvier, chiffre en baisse par rapport aux attentes de 57,8 et qui manque aussi les chiffres 57,5 de décembre. Les industriels de la construction ont connu la période d’expansion la plus faible de ces dernières années, juste après que la croissance des nouvelles commandes ait subi un ralentissement considérable. L’incertitude économique traînante qui est apparue au cours des derniers mois a forcé les industriels à être plus frileux quant à de nouvelles commandes alors que d’un autre côté la croissance de la demande ralentit. Ces évènements sont susceptibles d’influencer la Banque d'Angleterre plus tard dans la semaine. Les économistes craignent en effet que les décideurs ne décident de maintenir les taux à leur actuel record de 0,50 % instauré depuis 2009, et ce dans le but de stimuler la demande.

popup_close
gbpusd02032016

 Zone euro : le taux de chômage à son taux le plus bas depuis 2011

Le taux chômage au sein de la zone euro a reculé à son niveau le plus bas depuis cinq ans pour le mois de janvier, après être tombé à 10,40 % au lieu de 10,50 % au mois de décembre, soit 10 points de moins. Cela marque une amélioration considérable par rapport aux niveaux rapportés un an plus tôt lorsque le chômage se situait à 11,40 %. On constate sans surprise de fortes disparités entre les pays : l’Allemagne fait comme à son habitude figure de bon élève, avec le taux de chômage le plus faible à 4,50 %, à l’opposé de la Grèce et ses 24,50 %, sans oublier l'Espagne à 20,80 %. Le chômage espagnol aurait augmenté de 57,200 en janvier, ce qui dépasse les estimations qui tablaient sur 71,200 mais qui se contracte par rapport au déclin de -55 800 au mois précédent. Au point de vue quantitatif on note aussi que l’Allemagne a signalé une nouvelle baisse de son propre taux de chômage de janvier qui se chiffre à 2,70 millions de personnes, en progrès par rapport aux 2,80 millions du mois de décembre. Les dernières prévisions de la Banque centrale européenne montrent que le chômage se situera aux alentours de 10,50 % au sein de la zone euro cette année, pour retomber à 10,10 % en 2017.

popup_close
eurjpy02032016

Chine : le secteur des services retrouve de la vigueur

En dépit de ses récents déboires, la transition de l'économie chinoise qui passe d’un producteur/exportateur à un fournisseur de services montre des signes de progrès, comme en témoignent les derniers rapports du fournisseur de services d'informations financières Markit Economics. Selon l'indice de Services Purchasing Manager de Caixin, la croissance de ce secteur a bondi à 52,4, à son plus haut niveau depuis juillet 2015. La valeur a dépassé à la fois les estimations des économistes (50,5) ainsi que le chiffre de 50,2 le mois précédent. L'emploi dans les nouvelles sociétés a également grimpé à son niveau le plus haut depuis 6 mois, mais le rapport a souligné que d’un autre côté les prix facturés étaient restés bas pour un 5ème mois consécutif. Le responsable des prévisions économiques de Caixin He Fan de a déclaré que le rythme de la hausse dans le secteur des services pourrait être à certain égard assez important pour compenser l'impact de l'affaiblissement de l'industrie manufacturière qui a été rapportée au début de la semaine.

popup_close
usdcnh02032016

 La vente au détail s’enfonce en Suisse

L'Office fédéral de la statistique suisse a rapporté que le commerce de détail helvétique a continué à subir une forte pression sur ses prix en décembre, avec des ventes qui ont affiché une contraction supplémentaire de -1,60 %, après avoir diminué d'un taux révisé de -1,70 % le mois précédent, et qui manquent par la même occasion les estimations qui prévoyaient une légère amélioration de -1,30 %. Ceci marque la 5ème baisse consécutive de ce secteur après une hausse en juillet dernier. Cela ne tient en revanche pas compte des éléments très volatils tels que le carburant et les produits non alimentaires qui ont affiché des baisses soutenues après avoir chuté de -2,30 %, alors que les denrées alimentaires ont signalé une légère augmentation de 0,10 %. Le plus grand frein a été le secteur des ventes de vêtements et de chaussures qui a reculé de -9,30 % et ce malgré des conditions météorologiques plus favorables que prévues. La force considérable du franc suisse et les perspectives économiques mondiales assombries ont continué à peser sur la vente au détail comme une épée de Damoclès, alors que d’un autre côté les dépenses s’essoufflent. Le franc suisse a continué à faiblir face à l'euro et a grimpé jusqu'à 1,1127 en réaction à l'annonce.

popup_close
eurchf02032016

Évènements À Venir

  • Time
  • Currency
  • Event
  • Forecast
  • Previous
  • 09:30 GMT
  • GDP
  • Indice PMI des services (janvier)
  • 55,3
  • 55,5
  • 13:15 GMT
  • USD
  • Rapport ADP sur l’emploi non agricole
  • 195K
  • 257K
  • 15:00 GMT
  • USD
  • Indice ISM du PMI non manufacturier
  • 55,1
  • 55,8
  • 13:30 GMT
  • USD
  • Personal Spending (MoM)
  • 0.20%
  • -0.20%
  • 15:30 GMT
  • USD
  • Stocks de pétrole brut
  • 4760 M
  • 8383 M
X

Forex et CFD sont des produits à effet de levier et vous risquez de perdre l’ensemble du capital investi. Les produits à effet de levier impliquent un niveau de risque élevé et ne conviennent pas à tous les investisseurs. Vous devez considérer vos objectifs d’investissement, niveau d’expérience, ressources financières, mesurez votre appétit au risque et demander des conseils indépendants si nécessaire. Veuillez lire les avertissements aux risques avant d’effectuer une transaction.