1 rue Agias Fylaxeos 
3025 Limassol, Chypre

1 rue Agias Fylaxeos 
3025 Limassol, Chypre

Le Royaume-Uni prépare un accord d’envergure avec les États-Unis

Tendances des marchés - 27/02/2020

Le Royaume-Uni se prépare, dans la foulée du Brexit, à entamer des négociations avec les États-Unis pour arriver à un nouvel accord de libre-échange. Cependant, de nombreux analystes mettent en doute la capacité des deux alliés à s’entendre sur un tel texte dans un futur proche.

Le mois dernier, les deux pays ont pourtant fait savoir qu’ils projetaient d’y arriver en 2020. S’adressant aux membres du Forum économique mondial de Davos, Wilbur Ross, le secrétaire américain au commerce, a déclaré que les deux économies se ressemblaient beaucoup et que « cela devrait fortement faciliter  l’arrivée d’un accord ». Malgré tout, les experts craignent qu’il ne s’agisse que d’un accord de « surface », l’année électorale américaine et les récentes polémiques autour de la mise en place de la 5G en Grande-Bretagne ou de taxes sur les géants du numérique constituant un frein. C’est en tout cas l’avis de Fredrik Erikson, expert en commerce international.

« Je n’ai aucune attente particulière et je ne pense pas qu’une avancée majeure sur la question se dessine bientôt. Il existe des obstacles, à la fois technique et politique, à l’obtention d’un accord commercial intéressant pour les deux parties ».

Le gouvernement britannique a fait savoir, le mois dernier, que Huawei obtiendra l’autorisation de participer au réseau 5G du pays. Si la permission est accompagnée de restrictions, cette nouvelle n’a pas été accueillie avec enthousiasme du côté de Washington. L’administration américaine considère, en effet, Huawei et certaines compagnies chinoises comme des menaces potentielles à la sécurité nationale. Pour ne rien arranger aux relations anglo-américaines, Londres a annoncé qu’elle comptait bientôt taxer certaines entreprises du monde des hautes technologies et du numérique. Des entreprises presque exclusivement américaines. Ce qui n’est pas non plus du goût de l’Oncle Sam.

Le chef du département de conseil économique de la firme de conseils Acreditus, Moritz Kraemer, considère que les discussions visant à établir des accords commerciaux doivent être les plus légères possibles. Il regrette une série de couacs. Pour lui, l’imbroglio autour des taxes visant les compagnies américaines, la participation de Huawei au projet de 5G britannique et le crédo « America First » du président Donald Trump constituent les principales barrières à un éventuel accord.

« Alors que chacun affirme qu’arriver à un accord est possible dès cette année, le doute persiste. Les américains seront tout à leur élection et le Royaume-Uni sera déjà fort occupé à négocier avec l’Union Européenne les conditions de son ‘Brexit économique’ », explique Kraemer.

Ainsi, les experts semblent s’accorder sur le fait qu’on ne verra vraisemblablement pas d’accord commercial anglo-américain dans l’immédiat.

popup_close
gbpusdh1-17

Ce site utilise des cookies pour assurer à l'utilisateur la meilleure expérience possible. En savoir

Acceptez

Le trading de CFDs comporte un risque de perte important qui peut ne pas convenir à tous les investisseurs. Assurez-vous de bien comprendre les risques et prenez les mesures appropriées pour gérer votre exposition.

80.7% des investisseurs particuliers perdent de l’argent sur des comptes CFD.
Protection CFD, compte à risque limité.

X