1 rue Agias Fylaxeos 
3025 Limassol, Chypre

1 rue Agias Fylaxeos 
3025 Limassol, Chypre

Les tensions s’accroissent entre la Chine et les États-Unis sur Hong Kong

Tendances des marchés - 28/05/2020

Les échanges commerciaux entre Hong Kong et les États-Unis pourraient connaître un véritable choc, si de nouvelles taxes étaient mises en place.

Selon le Bureau du représentant américain au commerce, les échanges de biens et services américains avec Hong Kong étaient supérieur à 66 milliards de dollars il y a deux ans. Les exportations américaines vers l’île s’établissaient à environ 50.1 milliards de dollars. Les importations s’élevaient à 16.8 milliards de dollars.

Selon le ministère du commerce et de l’industrie de la ville, Hong Kong était alors le troisième marché à l’export pour le vin américain et le quatrième pour le bœuf.

Hong Kong, elle, exportait essentiellement vers les États-Unis du plastique et des machines industrielles. Pour le spécialiste de l’économie asiatique au sein de Capital Economics , Mark Williams, le plus grand risque est « que la perte du statut spécial de Hong Kong mène à une restriction des ventes américaines de technologie sensible aux compagnies de la ville ».

“Les produits liés aux hautes technologies ne représentent que 5% des imports de Hong Kong depuis les États-Unis. Mais restreindre la possibilité d’accéder à ces technologies reviendra à enlever à Hong Kong son intérêt en tant que place forte économique en comparaison du reste de la Chine continentale ».

Selon le Département d’État américain, plus de 1250 entreprises américaines sont basées à Hong Kong et plus de 80 000 américains vivent dans la cité.

La remise en cause éventuelle du statut spécial de Hong Kong pourrait représenter une dangereuse erreur et ce à bien des niveaux. Ce statut spécial est, en effet, important dans ce qui fait de la ville un centre international d’affaires et d’investissements.

Les américains apprécient également le fait de pouvoir y voyager sans visa, bien que la ville appartienne à la Chine. D’ailleurs, la mise en place d’un visa pour visiter la ville pourrait être une des armes de Pékin dans la crise en cours, selon certains analystes.

Jeudi matin, Rodrigo Catril de la Banque Nationale d’Australie expliquait dans une note que la décision du secrétaire d’État américain Mike Pompeo « ouvrait la porte à de possibles taxes sur l’importation depuis Hong Kong, des restrictions de visas ou encore le gel des avoirs de certains officiels chinois. La Chine a déjà prévu qu’elle réagirait en adéquation si les États-Unis continuaient d’interférer dans ses affaires internes ».

La situation est désormais extrêmement tendue entre les deux superpuissances économiques. Les deux pays doivent réfléchir, avec beaucoup de précautions, aux conséquences éventuelles d’une nouvelle guerre commerciale, alors même que le monde n’est pas encore sorti des affres de la pandémie qui le frappe et dont l’étendue des conséquences économiques n’est pas encore connue.

Le contenu ci-dessus est considéré comme un article d’information sur l’état du marché et ne doit en aucun cas être perçu comme un conseil en investissement.

 

popup_close
dow-jun20h1

Ce site utilise des cookies pour assurer à l'utilisateur la meilleure expérience possible. En savoir

Acceptez

Le trading de CFDs comporte un risque de perte important qui peut ne pas convenir à tous les investisseurs. Assurez-vous de bien comprendre les risques et prenez les mesures appropriées pour gérer votre exposition.

80.7% des investisseurs particuliers perdent de l’argent sur des comptes CFD.
Protection CFD, compte à risque limité.

X