1 rue Agias Fylaxeos 
3025 Limassol, Chypre

1 rue Agias Fylaxeos 
3025 Limassol, Chypre

Pétrole : la baisse de production va-t-elle relancer la demande ?

Tendances des marchés - 13/05/2020

Lundi dernier, l’Arabie Saoudite a annoncé qu’elle comptait à nouveau baisser sa production de pétrole d’un million de barils par jour. Cette réduction sera mise en œuvre à compter du 1er juin. Le but de la manœuvre ? Pousser les prix vers le haut et soutenir la matière première qui a vécu un début d’année pour le moins chaotique. En réponse à la décision saoudienne, le Koweït et les Émirats Arabes Unis ont annoncé faire de même.

Helima Croft, chef du département de stratégie en matières premières chez RBC Capital Markets explique :

« Les poids lourds de l’OPEP font ce qu’ils peuvent pour stabiliser le marché. Nous commençons déjà à constater une reprise de la demande alors que les conditions du confinement au niveau mondial se relâchent. Les gens recommencent à conduire. Cependant, bien qu'il y ait des indicateurs positifs, les perspectives ne sont pas claires alors que la pandémie se poursuit ».

Les contrats à terme de pétrole ont perdu de leur intérêt et ont été sous pression pendant plus de 30 jours alors que les conséquences de la pandémie de Covid-19 étaient désastreuses pour la demande en or noir. Et ce alors même que la production ne faiblissait pas en Avril en pleine guerre des prix entre pays producteurs. Les deux principaux indices de référence ont chuté de plus de 50% depuis le début de 2020. Nous attendons maintenant de voir ce que va donner la baisse de la production décidée par l’OPEP +.

La présidente de Transversal Consulting, Ellen Wald, a ainsi déclaré :

« Cela va vraiment aider à faire remonter les prix du pétrole ainsi que les revenus des entreprises ». Pour elle, cela dépend maintenant de la capacité de certains pays, notamment la Russie et l'Irak, à soutenir l’effort et à se conformer à leurs engagements.

Il faut aussi ne pas oublier que l’Arabie Saoudite avait augmenté sa propre production à 12 millions de barils par jour, après le refus initial de Moscou quant à un changement au niveau de la production mondiale. Pourtant, les prix du pétrole ont de nouveau chuté, mercredi, en raison de préoccupations concernant une deuxième vague potentielle de Covid-19.

L’inquiétude est là. Les conséquences des sorties successives du confinement général par de nombreux pays, désireux de relancer leur activité économique pour juguler au mieux la récession qui vient, ne sont pas encore évidentes sur le plan sanitaire. Et à cette peur ambiante s’ajoute une saturation des réserves qu’ont révélé encore une fois les chiffres des stocks de brut aux États-Unis.

popup_close
cl-jun20h1

Ce site utilise des cookies pour assurer à l'utilisateur la meilleure expérience possible. En savoir

Acceptez

Le trading de CFDs comporte un risque de perte important qui peut ne pas convenir à tous les investisseurs. Assurez-vous de bien comprendre les risques et prenez les mesures appropriées pour gérer votre exposition.

80.7% des investisseurs particuliers perdent de l’argent sur des comptes CFD.
Protection CFD, compte à risque limité.

X