peel page fold
arrow
logo

Alvexo - Le partage avec la communauté

En savoir plus

Le redressement des taux devient inévitable

 Revue hebdomadaire

weaker-usd-2

Le dollar américain a rétrogradé  au cours de la semaine dernière, alors que le procès-verbal de la dernière réunion du FOMC a révélé que la Fed pourrait très bien opter pour une hausse des taux au cours du mois de décembre. Bien que rien ne soit encore définitif, il semblerait que le la parité avec l’euro est à portée de main, ce qui pousserais la Fed à adopter une politique visant une hausse des taux plus subtile de manière à dévaloriser le dollar et réduire l’influence de la devise sur les marchés. Il faudra toutefois patienter encore trois semaines pour être décidément fixé.

La semaine à venir

L'Euro s’affaiblit avec une perte de -0,87 % en réaction directe aux commentaires « Dovish »  du gouverneur de la BCE, Mario Draghi. Ce dernier s’est efforcé de répéter sur toutes les tribunes qui s’offraient à lui au cours de cette semaine, qu’au moindre signe de régression de l'inflation, la BCE utilisera toutes les mesures en son pouvoir afin de donner un coup de fouet à l’inflation et la ramener sur une tendance ascendante. Au cours de la semaine passée, la paire EUR/USD a chutée à un niveau de 1.0616, le taux le plus bas de ces six derniers mois, pour finalement se stabiliser à 1.0642 au terme de cette dernière séance hebdomadaire. En revanche, ainsi qu’on a pu en juger des commentaires de Willam Dudley, aucun de ses collègues de la Fed, lui y compris, n’a bougé d’un pouce vis-à-vis de sa position « Hawkiste ». Tout porte à croire que la Fed n’est plus qu’à quelques mètres du point de non-retour et que le redressement des taux est inévitable. Les chiffres affichés la semaine dernière ont également attestés d’une inflation modeste dans la zone euro, en Angleterre, aux Etats-Unis et même au Canada, ce qui indique qui semblerait délimiter la capacité des marchés à s'adapter au faible prix du pétrole. Aux États-Unis, on a pu observer un taux de consommation de +0,20 % par rapport à la baisse de -0,20 % accusée le mois précédent, alors que l'indice annualisé du Royaume-Uni, a progressé de 1,10 %, une amélioration modeste face au taux d’inflation de 1,00 % enregistré le mois dernier. L'inflation de base du Canada s’est elle aussi légèrement renforcée affichant un taux de +0,30 %, soit une amélioration mensuelle de 0.10%. Le taux du pétrole brut WTI n’a connu aucun changement considérable au cours de la semaine, et gagne en fin de parcours à peine 2,39 % soit un prix de 41,90 $ pour le baril.

popup_close
1-eurusd-2211

La semaine à venir sera courte pour les marchés des États-Unis en raison de la fête nationale traditionnelle de Thanksgiving qui est sur le point de se dérouler ce jeudi. Il sera cependant très intéressant de prendre connaissance des résultats de la deuxième révision des estimations du PIB américain du troisième trimestre. Les attentes sont pour une progression à un rythme de 2,00 %, au-dessus de la croissance basée sur les estimations initiales. Une amélioration sur le budget des dépenses, ou l’augmentation du PIB du troisième trimestre pourrait susciter le soutien aspecté par le billet vert. Parmi les autres données attendues aux USA, citons les chiffres des mises en chantier résidentielles censée diminuer de -2.70 % ainsi que ceux des commandes de biens durables qui devrait gagner 1,50 % à l'exception des transports. Les marchés s’intéressent aussi de près aux taux des dépenses et de la consommation personnelle qui devraient afficher eux aussi une hausse, grâce à la bonne posture du marché du travail. Cela dit, le déflateur des dépenses de consommation personnelle devrait confirmer la faiblesse inflationniste. En ce qui concerne la zone euro, l’actualité économique principale se limite à la révélation du chiffre atteins par le PMI manufacturier et celui des services. Les données trimestrielles du PIB allemand sont également attendues, avec des estimations misant sur une croissance de 0,30 % sur une base trimestrielle tandis que l'économie devrait profiter d’une hausse sur une base annualisée de +1,80 %. Les marchés japonais sont fermés le lundi et il y a peu de nouvelles économiques sensibles d’inquiéter l'AUD, le GBP et le NZD. Les marchés vont donc devoir se contenter de faire des échanges en se basant uniquement sur la force du Dollar et sur l'affaiblissement de l'Euro.

popup_close
2-cl-dec15-2211