peel page fold
arrow
logo

Alvexo - Le partage avec la communauté

En savoir plus

La croissance mondiale laisse à désirer

La croissance mondiale ralentie pousse l'OCDE à revoir à la baisse ses prévisions économiques.

global-growth

La dégénérescence des données un partout dans le Monde, combinée avec des commentaires de plus en plus Dovish de la part des Banques Centrales mondiales ont apportés de l’eau au moulin des actifs à risque, sans pour autant faire abstraction au marasme dans lequel se trouvent les perspectives économiques mondiales. Les prévisions du PIB de différents États dans le Monde ont été une fois de plus réduites et ce, au cœur d’un rythme d'expansion global préoccupant, en particulier au regard de la faiblesse affichée par les marchés émergents.

Revue hebdomadaire

La semaine précédente a débuté sur le pied gauche avec des données fondamentales toutes aussi décevantes que le sont les résultats du PIB japonais et du commerce chinois. Malgré les mesures d'accélération dramatiques prises par la Banque centrale du Japon, dont une baisse des taux d'intérêt en territoire négatif, sa croissance s’est contractée de -1.40 %, un niveau plus bas encore que l'estimation située à -0,40 %. En parallèle, le commerce asiatique continue de s'effondrer, comme en témoigne la baisse de -11.20 % observée sur les exportations chinoises, combinée avec une chute de -18.80 % du volume des importations. Après avoir ajouté plus 500 milliards de dollars à sa dette au cours de janvier dans l’espoir de renverser la tendance, la Chine est sur le point d'additionner une somme similaire en février, ainsi que le suggèrent les perspectives de croissance laborieuses. La Banque Centrale Européenne (la BCE) et l'Organisation pour la Coopération Économique et le Développement (l’OCED) ont mises les marchés en garde vis-à-vis du ralentissement de la croissance globale, et n’ont pratiquement pas adressé d’intérêt au très léger ressaisissement observé au sein des actifs à risque constatée pendant la majeure partie de la semaine. La BCE fait allusion à de nouvelles mesures de stimulation monétaires en prévision alors que l'OCDE ne peut que réviser ses estimations à la baisse face à l'aggravation des conditions économiques observée au sein des marchés émergents et à la croissance ralentie observée parmi les économies avancées.

popup_close
usdcnhweeklyreview02212016

La semaine à venir

Les chiffres du Produit Intérieur Brut (le PIB) du quatrième trimestre figurent au centre des activités économiques de la semaine à venir. L’Allemagne sera la première à révéler ses cartes ce mardi, avec des chiffres qui sont censés faire échos aux estimations et qui correspondront à l’annonce précédente, soit 0,30 % de croissance sur une base trimestrielle et 2,10 % sur une base annualisée. Jeudi, arrivera le tour du Royaume-Uni, dont le PIB devrait grimper sur une base trimestrielle et annuelle de 0,50 % et 1,90 % respectivement. Vendredi enfin, on attend la publication de la première révision du PIB du quatrième trimestre américain. Les prévisions indiquent une hausse des taux de 0,50 %, contre 0,70 % enregistrée lors de la première annonce. En dehors du PIB, les États-Unis vont également exposer des rapports concernant de nombreux secteurs clés de l'économie tels que les données sur le logement et les statistiques portant sur les commandes de biens durables. La zone Euro libérera jeudi le chiffre de son Indice des Prix à la Consommation (l’ICP) pour le mois de janvier. Les attentes sont pour un indice annualisé stable à 0,40 %. Les taux de l’indice de fabrication et des services de la région devraient également être publiés. Les experts s’attendent d’ores et déjà à un ralentissement de l’expansion.

popup_close
dax-mar16weeklyreview02212016