La hausse du PIB américain n’impressionne personne

La Réserve Fédérale renvoie le dollar à la case départ

shutterstock_89136091


La troisième lecture du produit intérieur brut (PIB) pour le deuxième trimestre 2016 révélé que l’économie des États-Unis progresse de 1,40 % contre les 1,10 % signalés antérieurement. Malgré une réaction positive du dollar américain, commentaires ouverts des membres clés de la Réserve Fédérale tout au long de la semaine semblent confirmer l’opposition à une hausse des taux prochaine.

La semaine dernière


Les publications en provenance des USA, soit le PIB trimestriel (1,40 %, selon le dernier rapport du Bureau of Economic Analysis) et le taux d’inflation, ont été les principaux moteurs financiers de la semaine dernière. Après des estimations préalables plutôt décevantes, la troisième lecture pointe en faveur d’un prochain changement dans la politique monétaire des États-Unis et semble se porter garante de toute détérioration significative de ses indicateurs de base. Dans son témoignage semi-annuel devant le Congrès, Janet Yellen la présidente de la Federal Reserve, a insisté sur le fait qu'il n’existe pas de « date fixe » pour une quelconque hausse des taux d’intérêt, un commentaire « Dovish » repris par les autres décideurs de la Fed. Le PIB du Royaume-Uni au deuxième trimestre s’est amélioré en s’élevant à 0,70 % par rapport à 0,60 % ultérieurement. Cette donnée souligne le peu d’effet du Brexit sur les indicateurs fondamentaux jusqu’à présent. Le marché de l’énergie fut instable tout au long de la semaine, surtout après que les membres de l’OPEP réunis en Algérie, s’engagent formellement à édifier un plafond de production. Bien qu’on ne parle toujours pas d’accord officiel, les membres se réuniront à Vienne au mois de novembre afin de tenter de transformer l’éssai. Déjà, certains membres se montrent sceptiques quant à l’application de l’accord, qui pourrait tourner au vinaigre à n’importe quelle occasion.

popup_close
gbpusdweeklyreview10022016

La semaine à venir


Le principal événement de la semaine à venir est certainement la publication du taux de chômage américain. Les premières indications de l’ADP sur la masse salariale non agricole seront livrées mercredi, ainsi que la rémunération et la création emplois. Les attentes sont actuellement pour 170 000 emplois créés en septembre (contre 177 000 en août). La figure de paie non agricole officielle est supposée correspondre à 170 000, bien au-delà des résultats enregistrés en août (soit 151 000). Les gains en matière d’emploi sont susceptibles de donner un coup de pouce au dollar et de plaider en faveur d’un rehaussement des taux, surtout si les chiffres dépassent les attentes. La Reserve Bank of Australia va décider de sa politique monétaire, quoique les taux devraient stagner à 1,50 %. En outre les données de titre majeur sont figures prêt à être publié pendant toute la semaine sur la fabrication, la production industrielle et les services de l’Europe et aux Etats-Unis, le coup d’envoi lundi avec fabrication SIGP de la France l’Espagne, l’Italie, l’Allemagne, le Royaume-Uni et les États-Unis. Mercredi verra la publication des chiffres de services correspondants de la zone Euro, dans l’expectative de résultats expansionniste en territoire positif. La semaine se clôturera avec le taux de chômage au Canada, avec un pourcentage censé demeurer à 7,00 %.

popup_close
xagusdweeklyreview10022016