La masse salariale américaine profite au dollar

Le dollar et la livre anglaise sont secoués par des données économiques inattendues.

shutterstock_322044731


Vendredi, le constat de la masse salariale non agricole aux États-Unis a largement dépassé les attentes du marché au point de remettre sur table l’éventualité d’une hausse des taux d’intérêt aux Etats-Unis. Pendant ce temps, la Banque d’Angleterre et de la Reserve Bank of Australia ont poussé les limites de l’assouplissement monétaire plus loin encore dans l’espoir de relancer l’activité économique.

La semaine dernière


Malgré les perspectives décevantes véhiculée par la plus récente décision du FOMC, les fondamentaux du marché du travail aux États-Unis continue d’afficher des améliorations comme en témoignent les derniers chiffres portant sur la création d’emploi publiés vendredi par le Bureau of Labor Statistics. Selon le nombre d’emplois non agricoles, la masse salariale américaine a grossi de 255 000 nouveaux postes au cours du mois de juillet, battant les estimations se portant à 180 000. À l’optimisme de ces résultats s’ajoute la révision positive des chiffres de juin à 292 000. Toutefois, le taux de chômage se maintient à 4,90 %, au lieu de 4,80 % selon les prévisions. L’annonce a donné des ailes au dollar qui enregistre un regain d’intérêt de la part des marchés au détriment de l’or qui se rétracte. De son coté de l’Atlantique, la Banque d’Angleterre a décidé de prendre en compte la contraction en cours dans les principes fondamentaux du pays, comme en témoigne la diminution des services, la fabrication et l’activité de construction. La BoE a diminué ses taux d’intérêt de 25 points de base, à 0,25 % tout en optant aussi pour l’accélération du plan d’assouplissement quantitatif avec un ajout de 435 milliards de GBP. Sur les 60 milliards de livres, 10 seront alloués aux rachats d’endettement des entreprises dans le but de stimuler les investissements dans les moyens de production, au lieu d’une thésaurisation supplémentaire de la trésorerie. Toutefois, en ce qui concerne les perspectives, la Banque centrale a mis en garde quant aux chances d’assouplissement des mesures à la lumière des prévisions de croissance révisées pour 2017 et 2018. La paire GBP/USD a chuté à juste au-dessus du niveau de 1.3000 alors que la pression imposée sur la livre sterling s’intensifie. La Reserve Bank of Australia a également approuvé une dégradation supplémentaire des taux d’intérêt, laissant tomber la référence à un niveau record de 1,50 % dans l’espoir de stimuler la croissance et de combattre la désinflation.

popup_close
gbpusdweekly08082016

La semaine à venir


La réouverture hebdomadaire des marchés financiers mondiaux débutera avec les chiffres du commerce chinois. La Chine devrait demeurer sous pression après une forte baisse de l’activité économique. Les taux d’exportations et d’importations seront publiés au cours de la session asiatique de lundi. Les estimations prévoient que les deux chiffres poursuivent leur contraction. Les exportations devraient afficher un taux négatif de -3.00 % alors que l’exportation devrait descendre en dessous de -7.00 %. Toute déception supplémentaire pourrait soulever le spectre de nouvelles baisses de taux d’intérêt ou des exigences de baisse de ratio encore plus importante de la part de la FED. L’excédent commercial chinois devrait donc chuter légèrement en dessous de 47,6 milliards de dollar. Le taux d’inflation sera annoncé plus tard dans la semaine, alors que l’indice annualisé  des prix à la consommation (CPI) prévoit un taux de croissance de 1,80 % contre 1,90 % un mois plus tôt.

Mis à part l’attention particulière portée sur la Chine tout au long de la semaine, la Reserve Bank of New Zealand est sur le point de voter sur de nouvelles mesures monétaires. Les spéculations pointent actuellement en direction d’assouplissements supplémentaires des taux d’intérêt par une autre 25 points de base passant de 2,25 à 2,00 % actuellement. Ce mouvement coïncide avec les pressions désinflationniste que connaît le pays, surtout à la lumière de la désinflation chinoise qui est ressentie par ses partenaires commerciaux à travers le monde. La semaine s’achevera avec des données importantes en provenance des États-Unis et de la zone Euro : des chiffres préliminaires du PIB allemand et de zone Euro, toujours dans l’appréhension de conséquences tragiques suite au vote du Brexit. Pour l’Oncle Sam, ce sera la publication des résultats enregistrés par le total de vente au détail ainsi que les données sur le PPI américain.

popup_close
usdcnhweekly08082016