peel page fold
arrow
logo

Alvexo - Le partage avec la communauté

En savoir plus

La volatilité se propage

greecevseuro-2

Les moteurs géopolitiques et les données économiques se sont traduits en des niveaux de volatilité qui n’avaient pas été atteints depuis des mois avec le faible niveau de qui provoque d’importantes fluctuations intraday. Pendant que le PIB américain a fait office de facteur clé dans le dollar américain, les développements politiques à travers l'Europe ont continué de dominer la dynamique du marché.

La semaine dernière

En dehors des querelles concernant la Grèce, le PIB américain a dominé la dynamique du marché la semaine dernière. Malgré des résultats moins optimistes qu’attendus, le PIB a enregistré à -0.20% pour le premier trimestre initiant ainsi la machine pour une hausse des taux au mois de septembre, un point qui a été soutenu par le membre du FOMC Jerôme Powell alors que la Réserve fédérale prépare actuellement les marchés financiers pour le décollage. D’autres données sont venues renforcer le postulat qu’un relèvement des taux arriverait bientôt, y compris le grand succès qu’ont rencontrées les ventes de logements existants et de la flambée des ventes de logements neufs. L’augmentation des dépenses des ménages et la hausse des revenus a également participé à renforcer la théorie de normalisation des taux d'intérêt s. Outre-Atlantique, l'Europe a vu ses indicateurs manufacturiers s’améliorer grâce à l'affaiblissement de l'euro, avec le secteur manufacturier français remontant en territoire expansionniste. Toutefois, les perspectives économiques pour la nation française restent fragiles après le nombre de personnes sans emploi ait augmenté pour le 80ème mois consécutif. L’industrie manufacturière chinoise est remontée légèrement, mais l’indice manufacturier PMI HSBC est resté en territoire de contraction, malgré les gains. Pendant ce temps, le Japon continue de faire face à des difficultés dans la réalisation de ses objectifs d'inflation avec la Banque du Japon qui prévoit un rebond vers l'objectif de 2% en 2016-2017 en fonction des perspectives.

popup_close
usdjpy06292015

La semaine à venir

En dehors de la discorde semée par la Grèce qui se fait sentir sur les marchés mondiaux pour les prochaines sessions, la semaine à venir sera axée sur la situation de chômage américain à l'approche des données concernant les emplois non agricoles américains et le taux de chômage. Les premières estimations sont de 220 000 emplois créés pour la période de référence la plus récente avec le taux de chômage devant fléchir de 5,50% à 5,40%. Les données concernant la masse salariale seront publiées jeudi au lieu de vendredi en raison de Jour de l'Indépendance des États-Unis. Mis à part les informations centrées sur les États-Unis, le Royaume-Uni publiera mardi les chiffres du PIB pour le premier trimestre avec des attentes d’impression à 0,40% contre 0,30% précédemment pour la dernière révision tandis que la croissance annualisée est estimée à 2,50%. Les statistiques à travers le monde du secteur manufacturier seront l'autre principal moteur de l'élan économique, avec la Chine, le Japon, la zone euro, les Etats-Unis et le Royaume-Uni qui publieront leur indice PMI. Parmi les autres événements importants à surveiller, il y a les chiffres de l'inflation et le taux de chômage en zone euro, qui devraient tous deux rester constants. Les chiffres PMI des services pour la zone euro et le Royaume-Uni seront également diffusés, mais dans une moindre mesure que d'autres événements fondamentaux à venir.

popup_close
gbpusd06292015