peel page fold
arrow
logo

Alvexo - Le partage avec la communauté

En savoir plus

La hausse du dollar est due à de remarquables données économiques

 Revue hebdomadaire

blog1000x667-01

L’hypothèse d’un relèvement des taux d’intérêts en décembre par l’ensemble des analystes a été largement renforcée la semaine dernière par la déclaration faite face au Sénat de Janet Yellen, présidente de la Fed. Ce point de vue « hawkish » prend appui sur les chiffres hallucinants et nettement au-delà des estimations, du nombre d'emplois créés en octobre aux États-Unis

 La semaine à venir

 La hausse du dollar américain a enregistré une deuxième semaine de gains grâce à la déclaration étonnante faite par la Réserve Fédérale et le ton « belliciste » emprunté par sa présidente, lors de la réunion de la Fed d'octobre et lors de sa comparution face au Sénat, la semaine dernière. Sans cacher ses inquiétudes vis à vis de l'inflation, Mme Yellen a appuyé sur le fait que la Fed s’attend à voir plus de souplesse à l’encontre du marché du travail, afin de faciliter et d’encourager l’emploi. En réponse à la question portant sur la prise de position définitive de la FED quant à la hausse significative des taux d'intérêts, la présidente a noté que les taux paraîtront indépendamment. Les marchés ont eu un aperçu de ces données ce vendredi avec la parution du rapport sur l’emploi d'octobre et ses chiffres record, avec une augmentation de 271 000 nouveaux emplois, alors que les estimations les plus conservatrices n’en prévoyaient pas plus que 181 000, épaulée par la chute de 5,0 % du taux de chômage et une hausse de la rémunération horaire moyenne. Le Dollar a donc terminé la semaine avec des gains importants alors que la paire EUR/USD  chutait à 1.0743. La livre sterling, ainsi que l'euro se sont retrouvés à la traine, mais la surprise est arrivée en provenance de la Banque d'Angleterre. Malgré des taux d’intérêts stables à 5,0 %, le rapport d'inflation de la BoE a affiché un ton « dovish » quant à ses prévisions sur l'inflation, avec un niveau de 1,0 % en 2016. Les marchés, qui avaient misé  pour une hausse des taux en 2016, ont été décontenancés par la vente au rabais de  la livre sterling

popup_close
1-eurusd-0811

es marchés des changes sont supposés demeurer relativement calmes la semaine prochaine. Les principales données économiques proviendront d'Australie et du Royaume-Uni. Le taux du chômage australien devrait rester inchangé à 6,2 %, mais on se permet d’évaluer un essor de 15 200 postes.  Lors de sa récente déclaration portant sur sa  politique monétaire, la RBA affichait un accent « Hawkiste », propice à hausse du dollar australien et allant à l’encontre des marchés du travail et du taux de chômage. Les données sur le chômage de l'Australie devraient être publiées le 12 novembre. Quant au Royaume-Uni, les chiffres sur l’emploi sont prévus pour un jour auparavant. Les spécialistes estiment que le taux de chômage de l‘Angleterre va demeurer stable à 5,4 %. L’accent sera mis sur la situation de la rémunération horaire moyenne qui devrait subir une hausse de 3,2 %, après avoir récemment gagné 3,0 %. Une prévision plus optimiste sur le décompte de l’emploi pourrait aider la livre sterling à récupérer une partie des pertes accusées la semaine dernière. Le gouverneur de la Banque of England, Carney,  devrait s’exprimer plus tard dans la journée, lors d’une conférence de presse portant sur le rapport de l'inflation, susceptible de prolonger la situation versatile de la livre sterling. Les chiffres provenant des États-Unis à propos de la vente des produits de base et les constats de la IPP sont bel et bien programmé, mais aucune révélation majeure n’est prévue et le billet vert devrait garder sa stabilité. Les données en provenance de la zone euro sont elles aussi sans grand intérêt, si ce n’est l’annonce des chiffres du PIB allemand et les premières estimations sur le PIB trimestriel de l’Union européenne. Mario Draghi prendra la parole lors d'un évènement prévu à Londres cette semaine, mais avec la position forte et stable de la monnaie américaine, on ne s’attend à aucune révélation significative

popup_close
2-audusd-0811-2