peel page fold
arrow
logo

Alvexo - Le partage avec la communauté

En savoir plus

Le PIB de la Chine reprend des couleurs

L’activité économique de la Chine se stabilise et Royaume-Uni éclipse la décision de la BoE.

shutterstock_302755115


 

L’espoir renait partout dans le monde ainsi qu’en témoigne les hausses observées sur le marché des actions. Cet optimisme intervient après l’engagement explicite des banques centrales à faire plus en faveur de la reprise économique. La Chine est de son côté confrontée à l’enlisement de sa balance commerciale, quoique la croissance du PIB a tenu bon alors que la Banque d’Angleterre ai choisi d’attendre les données avant de voter en faveur d’une baisse des taux d’intérêts. En parallèle, les chiffres de l’inflation publiés aux États-Unis ont concrétisé plus encore les chances de normalisation des taux d’intérêt alors que les prix à la production poursuivent leur ascension.

La semaine dernière

La Chine a publié un certain nombre de données la semaine dernière, principalement les chiffres du commerce et ceux du Produit Intérieur Brut. Malgré les attentes d’un taux de croissance annualisé situé à 6,60 %, celui-ci a atteint les 6,70 %, donnant l’espoir aux responsables politiques que l’assouplissement économique a contribué au maintien de la croissance. Les prévisions restent positives en ce qui concerne de nouvelles mesures de relance à l’instar des autres dévaluations du Yuan qui propulsent la paire USD/CNH aux plus hauts niveaux depuis janvier, terminant la semaine à 6.7096. En Angleterre, l’ancien premier ministre David Cameron a remis les rênes à Theresa Mai désormais responsable de la bonne marche de la transition imposée par le résultat du scrutin en faveur de la séparation de l’Union européenne. La première nomination du nouveau chef du gouvernement fut celle de Boris Johnson, fervent promoteur du Brexit, à la tête du Ministère des Affaires Étrangères. Bien que la volatilité de la livre Sterling s’est quelque peu estompée, la décision prise par le Comité de politique monétaire de ne pas modifier les taux d’intérêts a vu la devise britannique grimper significativement par rapport au dollar avant de se replier au cours de la séance de vendredi et puis finalement grimper de presque 200 pips.
Outre-Atlantique, une hausse de l’indice du prix de la production (IPP) et la stabilité de l’indice des prix à la consommation (IPC) a renforcé l’éventualité qu’une hausse des taux d’intérêts pourrait avoir lieu plus tôt que prévu, en particulier si l’inflation reprend son cours. Vendredi, alors que les prix à la consommation globale stagnent, la flambée du PPI pourrait justifier une hausse des prix. Les ventes au détail aux États-Unis ont enregistrée une amélioration de 0,60 % en juin, une preuve supplémentaire de la bonne santé économique du pays.

popup_close
usdcnh07172016

La semaine à venir


Bien que l’activité financière du week-end ait été sérieusement influée par l’attentat meurtrier à Nice et par la tentative de Putsch inaboutie en Turquie, les marchés gardent les yeux fixés en direction de la décision de la Banque Centrale Européenne concernant les taux d’intérêts, plus tard dans la semaine. Le taux de chômage élevé ainsi que la faible inflation poursuivent leur influence négative tandis que l’offre d’obligations et le programme d’achat des actifs s’essoufflent. À se fier aux remarques émises par le président de la BCE Mario Draghi, des mesures plus énergiques à l’égard des taux seraient envisagées, ce qui aurait un impact énorme sur la paire EUR/USD. De nombreuses données sur la conjoncture économique du Royaume-Uni sont attendues tout au long de la semaine. Par commencer, le CPI qui devrait grimper à 0,40 % contre 0,30 % en mai, ce qui  pourrait mettre des bâtons dans les roues du mécanisme censé baisser les taux d’intérêt, s’il conduisait à une inflation galopante. Les informations sur le chômage seront également publiées cette semaine avec en prévisions, anticiper le taux pour rester sur tenir à 5,00 % moyenne horaire gains devraient également augmenter. Les principaux domaines de préoccupation se trouvent être ceux du détail, de la fabrication industrielle, de la construction et des services, qui pourraient glisser sur le dos d’une activité économique suite au référendum. Aux États-Unis, se seront les chiffres sur le logement qui feront les titres, suivis par le cours du dollar américain. Les estimations actuelles montrent une légère baisse des ventes de logements existants tandis que les Permis de Construire et les Mises en Chantier sont censées être plus élevés que les chiffres du mois précédent. Ces chiffres optimistes peuvent correspondre à la consolidation de l’espoir d’un élan des taux. Toutefois de mauvais chiffres pourraient booster les taux, autant que les indicateurs clés du secteur du logement présage traditionnellement le déplacement de l’activité économique.

 

popup_close
eurusd07172016